Retraites : ce qui change, ne change pas au 1er avril 2014


Comme chaque année, plusieurs changements interviennent au 1er avril. Certaines allocations sont revalorisées au 1er avril tandis que d'autres sont gelées temporairement. Tour d'horizon de ce qui vous attend.    

pensions et allocations 1er avril

Le printemps apporte également son lot de bonnes nouvelles. L’Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), remplaçante du minimum vieillesse depuis 2006, sera revalorisée de 0,6% au 1er avril 2014, d’après la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine. Soit une augmentation de 4,75 euros. L’Aspa s’élève désormais à 792 euros par mois pour une personne seule et à 1.229,60 euros pour un couple. Elle échappe ainsi au report de la revalorisation des pensions de base prévu dans la réforme des retraites.

Elle est revalorisée chaque année en fonction des prévisions de l’inflation de la Commission économique de la Nation (CEN), « corrigée de la différence entre la prévision de l’année précédente et l’inflation effective », précise la ministre. Ainsi, la hausse des prix effective se montant à 0,7% en 2013 et non 1,2% comme prévu (soit un correctif de 0,5 point) et la prévision de l’inflation étant fixée à 1,1% pour 2014, la revalorisation de l’Aspa se chiffre à 0,6% (soit 1,1 – 0,5).

Une seconde augmentation exceptionnelle de 1,01% devrait être effective au 1er octobre 2014, selon les engagements formulés par Marisol Touraine dans une interview publiée sur Toutsurlaretraite.com le 26 mars. L’Aspa atteindrait alors 800 euros.

Les pensions d’invalidité civiles ou militaires sont également revalorisées au 1er avril 2014 mais les taux appliqués demeurent encore inconnus à l’heure actuelle. Idem pour l’allocation supplémentaire vieillesse (ASI) et l’allocation aux personnes âgées (APA).

Ce qui reste inchangé au 1er avril

Mauvaise nouvelle pour les retraites complémentaires Arrco (pour tous les salariés) et Agirc (pour les cadres), qui ne seront pas revalorisées cette année. Les deux régimes ont décidé de geler la valeur de leurs points en 2014. Les 15 millions de retraités du secteur privé qui en bénéficient devront donc patienter.

D’autant plus qu’il faut prendre en compte le report de la revalorisation annuelle par rapport à l’inflation des retraites de base du 1er avril au 1er octobre, en application de la réforme des retraites. Cette mesure se traduit ainsi par le gel des pensions de base pendant six mois, qui ne seront donc revalorisées qu’au 1er octobre 2014.

 

Ce report ampute le pouvoir d’achat des retraités. Plus précisément, pour un fonctionnaire avec une pension de 1.500 euros par mois, la perte de pouvoir d’achat se monte à 54 euros. La perte s’établit à 45,18 euros pour un ex-salarié non cadre touchant 1.500 euros de pensions (régime général et complémentaire). A noter que les pensions de réversion sont également concernées et ne seront revalorisées qu’au 1er octobre.

Cette disposition devrait générer 600 millions d’économies pour les régimes de base en 2014 et jusqu’à 2 milliards d’euros en 2040, selon les prévisions de l’exécutif.