Seul un Français sur dix connaît son organisme de retraite


Si les actifs ne semblent guère s'intéresser aux aspects pratiques de leur futur départ en retraite, ils ont des avis tranchés sur la réforme des retraites à mener, selon un récent sondage.

retraite, information

Est-ce par désintérêt ou par manque réel d’information ? Seulement 11% des Français sont capables de citer de manière « très précise » le nombre d’organismes gérant leur retraite ainsi que leur nom, selon un sondage réalisé par OpinonWay auprès d’un panel représentatif de 1.010 personnes pour le compte d’Accenture/Les Echos/Europe 1. Si on y ajoute les répondants ayant une idée « plutôt précise », on arrive à un gros tiers des sondés.
Sur la durée de cotisation, aussi, les Français restent évasifs. Seules 11% des personnes interrogées savent exactement le nombre de trimestres qu’il leur faut cotiser pour bénéficier d’une pension à taux plein. Dès que l’on commence à entrer dans le détail, les résultats empirent. 8% des actifs connaissent précisément les démarches administratives pour partir à la retraite et 5% le montant de la pension qu’ils vont toucher.

Retraités globalement satisfaits

Cette méconnaissance tranche avec le satisfecit exprimé par les retraités. 90% des pensionnés sondés se déclarent satisfaits (dont 37% « très satisfaits ») des informations qui leur ont été fournies par leur(s) caisse(s) pour constituer leur dossier. 87% sont tout aussi contents du délai de traitement. 85% estiment assez facile de contacter un conseiller et 84% de suivre leur dossier.
Qu’ils soient retraités ou actifs, les Français semblent avoir pris conscience de la nécessité de résorber les déficits financiers des régimes. Questionnés sur la future réforme des retraites, ils sont 66% à répondre « qu’il faut bien en passer par là ». Et tant qu’à légiférer, les concitoyens sont favorables à une remise à plat totale. 80% des répondants estiment qu’il faut en profiter pour « repenser plus largement le système », notamment en « simplifiant les organisations », en « réduisant les coûts de fonctionnement » ou encore en « fusionnant des régimes ».

Un dossier, un virement, un interlocuteur

D’ailleurs, parmi les chantiers de réforme prioritaires à mener, les sondés sont 93% à déclarer « ne remplir qu’un seul dossier pour commencer à percevoir sa retraite ». Vient ensuite « pouvoir contacter directement et facilement un conseiller » (87%), « réaliser une simulation en ligne fiable sur sa retraite » (87%) et proposer aux futurs retraités et aux retraités un espace personnel en ligne unique, où ils pourraient trouver « toutes les informations et dossiers concernant leur retraite » (86%).
Actifs et retraités sont 80% à rêver à un interlocuteur unique qui ferait le lien entre les différents régimes. Enfin, ils sont 74% à vouloir un seul virement « regroupant l’ensemble des prestations de retraites. » L’instauration d’un « guichet unique » fait justement partie de la feuille de route par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, à la commission pour l’avenir des retraites, présidée par Yannick Moreau, l’ancienne président du Conseil d’orientation des retraites (COR).

 

Sur le même thème, consultez l’article : Les Français résignés à cotiser plus longtemps pour leur retraite