Réforme des retraites : Gattaz pour un âge de départ à 65 ans


Pierre Gattaz, candidat à la présidence du Medef, a confirmé être favorable au recul de l'âge légal de la retraite de 62 à 65 ans. Comme Laurence Parisot, le patron de la société Radiall est catégoriquement opposé à une augmentation des cotisations qui pèserait sur les charges des entreprises.

gattaz, reforme, retraites, rtl

Le programme de Pierre Gattaz, candidat à la succession de Laurence Parisot à la tête du Medef, est énigmatique sur la réforme des retraites qui sera négociée et débattue au Parlement au second semestre 2013. Mais le patron de la société Radiall, fabricant de composants électroniques coté en Bourse, est plus explicite dans les médias.

65 ans, « un âge mathématiquement acceptable »

« Comme on ne veut pas trop toucher aux pensions, ni aux cotisations des entreprises, il faut jouer impérativement sur l’âge de départ à la retraite. 65 ans me paraît être un âge mathématiquement acceptable », a déclaré le candidat à la présidence du Medef sur RTL, lundi 13 mai 2013.

« Nous risquons d’atteindre 200 milliards de déficits cumulés en 2020 » tous régimes confondus, a rappelé le chef d’entreprise. « Donc il faut faire quelque chose », a martelé Pierre Gattaz, soulignant une « grosse responsabilité par rapport aux générations futures » sur le « problème des retraites » et de leur financement. Sur ce volet, il a insisté sur la nécessité de « ne pas augmenter les cotisations des entreprises » pour ne pas grever leur compétitivité, une préconisation que partagent Laurence Parisot et Jean-François Roubaud, président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME).

« Des choix difficiles qu’il faudra expliquer »

En avril, Pierre Gattaz, qui figure parmi les favoris de la course à la présidence du Medef, avait indiqué sur Europe 1 qu’il faudrait « sans doute augmenter l’âge de départ à la retraite, sans doute à 65 ans dans une première étape ». Une disposition que refusent catégoriquement certains dirigeants syndicaux comme Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière (FO) et Thierry Lepaon, nouveau secrétaire général de la CGT.

Dans son programme intitulé « Libérons l’entreprise », le président de Radiall insiste simplement sur la nécessité pour le Medef de « réduire le déséquilibre de nos systèmes sociaux », de « peser dans les choix à venir pour redresser rapidement les comptes, les équilibrer, quitte à mettre en œuvre des choix difficiles qu’il faudra expliquer », sans évoquer explicitement la question des retraites.

L’élection du prochain président du Medef est prévue le 3 juillet 2013.

En savoir plus

Retraites : François Hollande confirme l’allongement de la durée de cotisation


Pierre Gattaz : « Je voudrais incarner un Medef de conquête »