Une retraite complémentaire en plus pour les salariés des professions réglementées


 

Les salariés des cabinets de certaines professions réglementées vont être affiliés à deux, voire trois régimes de retraite complémentaire. En plus de l’Arrco et s’ils ont le statut cadre de l’Agirc, ils devront cotiser au régime complémentaire de la Caisse d’assurance vieillesse des officiers ministériels (Cavom).

Dans le cadre du projet de loi « pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques », défendu par le ministre de l’Economie Emmanuel Macron, les sénateurs ont adopté le 13 avril 2015 un amendement instaurant l’obligation d’affiliation des salariés des huissiers de justice, des greffiers près des tribunaux de commerce, des commissaires-priseurs judiciaires, des administrateurs et mandataires judiciaires au régime complémentaire de la Cavom.

Alors que le projet de loi Macron facilite notamment le développement du salariat chez les officiers ministériels, cette mesure vise à compenser la perte de cotisants qu’elle pourrait provoquer à la Cavom où sont affiliés uniquement des professionnels libéraux. Ce risque, avancé par les dirigeants de la caisse, aurait été d’autant plus préjudiciable que la Cavom doit faire face, comme beaucoup de caisses, à l’arrivée massive à la retraite de « baby-boomers ». Pour l’instant, ni la date d’application de l’affiliation obligatoire, ni le montant de la cotisation au régime complémentaire de la Cavom pour les salariés n’ont été fixés.

 

A lire également :

Professions réglementées : la retraite d’office à 70 ans confirmée au Sénat