Retraites : l’avancement à 2017 du relèvement de l’âge légal à 62 ans décrié par les syndicats


La décision du gouvernement d'accélérer l'application des mesures d'âge de la réforme des retraites, avec un âge légal de départ à 62 ans avancé d'un an, à 2017 a été unanimement décriée par les syndicats.

retraite, loi, reforme, 2010

CFDT
La CFDT a condamné « l’accélération de la réforme des retraites de 2010, déjà injuste, qui rapporte peu, inquiète les salariés et ne sert qu’à envoyer un signal aux agences de notation ». La centrale cédétiste indique qu’elle prendra contact « dans les jours à venir avec les autres organisations syndicales afin d’envisager les suites à donner ».

FO
« Il a décidé également d’accélérer l’application de la loi sur les retraites votée en 2010 afin d’avancer le passage de l’âge légal à 62 ans en 2017 au lieu de 2018. Ce qui va impacter directement les salariés et sacrifier les générations 1952 à 1955 ».

CFTC
S’agissant de l’avancement d’un an de l’âge légal de départ, la CFTC déplore que les « retraites servent à payer le déficit ». La centrale chrétienne estime en outre qu’il « faudrait assouplir le dispositif en prenant réellement en compte le problème de la pénibilité et des personnes ayant travaillé tôt et ayant tous leurs trimestres ».

CGT
Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, a déclaré que le plan de rigueur dans sa globalité « c’est plus d’injustice sociale ». Il a appelé à la tenue d’une réunion de l’intersyndicale « dans les meilleurs délais », afin de mener les « ripostes les plus adéquates » au plan anti-déficit.

Unsa
Pour l’Unsa, l’accélération de la mise en œuvre de la réforme des retraites « alourdira un des dispositifs les plus durs d’Europe en pénalisant les salariés seniors dont le taux de chômage s’est pourtant accru de 17,2 % sur un an ».

CFE-CGC
Le syndicat des cadres déplore que le gouvernement « réfléchisse à des mesures de rigueur sans réelle consultation des partenaires sociaux ».

Solidaires
Pour Solidaires, « l’injustice sociale envers les classes populaires s’accentue ». L’Union syndicale Solidaires « appelle à la construction de mobilisations d’ampleur ».