Retraites : François Hollande confirme que l’âge de départ ne sera pas touché


La future réforme des retraites n’instaurera pas de nouveau report de l’âge légal de départ, actuellement fixé à 62 ans pour la génération née en 1955. « J’ai dit qu’on n’y toucherait pas », a confirmé François Hollande dans une interview parue le 4 juin 2013 dans le quotidien La Provence. En revanche, comme il l’avait déjà dit lors de son intervention télévisée du 28 mars 2013, le président de la République a rappelé qu’il était favorable à un allongement de la durée de cotisation, en fonction de l’augmentation de l’espérance de vie. « J’ai toujours affirmé qu’à partir du moment où nous vivons plus longtemps, de 10 ou 20 ans, nous devrons cotiser plus longtemps. Chacun le comprend. Cela fera partie du débat. »

Le chef de l’Etat souhaite également profiter de la réforme des retraites pour instaurer « plus de justice » dans le système. Une antienne qu’il a évoquée plusieurs fois notamment lors de sa conférence de presse du 16 mai dernier. La loi devra ainsi s’attaquer à la « pénibilité et de l’égalité entre les femmes et les hommes ». Le rapport que la commission pour l’avenir des retraites, présidée par Yannick Moreau, devrait remettre au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, la semaine prochaine proposerait, selon des sources syndicales, l’instauration d’un congé de fin de carrière ou des bonifications de trimestres de cotisations pour les personnes travaillant la nuit ou exposées aux substances cancérigènes dans le cadre de leur emploi.

Pour réduire les écarts de pension entre les hommes et les femmes, une forfaitisation de la majoration de 10% octroyées aux parents d’au moins trois enfants serait également préconisée par le rapport Moreau. Jusqu’ici non limité et versé aussi bien aux pères qu’aux mères, cet avantage (non fiscalisé) profite davantage aux hommes dont les salaires sont plus élevés en moyenne de 20% à 30% à ceux des femmes.

 

A lire aussi :

Retraites : pourquoi Hollande lance une réforme en 2013