Réforme des retraites : lourdes missions pour les « Sages »

Par Jean-Philippe Dubosc
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

En installant la commission pour l’avenir des retraites, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, donne un coup d’accélérateur à la préparation de la réforme à venir. Les travaux de ce groupe d’experts s’avèrent ambitieux.

reforme, retraite

 

Le gouvernement met la démultipliée sur les retraites. Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a installé le 27 février, comme prévu dans la « feuille de route » de la grande conférence sociale des 9 et 10 juillet derniers, la « commission pour l’avenir des retraites ». Mais là où on pensait que ce groupe d’experts, chargé de formuler des propositions pour résorber les déficits financiers du système des retraites, allait travailler seul dans son coin, on découvre dans la lettre de mission de Yannick Moreau, la présidente de cette commission, que son action va être plus importante que prévu.
« Vous conduirez vos travaux en menant les auditions et les consultations que vous jugerez utiles. Vous recevrez, pour l’accomplissement de cette mission, l’assistance des administrations de l’Etat, des caisses nationales d’assurance vieillesse des différents régimes, ainsi que de l’Inspection générale des affaires sociales », écrit Jean-Marc Ayrault à l’adresse de l’ex-présidente du Conseil d’orientation des retraites (COR), aujourd’hui conseillère d’Etat. Il est vrai que les missions confiées à la commission pour l’avenir des retraites sont ambitieuses. « Vous serez chargée […] d’identifier les différentes pistes de réforme permettant d’assurer l’équilibre des régimes de retraite, à court, moyen et long terme, et d’en renforcer la justice, l’équité et la lisibilité pour les assurés », détaille le chef du gouvernement.

Conclusions en juin 2013

Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, la concertation entre l’exécutif, le patronat et les syndicats, préalable à la seconde conférence sociale de juillet prochain qui elle-même dessinera les grands contours de la future loi sur les retraites, ne se déroulera pas après la commission pour l’avenir des retraites mais pendant les travaux de celle-ci. Un cahier des charges sera adressé à la commission « à l’issue des échanges en cours avec les partenaires sociaux ». Du coup, les préconisations de la commission pour l’avenir des retraites vont être rendues non pas au printemps mais plutôt à la fin du printemps. « Les conclusions devront mettre remises en juin 2013 », annonce Jean-Marc Ayrault dans la lettre de mission donnée à Yannick Moreau.
Si le délai peut sembler long, le locataire de Matignon met toutefois la pression sur la commission. « Vous me rendrez régulièrement compte de l’avancement de vos travaux », souligne Jean-Marc Ayrault à Yannick Moreau. Les travaux devraient, sans risque, être en phase avec les idées du gouvernement. « La réforme des retraites sera une réforme de gauche », a prévenu la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, dans une interview exclusive donnée à Toutsurlaretraite.com.
Or, force est de constater que si la parité a été strictement respectée au sein de la commission pour l’avenir des retraites (5 femmes et 5 hommes), on peut se demander si c’est le cas en matière d’orientation politique. Ainsi, Daniel Cohen est certes un éminent économiste, membre du Conseil d’analyse économique, mais il a publiquement soutenu la candidature de François Hollande lors de la campagne présidentielle. Les deux représentantes du monde de l’entreprise Sylvie François, directrice générale adjointe de La Poste et Florence Parly, directrice générale adjointe d’Air France Cargo – ont fait partie de cabinets ministériels socialistes. Enfin, trois hauts fonctionnaires, dont l’indépendance vis-à-vis de l’Etat peut être mise en doute, siègent au sein de la commission. Pour sa première réforme des retraites – comme l’opposition ne manque jamais de le rappeler , la gauche met tous les atouts de son côté.

ARTICLES CONNEXES
Menu