Retraites : un nouveau « think tank » pour réfléchir à la protection sociale des travailleurs et des chefs d’entreprise


INTERVIEW VIDEO. L'Institut de la protection sociale se donne pour mission de réfléchir et d'émettre des propositions pour améliorer la législation des systèmes de prévoyance et de retraite de la population active. Ce laboratoire d'idées indépendant est composé de professionnels du conseil, de l'assurance et du patrimoine. Découvrez l'interview vidéo de son président, Bruno Chrétien.

retraites, bruno, chretien, president, institut, protection, sociale

L’exigence d’une réforme du système de protection sociale « ne fait aucun doute » souligne Bruno Chrétien, président de l’Institut de la protection sociale, qui estime que le système actuel « craque » alors que la protection sociale des travailleurs salariés et non-salariés (TNS) est « un enjeu majeur du dialogue sociale en France » et « le premier budget de dépenses publiques ».

Mais face à « des dispositions qui changent tout le temps et manquent de cohérence », à « des dispositifs qui ne sont pas revus alors que le contexte a changé », cet ancien directeur de la caisse Organic (devenue RSI) à Lyon et d’autres spécialistes de la protection sociale ont souhaité lancer cette association pour apporter leur expertise aux pouvoirs publics sur un sujet particulièrement technique et alimenter les débats. « Trop de décisions sont prises dans l’urgence et sans étude de faisabilité technique », précise Bruno Chrétien.

Les propositions de l’Institut porteront sur l’ensemble des sujets liés à la protection sociale du salarié et du dirigeant d’entreprise, ainsi qu’à l’ensemble des travailleurs non-salariés (artisans, commerçants, professionnels libéraux). En janvier 2012, ses membres ont déjà émis cinq recommandations portant notamment sur le régime des travailleurs non-salariés et sur leurs contrats de prévoyance (Institut-de-la-protection-sociale.fr)