Retraite : « La perte pour les poly-pensionnés pourra grimper à plus de 800 euros par mois »


INTERVIEW – A compter du 1er janvier 2017, la retraite des assurés ayant cotisé à plusieurs régimes alignés va être calculée sur la moyenne des 25 meilleures années de salaire tous régimes confondus et non plus en proportion de la durée d'affiliation à chacun des régimes. Si ce nouveau mode de calcul peut paraître avantageux, il va pénaliser durement certains poly-pensionnés avertit Frédéric Barrel, directeur technique du cabinet Neovia Retraite.    

Frédéric Barrel, directeur technique de Neovia Retraite

Toutsurmesfinances.com : Vous dites que le nouveau calcul pour les poly-pensionnés des régimes alignés pénalisera certains retraités. Pour quelles raisons ?
Frédéric Barrel, directeur technique de Neovia Retraite : Tout d’abord, il faut rappeler ce que sont les régimes de retraite dits « alignés ». Ce sont des régimes répondant aux mêmes paramètres. Soit le régime général de la Sécurité sociale qui constitue le régime de base des salariés du privé, la MSA (Mutualité sociale agricole, NDLR) qui est le régime de base des salariés agricoles, et le RSI (Régime social des indépendants, NDLR), qui est le régime de retraite des artisans et des commerçants.
Dans ces trois régimes, la retraite de base est calculée en fonction du salaire de référence qui correspond à la moyenne des 25 meilleures années de rémunération, du taux de liquidation dont le taux plein est fixé à 50%, du nombre de trimestres cotisés et de la durée d’assurance requise dans la classe d’âge de l’assuré pour bénéficier d’une pension sans abattement. Aujourd’hui, le salaire de référence des poly-affiliés est calculé sur un nombre d’années proportionnel à la durée d’affiliation auprès de chacun des régimes alignés. A compter du 1er janvier 2017, seront retenues les 25 meilleures années tous régimes alignés confondus.

Ce nouveau mode de calcul semble a priori favorable. Pourquoi y aurait-il alors des perdants ?
Dans la majorité des cas, le salaire de référence sera en effet plus élevé. En revanche, le nombre de trimestres payés par la retraite risque, lui, d’être moins important car limité à la durée de référence en fonction de l’année de naissance. Et c’est encore plus vrai pour les actifs qui ont été affiliés à plusieurs régimes alignés en même temps. Prenons l’exemple d’un salarié qui a développé, en tant qu’autoentrepreneur, une activité indépendante d’artisan. S’il a validé dans l’année 4 trimestres au régime général et 4 trimestres au RSI, aujourd’hui les 8 trimestres sont payés par ses deux retraites. Demain, seuls 4 trimestres, correspondant à 1 annuité de retraite, seront pris en compte dans le calcul de sa pension de base. Or, l’effet de la hausse du salaire de référence ne compensera que rarement l’impact de la réduction du nombre de trimestres payés.

Dans quelle proportion les poly-pensionnés alignés seront-ils affectés et quelle sera la perte moyenne de retraite ?
En nous basant sur les dossiers que nous traitons, on peut dire qu’un tiers seront gagnants, un tiers ne seront pas vraiment impactés et un tiers seront perdants. Le gain moyen atteint 54 euros par mois. La perte mensuelle moyenne s’élève, elle, à 168 euros. Elle peut même grimper à plus de 800 euros par mois !

Quels sont vos conseils ?
Le nouveau calcul va être mis en place à partir des générations nées en 1953. Les assurés nés jusqu’au 31 décembre 1952 ne sont donc pas concernés. A l’inverse, la mesure entrant en vigueur pour les retraites liquidées à partir du 1er janvier 2017, les poly-affiliés ne pouvant pas, par leur âge, percevoir leur retraite avant cette date n’y échapperont pas. En réalité, seuls les actifs nés en 1953 et en 1954, ou en 1955 et 1956, s’ils sont éligibles à la retraite anticipée pour carrière longue, disposent réellement d’une marge de manœuvre. Ils ont intérêt à calculer s’il est plus avantageux pour eux de partir à la retraite avant ou après le 1er janvier 2017.

Propos recueillis Par Jean-Philippe Dubosc

A lire également :

Une seule retraite pour les poly-pensionnés