Un collectif de fonctionnaires retraités porte plainte contre l’UMR


 Dans un communiqué paru le 19 novembre 2014, un comité réunissant 7.000 sociétaires de l'ex-Cref annoncent avoir lancé une action en justice à l'encontre de l'Union mutualiste retraite qui gère depuis 2002 leur retraite supplémentaire. Au cœur du différend : une baisse de 30% des rentes servies.    

des vieux devant un PC

Les sociétaires de l’ex-Complémentaire de retraite de l’Education nationale et de la fonction publique (Cref), transférée depuis 2002 à l’Union mutualiste retraite (UMR), ne veulent pas se laisser faire. Le Comité d’information et de soutien des sociétaires de l’ex-CREF (CIDS) a annoncé, dans un communiqué diffusé le 19 novembre 2014, avoir porté plainte au pénal pour tromperie contre l’UMR et ses dirigeants. « Un recours contre l’ACPR, autorité de contrôle (des banques et des assurances, NDLR), totalement inerte dans cette affaire, sera parallèlement diligenté », ajoute le communiqué.

Ces deux actions du CIDS interviennent alors qu’une assemblée générale extraordinaire de l’UMR, organisée le 18 novembre, a instauré des mesures drastiques à l’encontre du R1 et du R2 (rebaptisé Corem), deux régimes de retraite supplémentaires de l’ex-Cref. Pour faire face au manque de réserves justifié par la direction de l’UMR par la baisse de la rentabilité des placements, l’allongement de l’espérance de vie et les nouvelles règles prudentielles européennes, la mutuelle a décidé qu’à compter du 1er janvier 2015, les rentes servies aux sociétaires du R1 seront réduites de 30%, le taux d’escompte du Corem va passer de 2,3% à 1,5% et le versement des rentes Corem va être possible seulement à partir de 62 ans (au lieu de 60 ans aujourd’hui).

 

Une « tromperie grave »

Pour le CIDS, qui revendique 7.000 adhérents (essentiellement des enseignants à la retraite), ces mesures relèvent de la « tromperie, particulièrement grave, au préjudice de milliers d’épargnants souscripteurs du produit Corem, tenus dans l’ignorance des défauts qui l’affectent ». Contrairement au R1 fermé à la souscription, Corem est toujours commercialisé. Selon le rapport annuel 2013 de l’UMR, ce régime, qui compte 334.339 sociétaires et n’est plus réservé aux seuls fonctionnaires, a accueilli 8.244 nouveaux adhérents l’an dernier.

 

« Nous restons confiants dans les qualités de notre offre pour permettre à tous de préparer leur retraite », assure le président de l’UMR Alain Hernandez dans un communiqué publié par la mutuelle le 19 novembre. L’UMR rappelle que la baisse du rendement et le report de deux ans concernent uniquement les 231.000 sociétaires de Corem qui se constituent actuellement une rente. « Les 103.000 allocataires qui touchent déjà une rente chaque mois ne sont pas concernés par ces mesures et le montant de leur rente ne sera pas modifié », souligne le communiqué. Par ailleurs, le régime R1 ayant été placé sous la législation de l’assurance vie, « les rentes ne pourront plus être baissées à l’avenir », assure le document.

 

A lire aussi :

Cref : « Les sociétaires ont perdu 50% de pouvoir d’achat en 15 ans »