Retraite à 60 ans : le Medef demande des précisions à Hollande sur le futur décret


Soulignant le coût « considérable » du rétablissement partiel de la retraite à 60 ans, le patronat s'interroge sur le calcul des 41 annuités et sur l'ouverture du dispositif aux agents de la fonction publique.

retraite, 60, ans, ministère

Laurence Parisot, présidente du Medef, demande au gouvernement Ayrault des éclaircissements sur les modalités du décret sur le retour partiel de la retraite à 60 ans dont la parution est prévue à la fin du mois de juin ou au début du mois de juillet. Cette mesure proposée par François Hollande lors de sa campagne présidentielle doit être l’une des premières prises par le gouvernement Ayrault indépendamment du résultat des élections législatives.

« Il y a beaucoup de questions qui se posent que nous avons commencé à évoquer avec Marisol Touraine (nommée ministre des affaires sociales et de la santé, NDLR) mais qui nécessiteront à mon avis des consultations un peu plus étendues, a relevé la patronne des patrons au cours d’une conférence de presse, mardi 22 mai 2012. En effet est-ce que dans le calcul va prendre en compte uniquement les trimestres cotisés ou comme certains le demandent les trimestres validés ? », s’interroge Laurence Parisot, faisant référence aux requêtes de certains syndicats (CGT, FO) d’intégrer les périodes de chômage et les enfants à charge dans le calcul des 41 annuités prévues pour bénéficier du dispositif.

Selon les arbitrages qui seront in fine rendus par le gouvernement « l’impact financier » ne sera « tout simplement pas le même », a-t-elle souligné.

Quel sort pour les fonctionnaires ?

Autre point soulevé par la présidente du Medef, l’inclusion ou non des agents de la fonction publique dans la liste des bénéficiaires du dispositif. « Est-ce que les fonctionnaires sont également concernés et dans ce cas-là quel est l’impact financier ? Celui-ci n’a jamais été me semble-t-il jusqu’à présent évoqué », a-t-elle requis, soulignant qu’en conséquence, aucun chiffrage n’était disponible.

Enfin, la dirigeante de l’organisation patronale a signalé les « ordres de grandeur considérables » du financement de la mesure, qu’elle a estimé à 2 milliards d’euros à partir de 2017 pour les caisses de retraites complémentaires Agirc-Arrco en plus des 5 milliards déjà annoncés par François Hollande pour le régime général.

En savoir plus
>> Retraite à 60 ans : le Medef craint une impasse financière pour l’Agirc dès 2014