Retraite à 60 ans : une mesure « financée » et « équilibrée » selon Jean Marc Ayrault

Partagez

retraites, ayrault, wikimedia

Jean Marc Ayrault, le Premier ministre socialiste a mis en avant lors de son intervention sur le plateau de TF1 l'équité de son nouveau décret qui prévoit le départ à la retraite à 60 ans pour les carrières longues, soulignant au passage la réalisation d'un engagement de campagne de François Hollande.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, est revenu durant le 20h de TF1 sur le décret concernant le départ à la retraite à 60 ans à taux plein pour les carrières longues présenté par son gouvernement lors du Conseil des ministres tenu ce jour. Il a souligné que c'est « un engagement » de campagne pris par le président de la république qui « est tenu ».

Mesure de justice

« C'est une mesure de justice, parce que trop de personnes qui ont commencé jeunes à travailler, qui ont souvent travaillé dur, étaient obligées de cotiser deux années de plus pour partir à la retraite alors qu'elles avaient leur 41 années de cotisation », a expliqué l'ancien maire de Nantes. Il l'a qualifiée d'« équilibrée » puisqu'elle touchera à « la fois des salariés privés, du public, de l'agriculture et les travailleurs indépendants ». « Beaucoup de catégories de Français », a-t-il résumé.

Pouvoir d'achat préservé

A la question du financement, Jean Marc Ayrault a répondu que la mesure était « financée », et « moins élevée que prévu ». Il a rappelé qu'elle était financée par une augmentation des cotisations vieillesse de 0,1 point pour les salariés et les employeurs, estimant qu'elle ne remettait pas « en cause le pouvoir d'achat » des Français.

« Si vous prenez quelqu'un qui est payé au smic, c'est 1,47 euro de plus par mois, ce n'est pas ça qui va porter atteinte à son pouvoir d'achat. Pour quelqu'un payé 1600 euros par mois, c'est 2 euros », a-t-il indiqué.

Le gouvernement va étendre le dispositif carrières longues aux personnes ayant commencé à travailler avant 20 ans (à 18 et 19 ans) et ayant 41 annuités de cotisation. Elles pourront partir à 60 ans à taux plein. Pour le calcul des 41 annuités de cotisation, les trimestres cotisés sont pris en compte ainsi que certains trimestres validés : deux trimestres de congés maternité, deux trimestres de chômage indemnisé. Ne sont pas retenues les bonifications pour enfant. Le coût de la mesure sera de 1,1 milliard d’euros en 2013 et 3 milliards en 2017 (au lieu de 5 milliards d’euros au départ). Le financement passera par une cotisation supplémentaire de 0,1 % pour les salariés et 0,1% pour les employeurs (soit 0,2%) en 2013, et de 0,25% pour chacun en 2017 (soit 0,5 point au total). Le dispositif concerne tous les régimes de retraite de base. Il y aura des négociations entre les partenaires sociaux pour l’alignement des régimes obligatoires complémentaires.

 
L'ASSURANCE VIE plus rentable que le LIVRET A !
Trouvez l'assurance vie adaptée à vos besoins - devis gratuit

 

Réseaux Sociaux