Retraites des fonctionnaires : plus de 5 milliards d’euros d’économies en cas de désindexation (iFRAP)


La Fondation iFRAP, à tendance libérale, propose de désindexer les pensions de retraite des agents de la fonction publique, afin de permettre d'économiser 5,55 milliards d'euros supplémentaires sur les comptes publics par rapport au plan Fillon du 7 novembre.

fondation, ifrap

Le gouvernement a présenté un plan d’austérité devant permettre de trouver 7 milliards d’euros en 2012 et d’éviter 64,7 milliards d’euros de dettes sur la période 2012-2016. De son côté, le think-tank iFRAP suggère en particulier de caler la revalorisation des pensions des retraités du secteur public sur la croissance et non plus sur l’inflation, comme le gouvernement l’a décidé pour les prestations familiales et les aides au logement.

Poste de dépense « qui augmente le plus »

« Pour permettre une économie sur le poste qui augmente le plus (hors charge de la dette) dans le PLF 2012 (36 milliards en 2011 à 37,9 en 2012), une possibilité serait de modifier le calcul des retraites publiques en les indexant non plus sur l’inflation mais sur la croissance », propose Agnès Verdier-Molinié, directeur de la Fondation iFRAP, dans une note publiée le jeudi 10 novembre.

« Les dépenses de retraites pour les trois fonctions publiques sont de 52 milliards d’euros par an. Rien que pour l’État, ce serait 5,55 milliards qui pourraient être économisés d’ici 2016 », précise-t-elle.

Agnès Verdier-Molinié estime que ce nouveau mode de calcul serait « d’autant plus justifié que, du côté des retraites privées, la retraite CNAV est indexée sur l’inflation depuis 1993 (et non plus sur les salaires) » alors que retraites des régimes de fonctionnaires étaient « indexées jusqu’en 2003 sur le niveau des traitements des agents publics et, depuis 2003, sur l’inflation ».

La directrice de l’iFRAP relève également que les retraites complémentaires Arrco (salariés du privé) et Agirc (cadres) sont « en principe indexées elles aussi sur l’inflation » ; « leur montant représente 40% du montant des retraites privées, et ont, elles, tendance à baisser (-0,1% par an sur les 10 dernières années) », observe-t-elle.