Retraites complémentaires : 8% de cotisations pour les artistes en 2016


A compter du 1er janvier 2016, les artistes-auteurs devront cotiser à hauteur de 8% de leurs revenus professionnels au titre de leur régime complémentaire RAAP. Une augmentation importante en vue de leur assurer une retraite « plus satisfaisante et plus juste ».    

un graphistes

Les écrivains, graphistes, photographes, scénaristes, traducteurs, peintres, sculpteurs et autres réalisateurs ont récemment eu une mauvaise surprise dans leur boîte aux lettres. Dans un courrier daté du 5 mai 2014, le président du Régime des artistes auteurs professionnels (RAAP) Frédéric Buxin les informe que, à compter du 1er janvier 2016, ils devront cotiser à hauteur de 8% de leurs revenus de l’année précédente pour leur retraite complémentaire.

 

1.500 euros de retraite par an

Aujourd’hui, les artistes auteurs peuvent choisir entre 5 classes de cotisation annuelle au RAAP, leur régime de retraite complémentaire obligatoire (pour la retraite de base, ils cotisent aux Agessa ou à la Maison des Artistes). Pour la cotisation 2014, ces dernières s’élèvent respectivement à 438 euros, 876 euros, 1.752 euros, 2.628 euros ou 3.504 euros par an.

Problème : une « écrasante majorité d’artistes-auteurs » optent pour la classe la plus basse et « se retrouvent au moment de la retraite avec des pensions dont le montant est très éloigné de leur activité passée », constate Frédéric Buxin. Selon le président du RAAP, le montant moyen des pensions versées par le régime se situe à seulement 1.500 euros par an.

 

Des exceptions

D’où la décision du conseil d’administration du RAAP d’instaurer un taux de cotisation de 8% sur les revenus professionnels pour « proposer une solution plus satisfaisante et plus juste ». Les artistes-auteurs « que ce dispositif pénaliserait en diminuant leur possibilité de cotiser au maximum » pourront, toutefois, continuer à choisir durant 10 ans une classe de cotisation. Des aménagements seront également prévus pour les affiliés qui cotisent également au Régime des auteurs et compositeurs dramatiques et auteurs de films (RACD) et au Régime des auteurs et compositeurs d’oeuvres musicales (RACL).

D’après les derniers chiffres de l’Ircec (la caisse de retraite qui regroupe le RAAP, le RACD et le RACL), le RAAP a perçu 24,1 millions d’euros de cotisation en 2012, versés par 39.332 affiliés dont la moyenne d’âge se situe à 46 ans. Seuls les artistes-auteurs justifiant d’un certain niveau de revenus nets professionnels doivent obligatoirement cotiser au RAAP. Pour 2014, il est fixé à 8.487 euros.

 

A lire également :

Retraites : hausse réduite des cotisations accordées à certaines professions