Retraite anticipée pour Eric Woerth au ministère du Travail


Lors de la double passation de pouvoirs entre Eric Woerth et Roselyne Bachelot puis celle entre Eric Woerth et Xavier Bertrand, le nouvel ex-ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique estime avoir « payé le prix » de la réforme des retraites.

Eric Woerth a mené la réforme des retraites à son terme. Comme il l’avait annoncé, de même que Nicolas Sarkozy et François Fillon. Mais le président de la République et le Premier ministre ne l’ont pas conservé au gouvernement dans le cadre du remaniement ministériel alors que l’intéressé souhaitait y rester.

« Nous avons mené avec mon équipe la dure bataille des retraites, s’est remémoré Eric Woerth lors de la passation de pouvoir au ministère du Travail, rue de Grenelle, soulignant la « légitime inquiétude au cœur des Français et la nécessité absolue de réformer les retraites ».

« J’ai payé le prix de cette réforme. […] En même temps, je pense que cette réforme était indispensable », a ajouté Eric Woerth dans sa déclaration à la presse lors de la passation avec Xavier Bertrand, nouveau ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé « un ami de très longue date avec qui on a partagé beaucoup de choses ».

« Celui qui a porté la plus dure réforme  » (X. Bertrand)

Ce dernier n’a pas manqué de saluer chaleureusement Eric Woerth. « C’est la troisième passation de pouvoir, c’est celle que je fais avec le plus d’émotion. Pas seulement parce que je reviens dans ce ministère. C’est parce que celui qui quitte ce ministère est mon ami. C’est parce que c’est celui qui a porté la plus dure réforme. C’est parce que cet homme a été injustement attaqué. Je veux lui dire tout mon soutien, toute mon amitié. C’est un grand ministre du Travail, qui quitte ce ministère aujourd’hui », a déclaré de son côté Xavier Bertrand.