Réformes des retraites : les syndicats de retraités vent debout contre le rapport Moreau


Les organisations de retraités de la CGT, de FO, de la FSU et de Solidaires s'insurgent contre les pistes de réforme que devrait bientôt remettre Yannick Moreau à Jean-Marc Ayrault. Selon elles, les mesures proposées vont aboutir à une baisse du pouvoir d'achat des retraités.

retraités, syndicats, rapport, moreau

 

Les syndicats de retraités rejettent en bloc les pistes de réforme formulées par Yannick Moreau. La présidente de la commission pour l’avenir des retraites a présenté le 3 juin 2013 aux partenaires sociaux les grandes lignes de son rapport qu’elle doit remettre d’ici le 15 juin prochain au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les organisations de retraités des grandes confédérations n’ont pas du tout apprécié les mesures préconisées au point qu’une intersyndicale CGT Retraités, Union confédérale retraités (UCR) FO, UNIR Solidaires et FSU ont publié, le 6 juin 2013, un communiqué commun rageur que la CFDT Retraités n’a pas co-signé.

 

Une « agression contre le niveau de vie des retraités »

Les quatre organisations voient dans le rapport Moreau ni plus ni moins qu‘« une agression contre le niveau de vie des retraités ». Le texte n’est, il est vrai, pas tendre avec ces derniers. Il propose une désindexation des pensions alors que les retraites complémentaires Arrco (pour tous les salariés) et Agirc (pour les seuls cadres) subissent déjà une revalorisation annuelle inférieure à l’inflation en 2013, 2014 et 2015 suite à l’accord du 18 mars dernier conclu par les partenaires sociaux.

En outre, ils contestent l’alignement du taux de CSG à taux plein de 6,6% dont bénéficient les retraités sur le taux de 7,5% des actifs. « Une ponction de 1,7 milliard d’euros sur les retraites », a calculé l’intersyndicale. La pilule est d’autant plus difficile à avaler que les retraités assujettis aux taux de 6,6% sont soumis, depuis le 1er avril 2013, à une nouvelle taxe de 0,3% prélevées directement sur les pensions et destinées à financer la perte d’autonomie.

Une hausse de la pression fiscale pour les pensionnés

Le communiqué rappelle également le gel des barèmes d’impôts depuis deux ans qui se traduit de fait par une hausse d’impôt pour tous les contribuables, y compris les retraités. Sans oublier le durcissement des conditions d’octroi de la demi-part pour les veufs, veuves et isolés qui va déboucher pour certains sur une suppression de cet avantage dès cette année. L’intersyndicale ne décolère pas non plus contre la proposition de suppression de l’abattement fiscal de 10% au titre des frais professionnels dont bénéficient également les retraités.

Les syndicats pensent également aux futurs retraités. Ils dénoncent la proposition de minoration du salaire porté au compte. « On cotiserait plus pour avoir moins », résume le communiqué. D’une manière générale, les organisations de retraités rejettent également les propositions formulées par Yannick Moreau à l’encontre des actifs. « L’allongement de la durée de cotisations préconisé par le rapport Moreau reviendrait à pousser les salariés à retarder leur départ ou à percevoir des retraites minorées et les modifications du mode de calcul des retraites des fonctionnaires aboutiraient à minorer les montants des pensions », estiment les syndicats. « L’ensemble de ces mesures correspond à une volonté d’accélérer la baisse du pouvoir d’achat des retraités et répond aux exigences de la Commission de Bruxelles », concluent-ils.

Les organisations de retraités sont d’autant plus amères que François Hollande leur aurait dit, lors d’une entrevue à l’Elysée le 5 avril dernier qu’il entendait « mobiliser tous les efforts nécessaires pour répondre au mieux aux besoins et aux attentes exprimés par les personnes retraitées, s’agissant notamment de l’amélioration de leur pouvoir d’achat. »

 

A lire aussi :

Retraites : pourquoi Hollande lance une réforme en 2013

Retraites : les étapes de la réfiorme de la réfome de 2013