Régimes de retraite : des fusées à plusieurs étages

Partagez

Pour s’y retrouver facilement entre les différents régimes de retraite, il suffit d’imaginer des fusées à plusieurs étages...

Pour les salariés du privé

Le système de retraite en France s'articule autour du régime de base de la Sécurité Sociale géré par la CNAV (la Caisse nationale d'assurance vieillesse) et est fondé sur le principe de la répartition (les actifs cotisent pour les retraités). Depuis 1973, tout salarié du secteur privé doit être obligatoirement affilié et cotiser à une institution de retraite complémentaire. Les salariés non cadre cotisent seulement à l'Arrco (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés) tandis que les salariés cadres cotisent à l'Arrco et aussi à l'Argic (Association générale des institutions de retraite des cadres). Les institutions de retraite complémentaire sont nombreuses et les régimes sont différents selon les branches d'activité.

Vous pouvez liquider vos droits ARRCO dès 55 ans mais votre pension subira alors une forte minoration. La valeur du point ARRCO est actuellement fixée à 1,1884 euro depuis le 1er avril 2010. Pour les cadres, l’ARRCO est complétée par l’AGIRC (Association générale des institutions de retraite des cadres) pour la tranche de rémunération comprise entre deux et huit fois le plafond de la Sécurité sociale. La valeur du point AGIRC est de 0,4216 euro depuis le 1er avril 2010.

Pour les non-salariés

Il existe quatre régimes différents : la MSA (Mutualité sociale agricole) pour les agriculteurs, la CANCAVA (Caisse nationale autonome d'assurance vieillesse des artisans) pour les artisans, l'ORGANIC (Organisation autonome nationale d'assurance vieillesse des industriels et des commerçants) pour les commerçants et la CNAPVL (Caisse nationale d'assurance vieillesse des professions libérales).

Pour les fonctionnaires

La retraite additionnelle de la Fonction publique (Rafp), en place depuis 2005, est une complémentaire retraite obligatoire s’adressant aux fonctionnaires. Elle prend uniquement en compte les « extras » (primes, avantages en nature, heures supplémentaires…), dans la limite de 20% du salaire brut annuel. La cotisation est ensuite de 10% du montant, répartie à moitié entre le salarié et son employeur. A 60 ans, le fonctionnaire à la retraite touche cette complémentaire sous forme de rente annuelle ou périodique. En cas de décès, le régime prévoit une réversion pour les conjoints et les orphelins.

Pour savoir comment préparer sa retraite selon votre métier, voici un récapitulatif des différents régimes :

Salarié ou non-salarié dans le secteur agricole : www.info-retraite.fr/index.php?id=141

Si vous êtes salarié de l'industrie, du commerce et des services : www.info-retraite.fr/index.php?id=140

Artisans, commerçants et industriels indépendants : www.info-retraite.fr/index.php?id=142

Profession libérale : www.info-retraite.fr/index.php?id=143

Fonctionnaire : www.info-retraite.fr/index.php?id=144

Agent non-titulaire de l’Etat ou d’une collectivité : www.info-retraite.fr/index.php?id=145

Salarié d’une entreprise à statut particulier (type SNCF, Banque de France…) : www.info-retraite.fr/index.php?id=148

Ouvrier d’Etat : www.info-retraite.fr/index.php?id=146

Personnel navigant dans l’aéronautique civile : www.info-retraite.fr/index.php?id=crpnpac00

Elu local : www.info-retraite.fr/index.php?id=147

Employé d’un culte : www.info-retraite.fr/index.php?id=149

 
L'ASSURANCE VIE plus rentable que le LIVRET A !
Trouvez l'assurance vie adaptée à vos besoins - devis gratuit

 

Réseaux Sociaux