Retraites : le Medef veut allonger la durée de cotisation à 43 annuités


Outre le recul de l'âge légal de départ à la retraite de 62 à 63 ans, Laurence Parisot souhaite augmenter la durée de cotisation « au moins à 43 annuités » d'ici 2014 ou 2015. La présidente du Medef refuse catégoriquement toute hausse des cotisations pour combler les déficits.

parisot, medef, retraites

Comment résorber le déficit du régime général des retraites, compris entre 20 milliards et 25 milliards d’euros à l’horizon 2020 selon le rapport du Conseil d’orientation des retraites (Cor) ? Pas en augmentant les cotisations, selon Laurence Parisot. Lors de sa dernière conférence de presse de l’année 2012, la présidente du Medef a clairement rejeté mardi 18 décembre toute idée de renchérissement du coût du travail.

Allonger la durée de cotisation d’un an et demi

« Sur les retraites du régime général comme sur les retraites des régimes complémentaires nous ne pouvons accepter une augmentation de cotisations, que ce soit côté entreprises ou côté salariés, c’est clair. Ce n’est pas une position de principe au sens où par définition nous représentons des entreprises, nous devons dire non à une hausse des charges sur les entreprises. C’est une position de justesse économique », a tranché Laurence Parisot qui juge qu’accepter des augmentations de cotisations « serait tout simplement suicidaire ». Et de souligner que si le Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) doit réduire de 2,5% le coût du travail en moyenne, il faudrait le « réduire de 11% pour se mettre à hauteur de l’Allemagne ». Selon la patronne des patrons, toute augmentation de cotisations sociale « ne ferait qu’aggraver » l’écart de compétitivité qui sépare la France de son premier partenaire économique.

Les principales pistes avancées par le Medef pour remédier aux déficits de la Cnav (caisse nationale d’assurance vieillesse) et des autres régimes de base déficitaires portent sur les paramètres d’âge et de durée de cotisation. « Il faut travailler sur l’âge légal, il faut travailler sur la durée de cotisation et plus vite nous le faisons, mieux c’est. L’idéal serait que dans les deux ans qui viennent nous puissions augmenter l’âge légal à 63 ans et augmenter la durée de cotisation au moins à 43 annuités », a-t-elle proposé. Actuellement, pour les personnes nées en 1955 et 1956, la durée de cotisation nécessaire pour obtenir une retraite à taux plein (sans décote) est fixée à 166 trimestres soit 41,5 ans. L’âge légal a par ailleurs été repoussé progressivement de 60 à 62 ans dans le cadre de la réforme Woerth-Sarkozy de 2010.

Nécessité de relever l’âge légal de départ pour le Medef

Laurence Parisot s’est toutefois défendue de toute position dogmatique. « Je voudrais que tout le monde comprenne bien que quand le Medef dit qu’il faut relever l’âge légal de départ à la retraite, ce n’est pas pour le plaisir de dire il faut relever l’âge légal de départ à la retraite, a-t-elle tenu à préciser. Le sujet, en soi, ne fait pas plus plaisir à vous qu’à moi. Mais si nous disons cela, c’est parce que l’horizon se rapproche à grande vitesse et le déficit se creuse tout aussi vite ».

Afin de remédier à la situation qu’elle juge « tout à fait sérieuse », la présidente du Medef souhaite l’organisation « soit d’un Grenelle des retraites, soit d’une grande conférence des retraites ». Actuellement, le gouvernement parle de concertation avec les partenaires sociaux à partir du mois de mars.