Retraites : la Cipav contre-attaque


EXCLUSIF – Selon un document que Toutsurlaretraite.com a pu consulter, la Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d'assurance vieillesse porte plainte pour diffamation contre un collectif d'adhérents mécontents de ses services qui a lancé une pétition sur Internet.    

Jacques Escourrou

La Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse (Cipav) a décidé de ne pas se laisser faire. Selon un communiqué de la plus importante caisse de retraite des professions libérales (la moitié des libéraux y sont affiliés) qui sera diffusé le 10 juin 2014 et que Toutsurlaretraite.com a pu se procurer, l’organisme a porté plainte pour diffamation contre le Collectif d’information des professionnels adhérents victimes de la Cipav. « La Cipav a engagé une procédure en justice – pour diffamation publique – contre cette organisation et son porte-parole, Yan Franquet, en raison de la campagne calomnieuse en cours », est-il mentionné dans le communiqué.

Le Collectif d’information des professionnels adhérents victimes de la Cipav ainsi que la Fédération des auto-entrepreneurs (FAE) ont lancé une pétition sur Internet demandant la mise sous tutelle par l’Etat de la Cipav. D’après nos informations, les représentants des deux organisations ont par ailleurs rencontré le 15 mai dernier les services de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS). Le Collectif et la FAE prévoient également de manifester le 13 juin prochain devant le siège parisien de la Cipav.

 

Plusieurs dysfonctionnements

Ils appuient leurs revendications sur le rapport très critique de la Cour des comptes sur la gestion de la Cipav publié le 11 mars 2014 pointant des retards dans le versement des pensions, un faible taux d’appels téléphoniques traités ou encore une absence de prise en compte des droits à la retraite des auto-entrepreneurs prestataires de service (ceux exerçant une activité marchande ou artisanale dépendent du Régime social des indépendants).

La Cipav ne nient pas ces dysfonctionnements et l’explique par l’affiliation des auto-entrepreneurs. « En 2009, le gouvernement a désigné la Cipav comme l’organisme devant prendre en charge leur régime de retraite. Ce sont 284.000 auto-entrepreneurs qu’il a fallu prendre en compte dans un délai très court, sur une population totale de 500.000 adhérents. L’afflux massif d’adhérents a engendré des « pics » de gestion, qui ont eu inévitablement des incidences sur le traitement des dossiers et des appels téléphoniques, les systèmes devant être adaptés pour prendre en compte cet afflux important », justifie la Cipav.

 

Situation en voie de normalisation

La caisse assure avoir pris des mesures pour « revenir à une situation normale » notamment en matière d’accueil téléphonique et de gestion des dossiers. « La situation est aujourd’hui en cours de normalisation par la mise en place de moyens supplémentaires et structurels, leurs effets seront progressifs », prévient-elle.

La caisse de retraite relativise par ailleurs le mécontentement de ses assurés souligné par le Collectif et la FAE. Selon une enquête diligentée en avril 2014 par la Cipav, si seulement 59% des cotisants seraient satisfaits de la qualité de service, le ratio grimperait à 80% chez les retraités. Au final, la note de satisfaction se situerait à 66,5%.

La caisse est consciente que la marge de progrès est importante. D’ailleurs, concernant les réclamations, elle propose « d’étudier, au cas par cas, une solution amiable », tout en assurant qu’elle est « dans son bon droit, dans les quelques dossiers que le Collectif met en avant. »

 

A lire également :

CARMF : réforme de la retraite complémentaire des médecins confirmée