Retraites : réformes et négociations au programme du président Hollande


Elu président de la République dimanche 6 mai 2012 avec 51,62% des suffrages, François Hollande va avoir fort à faire sur les dossiers des retraites, de l'emploi des seniors et de la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Redéfinition de l'âge légal de départ, question de la pénibilité du travail, réforme de la dépendance, contrat de génération pour les plus de 55 ans... Autant de sujets à débattre avec les partenaires sociaux et les députés à élire au mois de juin.

retraite, hollande, reformes

L’agenda du nouveau Président s’annonce chargé. Après sa victoire au second tour de l’élection présidentielle le dimanche 6 mai, François Hollande doit rapidement rassurer les Français sur les futures réformes à engager, notamment sur le plan social. Si certaines incertitudes résident encore dans le programme de l’ancien Premier secrétaire du parti Socialiste (PS), de nombreux rendez-vous sont déjà actés.

Retraite à 60 ans vs hausse des cotisations

Premier grand tournant du quinquennat, le retour de l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans devrait être décidé par décret dans les deux prochains mois. Cette mesure concernerait les Français ayant commencé à travailler à 18 ans et cotisé 41,5 ans. Selon l’entourage du nouveau chef de l’Etat, cette réforme concernerait quelque 150.000 retraités chaque année sur un total de 600.000. François Hollande proposerait ainsi une extension de la réforme des retraites relatives au dispositif carrières longues de François Fillon adopté en novembre 2003. Pour bénéficier de tels avantages, il fallait alors avoir commencé à travailler au plus tard à 16 ans.

La question de la pénibilité du travail va faire son grand retour sur le devant de la scène. Marisol Touraine, responsable des questions sociales pendant la campagne de François Hollande, est convaincue de la nécessité d’une telle réforme. « Une réforme juste des retraites est une réforme qui prend en compte le fait que tout le monde n’a pas la même espérance de vie, que tout le monde n’a pas la même carrière (…). Il nous paraît donc légitime que ceux qui ont eu des métiers pénibles, que ceux qui ont commencé à travailler jeunes puissent partir avant les autres », expliquait la présidente du Conseil général d’Indre-et-Loire le 2 mai sur Europe 1 dans un débat avec Nathalie Kosciusko-Morizet, porte-parole du candidat-président sortant.

Si François Hollande propose pour financer ce projet une augmentation des cotisations sociales et patronales de 0,1%, certaines modalités de cette réforme restent floues. Du côté du PS, on explique que cette hausse des cotisations « vieillesse » coûterait un milliard d’euros à l’Etat en 2012, les dépenses de financement s’accroissant pour atteindre 5 milliards d’euros en 2017.

Réforme des retraites négociée dès cet été

Plus largement, le président du Conseil général de Corrèze veut dès cet été finaliser une réforme globale des retraites. Seront alors abordées les questions du financement, de l’âge légal de départ comme celui du taux plein et les modalités d’un éventuel système par points. Pour rappel, François Hollande s’était dit « prêt à réfléchir » à une réforme systémique des retraites lors d’un entretien avec le secrétaire général de la CFDT (Confédération française démocratique du travail), François Chérèque en mars 2012.

Défi du chantier de la dépendance

Réforme maintes fois repoussée par le Président-sortant, la dépendance constitue un enjeu majeur du quinquennat de François Hollande. Dès février 2012, il déclarait vouloir mettre en œuvre une contribution de solidarité nationale sur la dépendance. Depuis, le candidat du PS n’ pas changé son fusil d’épaule quant au traitement de ce « cinquième risque ». Afin d’accompagner la perte d’autonomie chez certaines personnes âgées, François Hollande va également doubler le plafond de l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA) pour un coût évalué à 220 millions d’euros tout en allouant 140 millions d’euros à l’adaptation de 80.000 logements par an pour favoriser le maintien à domicile. Aucune piste pour financer ces mesures n’a pour le moment été annoncée.

Traitement du chômage des seniors par le contrat de génération

Mise en avant dans la majorité des interventions du candidat du PS, le contrat de génération a été présenté par François Hollande comme « la » proposition du quinquennat. L’exonération de charges sociales pour l’embauche d’un jeune CDI accompagnée du maintien d’un emploi senior (plus de 55 ans) ne remporte pourtant pas l’adhésion des partenaires sociaux, patronat comme syndicats, ni celle de Martine Aubry qui dénonçait en septembre 2011 lors de la primaire PS « un effet d’aubaine pour les entreprises ». De nombreuses discussions sont ainsi à prévoir avant l’éventuelle adoption de cette proposition dans le cadre d’une loi « de développement économique et social » entre août 2012 et juin 2013. Les élections législatives qui se tiendront les 10 et 17 juin 2012 seront évidemment déterminantes pour la réussite des réformes prévues pour ce début de quinquennat.