Retraites : la moitié des Français prêts à partir à 65 ans


Selon une étude du Cercle de l'Epargne rendue publique le 24 juin 2015, 51% des actifs envisagent de prendre leur retraite à 65 ans au lieu de 62 ans afin d'améliorer le montant de leur future pension.    

35% des actifs envisagent de travailler à la retraite

Voilà un résultat qui va ravir le Medef. Alors que le patronat propose actuellement la mise en place d’une décote sur les pensions complémentaires entre 62 et 65 ans pour inciter les salariés à cotiser plus longtemps, un recul de l’âge de départ à la retraite semble entrer petit à petit dans les esprits.

D’après une étude réalisée par l’Ifop auprès de 1.007 personnes âgées de 18 ans et plus pour le compte du Cercle de l’Epargne et présentée le 24 juin 2015, 51% des sondés déclarent être prêts à travailler jusqu’à 65 ans pour « disposer d’une bonne retraite ». Pour mémoire, l’âge légal de départ augmente depuis 2011 pour atteindre 62 ans à partir de 2017.

Un âge de départ « mathématique »

Ce sont les cadres qui se montrent les plus prompts à partir à 65 ans (60%), suivis des commerçants et chefs d’entreprise (58%). La moitié (50%) des employés y songent. En revanche, les ouvriers et professions intermédiaires (à 47% respectivement) sont minoritaires à envisager de prendre leur retraite à 65 ans. « Avec une entrée dans la vie active en moyenne à 22 ans et bientôt 43 ans de cotisation, il n’est pas étonnant que les Français pensent partir à 65 ans. C’est mathématique », souligne Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’Epargne.

La réforme des retraites de 2014 a en effet introduit une augmentation de la durée de cotisation entre 2020 et 2035 au rythme d’un trimestre supplémentaire tous les trois ans. Les actifs nés à compter du 1er janvier 1973 devront justifier d’au moins 172 trimestres (43 ans) pour toucher une pension sans minoration. Cet allongement semble avoir été intégré puisque plus les actifs disposent de revenus faibles et plus ils sont prêts à retarder leur départ à la retraite. Une décote sur leur pension aurait, il est vrai, davantage d’incidence par rapport à une personne bénéficiant de ressources élevées.

Vif intérêt pour le cumul emploi-retraite

Ainsi, si 56% des répondants percevant moins de 2.000 euros de revenus par mois pourraient partir à 65 ans, c’est le cas de seulement 47% de ceux touchant plus de 4.000 euros de revenus par mois. De toute façon, 29% des Français pensent que l’âge légal sera fixé à 65 ans lorsqu’ils prendront leur retraite. 36% vont même jusqu’à dire qu’il excèdera 65 ans.

Autre information intéressante de l’étude : 35% des actifs songent à travailler durant leur retraite, dont 29% « régulièrement ». « Ce chiffre peut paraître important. Toutefois, il est à nuancer car une partie des personnes interrogées s’imaginent peut-être partir à la retraite à 62 ans, en pleine forme », tempère Jérôme Jaffré, directeur du Centre d’études et de connaissances sur l’opinion publique (CECOP) qui a conduit l’enquête du Cercle de l’Epargne. A 65 ans, pas sûr qu’ils souhaitent encore exercer une activité…

 

A lire également :

Retraites : travailler plus longtemps rapporte plus dans le public