Audacia : succès de l’introduction en Bourse visant à déployer de nouveaux fonds thématiques dans le non coté

Par Olivier Brunet
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Audacia, société de gestion spécialisée dans l’investissement non coté, a levé 7,4 millions d’euros pour co-investir dans ses nouveaux fonds spécialisés dans des thématiques porteuses comme la transition alimentaire, l’espace, les technologies quantiques ou le nucléaire nouvelle génération. Objectif : multiplier par 2,5 ses encours sous gestion pour atteindre 1 milliard d’euros en 2025.

Audacia : introduction en Bourse réussie sur Euronext Growth

Audacia a bouclé avec succès son introduction en Bourse sur Euronext Growth Paris, le marché non réglementé d’Euronext dédié aux PME-ETI de croissance. À cette occasion, la société de gestion de fonds de private equity (investissement non coté) a levé 7,4 millions d’euros dans le cadre d’une augmentation de capital par émission d’actions nouvelles. La levée de fonds tient compte de l’exercice intégral de l’une des deux rallonges (clause d’extension) et de l’exercice partiel de l’option de surallocation.

Aucune cession d’actions existantes n’est intervenue.

Cette levée de fonds vise principalement à co-investir des fonds propres dans les nouveaux fonds qu’Audacia s’apprête à lancer dans des thématiques porteuses, comme le coliving, et/ou peu adressées jusqu’à présent, comme les technologies quantiques, le spatial ou le nucléaire nouvelle génération.

À lire aussi >> Introduction en Bourse : où va l’argent ?

L’opération doit largement sa réussite aux particuliers, la demande dans le cadre de l’offre à prix ferme ayant représenté 150% de l’offre initiale et au total 36,7% du nombre de titres alloués. Les 2.548 ordres A1 et A2 passés par les actionnaires individuels ont été servis en intégralité.

Prix de l’action Audacia (ALAUD, FR00140059B5)

Le prix de l’action Audacia (Code mnémonique ALAUD) a été fixé à 6,75 euros. Il n’y a pas de fourchette indicative, les titres étant proposés dans le cadre d’une offre à prix ferme (OPF).

La capitalisation boursière post-opération atteint ainsi 32,09 millions d’euros.

Le flottant (part de l’actionnariat représentant le public) se situe à 23,1% du capital.

Audacia, spécialiste du private equity dirigé par Charles Beigbeder

Créé en 2006, Audacia est un acteur du capital-investissement (ou private equity) qui offre à différentes catégories d’investisseurs (particuliers, caisses de retraite, mutuelles, grandes entreprises) d’accéder à la classe d’actifs non coté au travers de fonds.

Historiquement positionné sur le marché des véhicules d’investissement fiscaux, et en particulier de l’ISF PME (solutions avec réduction d’ISF de 75% puis 50% à la clé), Audacia s’est repositionné en 2018 en organisant une « fabrique de fonds innovants », autour de trois expertises :

  • capital-développement de PME familiales françaises
  • capital immobilier, sur la thématique du coliving (résidences de logements partagés)
  • venture capital ou capital-innovation, ciblant les prochaines ruptures technologiques, en France et à l’international

Ce repositionnement s’est opéré à l’occasion de la disparition de l’ISF PME et dans le cadre d’une reprise de la direction générale d’Audacia par son président-fondateur et actionnaire majoritaire (via sa holding Gravitation), le serial entrepreneur Charles Beigbeder, qui a connu les marchés financiers à plusieurs reprises. Ce dernier a notamment fondé et dirigé Selftrade puis Poweo, toutes deux cotées puis revendues, et agi comme cofondateur et actionnaire d’Agrogénération (agriculture en Ukraine) et Navya (véhicules autonomes).

Ce virage a notamment permis à Audacia de lancer :

  • Quantonation 1 en 2018, fonds d’amorçage dédié aux technologies quantiques, clôturé en février dernier avec 20 millions levés
  • Elévation 1 en 2019, club deal immobilier, suivi d’Audacia Elévation, fonds professionnel spécialisé (FPS) en immobilier dédié aux projets de coliving.

Le modèle économique de la société repose essentiellement sur les commissions de gestion qu’elle perçoit. Audacia dispose, en outre, de sources de profits complémentaires au travers des commissions de surperformances et du fruit potentiel des investissements directs (dividendes et plus-values), la société investissant dans la plupart des fonds qu’elle gère.

Audacia, une société rentable, en passe d’achever sa mue

Toujours rentable depuis sa création avec une marge brute d’exploitation (Ebitda) supérieure à 30% (sauf en 2011), Audacia gère la disparition progressive de ses fonds et mandats ISF après avoir atteint un pic de chiffre d’affaires de 28,3 millions d’euros en 2016. En 2020, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 10,79 millions d’euros, pour une marge d’Ebitda de 35% et un résultat net de 1,08 million d’euros.

Depuis, l’entreprise a pu rééquilibrer sa structure de bilan en procédant à la cession en janvier 2021, pour un montant de 18,5 millions d’euros, des murs de son siège, générant une plus-value de 3,7 millions d’euros. Cette vente a été faite au profit d’une société foncière détenue par Gravitation, la holding du PDG.

Charles Beigbeder estime qu’à la faveur de décollage de l’activité autour de ses nouveaux fonds, la courbe d’évolution du chiffre d’affaires devrait s’inverser à partir de 2022.

Audacia affiche un objectif d’encours de 1 milliard d’euros en 2025, contre 390 millions actuellement.

Objectif de la levée de fonds et de l’introduction en Bourse d’Audacia

Le produit net de l’augmentation de capital, estimé à 5,18 millions d’euros hors rallonges et à 6,85 millions d’euros maximum, servira essentiellement à injecter des capitaux dans les nouveaux fonds que l’entreprise s’apprête à lancer dans les domaines suivants :

  • transition alimentaire et biologique, dans des entreprises de première ou deuxième transformation (taille cible : 100 millions d’euros, durée 10 ans)
  • innovations technologiques dans le spatial, dans des start-up du monde entier (taille cible : 100 millions d’euros, durée 10 ans)

Audacia a, en effet, vocation à co-investir dans tous ses fonds, d’abord sur fonds propres, avant de les ouvrir à la commercialisation.

D’autres création de fonds positionnés sur des ruptures technologiques sont envisagées, dans le nucléaire nouvelle génération, le génie génétique et à nouveau les technologies quantiques (fonds Quantonation 2).

La société entend également bénéficier de la caisse de résonance de la Bourse pour attirer de nouveaux talents, capter l’attention de grandes entreprises souhaitant investir dans des technologies de rupture et contribuer à la démocratisation de la classe d’actif « non coté » auprès des particuliers.

Interview : Charles Beigbeder, PDG d’Audacia

« Participer au développement du marché du private equity, tout en bénéficiant de la liquidité d’un titre coté »

Le positionnement d’Audacia a évolué ces dernières années, pourquoi ?

Audacia a connu un grand succès entre 2008 et 2017 grâce à son offre de financement en quasi-fonds propres de PME dans le cadre de la niche fiscale de l’ISF-PME, qui nous a permis de lever 700 millions d’euros investis dans 300 entreprises.

Il a fallu s’adapter en 2017 lorsqu’Emmanuel Macron a décidé supprimer l’ISF et le dispositif ISF PME associé. C’est alors que j’ai repris les rênes de l’entreprise et opéré une mutation stratégique.

Aujourd’hui, Audacia exerce toujours son métier de capital-développement des PME françaises, mais dans le cadre de fonds non fiscaux déployés en participations minoritaires. Nous exerçons en outre le métier de capital-innovation, à un stade très early stage (parfois à la création) dans des start-up, que je pratique personnellement depuis 25 ans à titre personnel, et avons développé un pôle dans le domaine du capital-immobilier, une activité nouvelle pour laquelle nous avons recruté deux gestionnaires disposant d’une grande expertise sectorielle. Christophe Cuvillier (ancien président d’Unibail Rodamco Westfield) en est le Senior Advisor depuis le début de l’année 2021.

Pouvez-vous expliquer le concept de « Maison Entrepreneuriale de Private Equity » développé par Audacia ?

Notre vocation est d’identifier des thématiques d’investissement à défricher et d’attirer les meilleures équipes pour structurer et coproduire de nouveaux fonds adaptés aux enjeux économiques et de société actuels et futurs, sur des marchés innovants et à fort potentiel. Audacia est à la fois une fabrique de fonds spécialisés innovants et un incubateur d’experts sectoriels, qui s’appuie sur une mutualisation des fonctions support : fund raising (levée de fonds), distribution des fonds, communication, RH, gestion administrative et réglementaire.

Les gérants peuvent ainsi se concentrer sur l’investissement et le suivi des entreprises accompagnées.

Quelles sont les sources de revenus d’Audacia ?

L’essentiel provient des commissions de gestion, fixées généralement à 2% des actifs gérés, qui tombent annuellement.

Elles sont complétées par le carried-interest (partage de la plus-value, NDLR), qui revient en partie à Audacia et non uniquement aux managers comme on l’observe habituellement dans l’industrie, par des commissions de surperformance et par les dividendes et plus-values potentiels sur les fonds et prises de participations dans lesquels la société a co-investi.

Dans notre business plan, nous avons uniquement tenu des commissions de gestion, dont la perception est certaine.

Pourquoi cette introduction en Bourse ?

Nous voulons répliquer le succès de nos fonds spécialisés dans d’autres thématiques, dans le spatial, au travers d’un fonds nommé Geodesic, investissant dans des start-ups qui veulent conquérir la nouvelle frontière de l’espace orbital et au-delà, ou d’un autre dans la transition de l’agriculture et de l’industrie agro-alimentaire vers le bio.

Ces fonds nécessitent d’être seedés, d’amorcer la pompe en y injectant nos propres capitaux avant qu’ils ne soient suffisamment murs pour lever ensuite plusieurs dizaines de millions d’euros chacun. Nous aurions pu réaliser ces investissements initiaux par autofinancement, mais il aurait été dommage de ne pas saisir ces opportunités maintenant.

La présente ouverture du capital permettra de disposer de fonds propres supplémentaires pour les allouer au fonds que nous allons lancer dans les mois à venir.

La cotation permet d’assurer une liquidité aux investisseurs qui nous font confiance ; elle renforce l’attractivité de la levée de fonds.

La Bourse est aussi un moyen de développer la notoriété d’Audacia, par exemple en direction de grands industriels européens qui pourront être intéressés par les thématiques innovantes de nos fonds.

Dans un second temps, La Bourse est outil qui pourra se révéler utile pour d’éventuelles futures levées de capitaux ou opérations de croissance externe.

Quels sont les raisons d’investir ?

Investir dans Audacia, c’est participer au développement du marché du private equity, tout en bénéficiant de la liquidité d’un titre coté chaque jour ouvré. Cette opération contribue d’ailleurs à la démocratisation de cette classe d’actif.

C’est un moyen d’exposer son portefeuille aux thématiques de nos fonds, rarement adressées par ailleurs, d’accéder par exemple au potentiel de développement des technologies quantiques.

IPO Audacia : modalités, code ISIN

Modalités de l’introduction en Bourse de la société de gestion Audacia

  • Marché de cotation : Euronext Growth Paris
  • Code mnémonique de l’action : ALAUD
  • Code ISIN : FR00140059B5
  • Prix d’introduction : 6,75 euros
  • Nature de l’opération : augmentation de capital
  • Nombre de titres offerts : 1.096.454 actions nouvelles (vs 1.185.184 maximum)
  • Éligibilité des titres : PEA, PEA-PME, compte-titres ordinaire (CTO), dispositif 150-0 B ter du CGI (Code général des impôts)

Dates de l’IPO

Le calendrier indicatif de l’IPO d’Audacia est le suivant :

  • 23 septembre 2021 : validation du projet d’admission sur Euronext Growth par Euronext
  • 27 septembre  2021 : ouverture de la période de souscription
  • 11 octobre 2021 : clôture de l’offre à prix ferme (OPF) à 17 heures pour les souscriptions au guichet de banque et à 20 heures pour les ordres passés en ligne
  • 12 octobre 2021 : annonce du résultat de l’offre
  • 14 octobre 2021 : règlement-livraison des titres
  • 15 octobre 2021 : début des négociations des actions sur Euronext Growth
ARTICLES CONNEXES
Menu