Retraites : Hollande confirme l’augmentation de la durée de cotisation


Le chef de l'Etat a écarté un nouveau recul de l'âge de départ à la retraite. Il souhaite, en revanche, que la durée de cotisation continue d'augmenter au-delà de 2020. Un allongement qui touchera également les régimes des fonctionnaires et les régimes spéciaux.

François Hollande lors de l'émission Capital du 16 juin 2013

 

Les Français vont bien devoir cotiser plus longtemps. François Hollande a confirmé que la future réforme des retraites va se traduire par un allongement de la durée de cotisation. « Nous vivons plus longtemps. Dès lors que l’espérance de vie augmente, notre durée de cotisation doit suivre », a déclaré le président de la République, le 16 juin 2013, dans l’émission « Capital » sur M6. Comme préconisé dans le rapport pour l’avenir des retraites remis le 14 juin par Yannick Moreau, le rythme d’allongement de la durée de cotisation, instauré par la loi Fillon de 2003, pourrait se poursuivre au-delà du délai prévu de 2020.

 

44 annuités en 2025 ou 2030

« Nous allons continuer à augmenter la durée de cotisation mais pas pour tout de suite », a confirmé le chef de l’Etat. Elle pourrait ainsi passer de 41,75 ans en 2020 à 44 ans en « 2025 ou 2030 ». « Le rythme sera discuté par le partenaire sociaux », a rappelé François Hollande, faisant référence à la deuxième conférence sociale, prévue les 20 et 21 juin 2013. Même si, a-t-il insisté plusieurs fois, « je ne ne demande pas aux partenaires sociaux de faire la réforme (des retraites, NDLR) à notre place ». En revanche, « l’âge légal (de départ, NDLR) ne bougera pas, a assuré le président. C’est un engagement que j’ai pris. C’est par la durée de cotisation que nous allons agir ».

En ce qui concerne les régimes de la fonction publique et les régimes dits « spéciaux » (EDF, SNCF, RATP…), François Hollande ne semble pas partisan d’une convergence avec le régime général des salariés. Le locataire de l’Elysée a rappelé que les réformes de 2003, 2008 et 2010 ont harmonisé les durées de cotisation et les âges de départ. Selon lui, « la réforme (des régimes des fonctionnaires et des régimes spéciaux) a déjà eu lieu ». Pour appuyer son propos, il a même spécifié que les durées de cotisation à la RATP et à la SNCF vont converger en 2017.

 

Flou sur les retraités

De toute façon, en allongeant la durée de cotisation, « tout le monde fera des efforts et le même effort », a insisté le chef de l’Etat. Quant aux retraités, il est resté vague. « On ne touchera pas à leur retraite. On sécurisera leurs retraites », a-t-il assuré. Un gel des pensions, évoqué par le rapport Moreau, est donc exclu. En revanche, une revalorisation inférieure à l’inflation également proposée dans le document n’est pas totalement écartée. François Hollande n’a pas non plus évoqué la réduction des niches sociales et fiscales dont bénéficient les retraités. Le rapport Moreau conseille un alignement du taux plein de CSG des retraités de 6,6% sur celui des actifs de 7,5%, un abaissement de leur abattement fiscal de 10% et une fiscalisation de la majoration de 10% des pensions pour les parents de trois enfants ou plus.

Au sujet du rapport Moreau, « tout ne sera pas repris », s’est contenté de déclarer François Hollande. Celui-ci a confirmé que la loi sur les retraites sera adoptée « en décembre (2013, NDLR) ». « Je ne peux pas aller plus vite et être plus clair », s’est-il justifié. Difficile, en effet, pour le chef d’Etat d’être davantage directif alors que va s’ouvrir la deuxième conférence sociale dans trois jours.

 

A lire aussi :

Retraites : pourquoi Hollande lance une réforme en 2013