Yannick Moreau à la tête du comité de pilotage des retraites


L'ex-présidente de la Commission pour l'avenir des retraites, dont le rapport a servi de base à la dernière réforme des retraites, a été nommée par décret le 27 juin 2014 présidente du comité de suivi des retraites. Cette instance sera chargée d'élaborer tous les ans des préconisations en cas de dérapage des finances des régimes.    

Yannick Moreau

On prend presque les mêmes et on recommence. Yannick Moreau a été nommée par un décret paru le 27 juin 2014 au Journal Officiel présidente du Comité de suivi des retraites (CSR), le comité de pilotage du système français des retraites instauré par la dernière réforme des retraites.

Cette conseillère d’Etat et ex-présidente du Conseil d’orientation des retraites (COR) est loin d’être une inconnue. Elle a présidé en 2013 la Commission pour l’avenir des retraites, dont le rapport a servi de base de travail à la loi du 20 janvier 2014 et qui préconisait justement… la création d’un comité de pilotage chargé de vérifier le respect des trajectoires financières des régimes et de proposer des solutions en cas de dérapage. Un système qui existe déjà en Suède et en Allemagne.

Selon les informations de Toutsurlaretraite.com, Yannick Moreau est déjà installée à Matignon dans un bureau proche de celui qu’elle a occupé du temps où elle présidait la Commission pour l’avenir des retraites.

 

Un rapport avant le 15 juillet

Le choix d’une haut fonctionnaire peut surprendre alors que le CSR devait être composé de cinq « personnalités indépendantes ». « Yannick Moreau a montré par le passé son indépendance d’esprit. En plus, elle est bientôt à la retraite », rétorque un président de caisse de retraite sous couvert d’anonymat. « Il aurait été plus judicieux de choisir une personne plus jeune pour présider une instance chargée de se projeter dans l’avenir », regrette un responsable de caisse.

Les autres membres du CSR ont été nommés dans un autre décret, également publié le 27 juin au JO. Il s’agit de Florence Parly, ex-secrétaire d’Etat au Budget sous Lionel Jospin et actuel directeur général adjoint chez Air France ; Didier Blanchet, chef du département des études à l’Insee et membre du COR ; Olivier Garnier, chef économiste à la Société générale et Marie Daudé, administratrice civile de la sous-direction des retraites au ministère des Affaires sociales. A noter : Florence Parly et Didier Blanchet ont également fait partie de la Commission pour l’avenir des retraites.

A peine constitué, le CSR ne va pas chômer : la loi du 20 janvier 2014 prévoit que le comité remette tous les ans au gouvernement un avis basé sur un rapport du COR au plus tard le 15 juillet. Le COR a publié ledit rapport le 12 juin dernier. Il reste, toutefois, à nommer le « jury citoyen » qui, comme prévu dans la réforme des retraites, doit conseiller le CSR dans l’élaboration de son avis. Il sera composé de neuf hommes et de neuf femmes tirés au sort.

 

A lire aussi :

Retraites : le gouvernement fixe les bornes