Un village de retraités gay va se construire dans l’Aude


The Village Groups va construire un village destiné aux retraités homosexuels à Sallèles d’Aude, une commune située à un peu plus de 13 kilomètres de Narbonne. Entouré d’une enceinte, ce complexe de 107 maisons, situé au bord du Canal du Midi, proposera un bar, un hôtel, un restaurant, des équipements sportifs (piscine, tennis, sauna, jacuzzi…) et « une grande variété d’activités », selon la brochure mise en ligne sur le site de cette société britannique qui propose des lieux de séjours en France pour les seniors.

Toujours d’après ce document qui arbore le drapeau arc-en-ciel, symbole de la communauté homosexuelle, « Le Village Canal du Midi » se présente comme une « oasis privé » pour « les plus de 50 ans LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels, NDLR) » qui cherchent le calme, la douceur de vivre et le climat clément du Sud de la France. Une tranquillité et un confort qui a un prix : les maisons sont vendues 236.000 ou 248.000 euros auxquels il fait ajouter 70 euros par semaine pour profiter des activités sportives et culturelles.

« Je tombe des nues parce que je n’en savais rien », a déclaré Yves Bastié, le maire de Sallèles d’Aude à l’AFP. L’édile de cette commune de 2.000 habitants assure avoir délivré le permis de construire sans savoir que le « village » serait destiné aux retraités homosexuels. « J’ai demandé à mes collaborateurs de vérifier cette information mais si c’est bien le cas, j’estime que la moindre des choses aurait été d’être tenu informé. »

Contacté par Toutsurlaretraite.com, The Village Groups confirme que le projet au départ n’était pas destiné aux seniors gays. « Le marché immobilier français est, comme dans toute l’Europe, très déprimé. Ce positionnement vers les seniors homosexuels constitue un ballon d’essai », explique-t-on au bureau parisien de la société. Les débuts sont prometteurs puisque que The Village Groups dit être inondée d’appels. La société tient toutefois à préciser que « Le Village du Canal du Midi » n’est pas réservé aux homosexuels et pourra « accueillir sans problème des non gays ». Idem pour le personnel pour lequel l’orientation sexuelle ne sera pas demandée comme l’exige la loi. Quant au maire, « nous sommes entrés en contact avec lui », assure-t-on chez The Village Groups qui explique qu’il ne faut pas voir dans cette affaire « une cachotterie ».

 

A lire aussi :

Retraite de réversion : ce que le mariage pour tous change