Retraites : plus de la moitié des entreprises mal préparées aux comptes pénibilité


 

Le compte personnel de prévention de pénibilité est mal parti. Alors que ce dispositif qui permet aux salariés exposés aux risques professionnels de notamment partir plus tôt à la retraite est partiellement mis en place depuis le 1er janvier 2015, une bonne partie des employeurs ne répondent pas à leurs obligations. Seulement 47% des entreprises ont mis en place les fiches individuelles de prévention des expositions d’après une enquête réalisée par le cabinet Atequacy auprès de 200 sociétés de plus de 50 salariés, présentée le 15 avril 2015. Or, c’est à partir des données consignées dans ces fiches que seront attribués les points qui viendront alimenter les comptes pénibilité.

Pour rappel, l’exposition durant un trimestre à un risque donne droit à un point et à deux points en cas de « poly-exposition » (dans la limite de huit points dans l’année). Les comptes sont plafonnés à 100 points. Les 20 premiers points doivent être utilisés (sauf pour les assurés nés à partir du 30 juin 1956) pour financer une formation de reconversion professionnelle. Les 80 points restants peuvent permettre de bénéficier d’un temps partiel payé comme un temps plein ou d’un départ anticipé à la retraite (dans la limite de 60 ans).

L’absence de mise en place de fiches pénibilité est d’autant plus dommageable que la part des entreprise concernées par le compte pénibilité est importante. Toujours d’après Atequacy, 57% des sociétés interrogées emploient au moins un salarié soumis à un des quatre facteurs de pénibilité (travail de nuit, en équipe alternée, répétitif, en milieu hyperbare) en vigueur depuis le 1er janvier. En prenant en compte les six autres facteurs (bruit, charges lourdes, postures pénibles, températures extrêmes, vibrations mécaniques, exposition à des agents chimiques dangereux), qui seront instaurés au 1er janvier 2016, 60% des entreprises du panel seraient concernées par le compte pénibilité.

 

A lire également :

Compte pénibilité : les propositions de simplification dévoilées en juin 2015