Retraites : un collectif de jeunes s’oppose au rapport Moreau


Les jeunes ne veulent pas cotiser plus longtemps à la retraite que leurs aînés comme le préconise le rapport de la conseillère d’Etat Yannick Moreau. En conseillant d’allonger la durée de cotisation de 41 à 43 ans d’ici 2037, la haut fonctionnaire pénalise en premier lieu les jeunes générations, estime le collectif baptisé « La Retraite, une affaire de jeunes ». Récemment constitué, ce dernier regroupe 14 organisations de jeunesse, syndicales, politiques ou associatives, parmi lesquelles figurent le syndicat étudiant Unef, le mouvement Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), l’association Osez le Féminisme, la mutuelle étudiante LMDE ou encore les Jeunes socialistes.

« Allonger la durée de cotisation est pour nous le signal inacceptable qu’il ne faudra plus compter sur un système de retraites solidaire qui garantisse une protection de haut niveau. Cette mesure est d’autant plus incompréhensible qu’elle allongerait encore les files d’attentes à Pôle Emploi en maintenant des salariés plus âgés en activité », peut-on lire dans l’appel du collectif, qui sera présenté à la presse le 18 juillet 2013 et qui invite le gouvernement à « se démarquer des conclusions du rapport Moreau ».

Les 14 organisations souhaitent « un système de retraite par répartition qui prenne en compte les évolutions de notre société et les nouveaux temps de la vie pour notre génération. » Le collectif milite pour que les années d’études soient prises en compte dans le calcul des pensions ainsi que les périodes de stage et d’apprentissage et les « périodes d’inactivités forcées, périodes où les jeunes cotisent de manière inégale ».

La charge contre le rapport Moreau s’avère d’autant plus rude que le problème des apprentis et des stagiaires ne cotisant pas autant que les salariés est abordé dans le document. Yannick Moreau propose ainsi d’octroyer aux premiers un trimestre lorsqu’ils en ont cotisé trois dans l’année afin qu’ils puissent valider une annuité. Quant aux seconds, l’ex-présidente du Conseil d’orientation des retraites (COR) se prononce en faveur de la suppression de la franchise de cotisations sur les gratifications de stage inférieures à 75% du Smic.

 

A lire aussi :

Retraites : le gouvernement réfléchirait à faciliter le rachat des années d’études