Retraites : la durée de cotisation allongée seulement à partir de 2020


L’allongement de la durée de cotisation, envisagé dans la réforme des retraites, serait appliqué uniquement à compter de 2020. Déjà évoquée par l’entourage de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, l’information aurait été confirmée par le cabinet du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, selon Le Figaro daté du 13 août 2013. « A priori, il sera choisi de ne l’allonger (la durée de cotisation, NDLR) qu’à partir de 2020. Le faire avant, ce serait la loi de l’enquiquinement maximum : cela ne rapporterait pas grand-chose et reviendrait à durcir les mesures de la réforme Fillon de 2003 que la gauche avait combattues », estime une source citée par le quotidien.

La loi Fillon de 2003 avait prévu que la durée de cotisation augmente, pour suivre l’allongement de l’espérance de vie, d’un trimestre par an jusqu’en 2020. La loi Woerth de 2010 est revenue sur ce mécanisme en décidant qu’à partir de la génération née en 1955, la durée de cotisation serait fixée à 166 trimestres (41,5 annuités) et qu’un décret serait publié chaque année pour établir le nombre de trimestres de la classe d’âge suivante en fonction du gain réel d’espérance de vie constaté.

L’espérance de vie progressant désormais plutôt au rythme d’un trimestre gagné tous les trois ans et non plus tous les ans, le décret du 22 décembre 2012 a maintenu à 166 le nombre de trimestres de cotisations requis pour la génération 1956 pour bénéficier d’une retraite à taux plein. Selon un document de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) que Toutsurlaretraite.com a pu consulter, il en sera de même pour la génération 1957. Il faudra attendre la génération 1958 pour que la durée de cotisation soit portée à 167 trimestres. C’est-à-dire les actifs qui prendront leur retraite justement en… 2020.

Ce « gel » jusqu’en 2020 évitera de mécontenter les seniors proches de la retraite alors que se profilent les élections municipales de 2014. La mesure permettra également de satisfaire les militants socialistes, le bureau national du PS s’étant déclaré en faveur d’un allongement « progressif » de la durée de cotisation.

 

A lire aussi :

Retraites : les seniors ne devraient pas être touchés par l’llongement de la durée de cotisation