Retraites : les pensions militaires d’invalidité revalorisées de 0,4% en 2015


Un arrêté publié le 24 octobre 2015 fixe la valeur du point d'indice de la pension militaire d'invalidité à 14 euros au 1er janvier 2015. La mesure est rétroactive.  

La valeur d'indice du point PMI sert à déterminer le montant de la pension militaire d'invalidité et de la retraite du combattant

 

Les militaires invalides sont un peu mieux traités que les retraités lambda. La valeur du point d’indice de pension militaire d’invalidité (PMI) est revalorisé de 0,4% cette année, contre seulement 0,1% pour les pensions de retraite de base. Un arrêté est en effet paru le 24 octobre 2015 au Journal Officiel portant la valeur du point PMI de 13,94 à 14 euros au 1er janvier 2015. Cette revalorisation est donc rétroactive.

 

Contrairement à l’indexation annuelle des retraites de base effectuée tous les 1ers octobre, celle de l’indice de PMI n’intervient pas à date fixe. La dernière datait ainsi du 1er juillet… 2013. Le mode de revalorisation n’est pas le même non plus. Alors que les pensions de base sont indexées par rapport à l’inflation, les pensions militaires d’invalidité se basent, elles, sur la variation de l’indice des traitements bruts de la fonction publique d’Etat.

Un indice important

La valeur du point de PMI permet de déterminer le montant des pensions militaires d’invalidité. Ces dernières sont attribuées aux militaires souffrant de blessure ou de maladie contractées durant leur service entraînant une incapacité permanente (IP).

Le taux minimum d’IP exigé varie en fonction du nombre d’infirmités et si elle a été provoquée en temps de paix, de guerre ou durant une opération extérieure (Opex). Les victimes de guerre, d’actes de terrorisme et les conjoints (mariés ou pacsés) survivants de militaires décédés par le fait du service ou des suites d’une affection contractée en service ont droit à la PMI.

La valeur d’indice du point PMI sert également à fixer le montant de la retraite du combattant octroyée à partir de 65 ans (60 ans dans certains cas) aux titulaires de la carte du combattant (sur demande de l’intéressé). Elle sert aussi à définir le plafond d’exonération fiscale de la retraite mutualiste du combattant (RMC), une retraite par capitalisation facultative réservée aux anciens combattants.