Spartoo : introduction en Bourse sur Euronext Growth pour financer sa diversification hors de la chaussure

Par Loic Farge
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Le groupe grenoblois Spartoo, spécialisé dans la vente en ligne de chaussures et d’articles de mode, souhaite lever 25 millions d’euros dans le cadre de son introduction en Bourse sur Euronext Growth. Cette opération traduit une volonté de la société d’investir de nouveaux marchés, dont la vente de la petite décoration.

Spartoo : projet d’introduction en Bourse sur Euronext Paris

Spartoo, le commerçant en ligne spécialisé dans les chaussures et les articles de mode, a lancé son introduction en Bourse sur Euronext Growth, le compartiment de la  Bourse de Paris dédié aux sociétés en croissance.

Dans ce cadre, le groupe – créé en 2006 à Grenoble (Isère), ville dans laquelle il est toujours basé – espère lever 25 millions d’euros, via une augmentation de capital, pour son introduction en Bourse, programmée pour le 7 juillet 2021.

« Ce projet répond à notre volonté de renforcer notre proposition sur l’offre fashion, dont la chaussure, segment historique sur lequel nous avons bâti notre leadership, tout en développant l’offre vers de nouveaux segments, tels que la décoration d’intérieur », estime Boris Saragaglia, son PDG et cofondateur. Il compte également cette introduction en Bourse pour « capitaliser sur la solide dynamique actuelle de l’e-commerce ».

La dernière levée de fonds en date engagée par Spartoo remontait à 2011. À l’époque, le groupe avait mobilisé 25 millions d’euros auprès de l’ensemble des actionnaires historiques du groupe (A Plus Finance, CM-CIC Capital Privé, Highland Partners, Endeavour Vision). Une opération à laquelle s’est aussi associée la société d’investissement belge Sofina, aujourd’hui actionnaire de Spartoo avec une participation de 18,10% du capital.

Prix de l’action Spartoo (ALSPT, FR00140043Y1)

Les actions Spartoo (Codes : ALSPT, FR00140043Y1), proposées au nombre de 3.636.363 actions ordinaires nouvelles dans le cadre de l’introduction en Bourse, s’affichent à un prix unitaire compris entre 6,53 euros et 7,22 euros. Cela correspond à plus ou moins environ 11% du prix médian de l’offre, qui s’établit à 6,87 euros.

Les particuliers peuvent souscrire dans le cadre d’une offre à prix ouvert (OPO) .

Sur la base du point médian de la fourchette indicative de prix, le montant total de l’opération s’élèvera à 33,1 millions d’euros en cas d’exercice des clauses d’extension et de surallocation.

La société serait ainsi valorisée entre 95 et 105 millions d’euros. Quant au flottant (part du capital dans le public), il serait de l’ordre de 24%.

Spartoo, un acteur majeur du e-commerce français

Spartoo est l’un des pionniers français de la vente de chaussures sur Internet. Son nom fait référence à la spartiate, cette sandalette légère qui faisait partie du costume des guerriers de Sparte, dans l’Antiquité grecque. Le groupe a été créé en 2006 (un an après l’autre acteur tricolore du secteur Sarenza et deux ans après leur homologue allemand Zalando) par Boris Saragaglia, toujours présent au sein de l’entreprise en tant que président directeur général (PDG), et deux amis étudiants, Paul Lorne (responsable des approvisionnements) et Jérémie Touchard (en charge du référencement sur les moteurs de recherche).

Par la suite, Spartoo a élargi sa gamme en proposant aussi à la vente en ligne des vêtements, de la maroquinerie et des accessoires de l’univers de la mode. Outre la vente sur Internet, le groupe gère six magasins en nom propre (Besançon, Chambéry, Dijon, Clermont-Ferrand, Grenoble et Lieusaint) et trois corners installés au sein même des galeries marchandes « Le Printemps » (Brest, Metz et Tours). Dernièrement, Spartoo a élargi son offre à de nouvelles gammes de produits incluant la beauté et la décoration d’intérieur.

Présent dans plus de trente pays, Spartoo compte un peu plus de 400 collaborateurs de 26 nationalités. Le géant isérois revendique « un des plus larges choix d’articles de mode en France et en Europe », avec près de 8.000 marques et quelque 700.000 références. Le groupe, qui a été un temps propriétaire du chausseur André, a fait l’acquisition début 2021 des marques JM Martin et Christian Pellet.

Spartoo : croissance à deux chiffres, mais forte concurrence

Fort de ses quelque trois millions de paires de chaussures vendues en 2020 et une audience de 14 millions de visiteurs uniques par mois, le e-commerçant Spartoo affirme bénéficier d’une solide dynamique de croissance.

Celle-ci lui a permis d’atteindre, à la faveur de son positionnement « digital native » (issu de la génération ayant grandi en même temps que le développement d’Internet) dans la vente d’articles de modes, un volume brut de marchandise de 194 millions d’euros en 2020, dont 39% réalisé à l’international (surtout en Allemagne, Italie et Espagne, mais aussi en Chine). Les chiffres étaient respectivement de 166,2 millions d’euros et 177,4 millions d’euros en 2018 et 2019.

Le groupe a, par ailleurs, enregistré un chiffre d’affaires consolidé proforma de 134 millions d’euros en 2020 (en hausse de 10% par rapport à 2019). Pour l’année 2021, il espère atteindre une croissance supérieure à 10% par rapport à l’exercice en cours. Il est encore plus optimiste pour la période 2021-2024, avec un objectif de croissance de son volume brut de marchandise supérieure à 15% par an, et ce, malgré la crise traversée par le secteur.

Spartoo indique aussi qu’il génère un Ebitda ajusté (résultat brut d’exploitation) positif depuis 2014. D’ici la fin 2024, il envisage même de dégager une rentabilité brute d’exploitation de 7% (vs 4,7% en 2020).

Reste que le groupe doit conjuguer avec une concurrence féroce, à la fois de la part des concurrents établis (Zalando, Sarenza, H&M, Amazon, Alibaba…) mais aussi de nouveaux acteurs entrants qui proposent eux aussi une offre de produits globalement homogène – chaussures, prêt-à-porter et accessoires. Autre facteur déterminant : de plus en plus de marques partenaires de Spartoo vendent directement leurs produits aux clients à travers d’autres canaux que la marketplace développée par le groupe. Cela pourrait, à terme, impacter de manière défavorable sur l’activité, la situation financière et les résultats d’exploitation de Spartoo.

Mais Spartoo invoque pourtant de solides atouts pour répondre à ce défi concurrentiel :

  • une gamme d’articles de mode en France et en Europe parmi les plus larges
  • une stratégie omnicanale (vente en ligne, magasins physiques, corners) offrant une forte synergie
  • une approche « customer centric » avec un  taux de satisfaction du client parmi les plus élevés, selon la plateforme d’avis Trustpilot
  • un savoir-faire technologique internalisé et source d’économies d’échelle
  • des engagements liés aux enjeux sociaux et environnementaux, en France comme à l’international

Utilisation du produit de la levée de fonds par Spartoo

Spartoo entend utiliser le produit net de son augmentation de capital, soit 22,2 millions d’euros (sur la base du point médian de la fourchette indicative du prix de l’offre) de la façon suivante :

  • pour 50 à 60% des fonds levés, à l’amélioration de l’offre en investissant dans de nouveaux stocks de produits, en accélérant le développement dans les chaussures et en développant la gamme liée à la décoration d’intérieur
  • pour 35 à 45%, au renforcement de la notoriété en acquérant des clients plus chers à travers des investissements dans les médias traditionnels et en ligne et en développant ses magasins (une ouverture de cinq magasins par an en moyenne est prévue)
  • pour 10 à 15%, au développement des services pour compte de tiers.

Interview : Boris Saragaglia, PDG et cofondateur de Spartoo

Boris Saragaglia, PDG et cofondateur de Spartoo

Boris Saragaglia, PDG et cofondateur de Spartoo

Quels sont les atouts de Spartoo ?

D’abord, le groupe, que j’ai fondé en 2006 à Grenoble avec deux copains d’études – Paul Lorne et Jérémie Touchard, toujours aux commandes à mes côtés -, porte notre ADN d’entrepreneurs. À force d’obstination, nous avons réussi à transformer cette entreprise en un des leaders actuels de la vente de chaussures et d’articles de mode en ligne en Europe. Profitable depuis 2014, Spartoo dispose également d’une vraie stratégie de développement de marques propres, parallèlement au rachat de marques disposant d’un fort héritage, à l’image de JB Martin et Christian Pellé que nous avons repris en 2020.

Quelle est le profil-type de votre clientèle ?

Notre cœur de cible est la femme de 35 ans, urbaine, CSP+, qui achète pour elle, pour ses enfants et pour ses proches. Mais nous ne négligeons pas pour autant nos clients masculins, qui peuvent trouver leur bonheur au sein de nos nombreuses références.

En quoi l’introduction en Bourse est-elle une étape importante ?

C’est une nouvelle étape de notre aventure. C’est une bonne opportunité pour lever des capitaux, sachant que notre dernière levée de fonds remonte à 2012. Nous espérons lever 25 millions d’euros, dont 10 millions d’euros ont déjà été sécurisés auprès de deux investisseurs, Financière Arbevel et Amiral Gestion. Pour nous, cette opération constitue surtout un accélérateur de croissance. Avec 50 à 60% de l’argent collecté, nous comptons accélérer notre développement sur notre cœur de métier, la chaussure, qui représente aujourd’hui 80% de notre activité, tout en nous lançant sur de nouvelles catégories de produits, telles que la décoration d’intérieur. Nous allons aussi continuer à développer notre stratégie d’acquisition de marques.

Vous n’êtes pas échaudé par l’échec du rachat d’André en 2018 ?

Nous avons beaucoup appris de cet épisode, qui ne doit pas nous empêcher d’aller de l’avant. La Bourse constitue le levier idéal pour nous donner les moyens de faire croître nos ventes, mais aussi notre notoriété. Nous allons chercher à accroître notre part de marché sur Internet tout en poursuivant notre stratégie omnicanale par l’ouverture de nouveaux magasins, à raison de cinq par an en moyenne dans les prochaines années. Couplé aux dépenses publicitaires télévisuelles ou radiophoniques, cela devrait représenter 35 à 45% de l’argent levé dans le cadre de cette introduction en Bourse.

Vous entendez aussi poursuivre votre stratégie d’internalisation de la chaîne de valeur…

Nos fonctions logistiques, ainsi que notre service clientèle sont déjà totalement intégrées à notre organisation. Notre approche client, objectivée par un très haut niveau de satisfaction, est soutenue par la maîtrise de l’ensemble de la chaîne de valeur, dont le transport, la logistique et le service après-vente. Cela nous permet de mieux maîtriser les délais de livraison, mais aussi de booster le taux de réachat. Par ailleurs, dans le but de capitaliser sur notre savoir-faire des métiers de l’e-commerce, nous entendons développer les services pour compte de tiers. Par le biais de nos solutions e-commerce développées en interne, nous proposons à nos entreprises partenaires d’accélérer leur développement et leur activité en ligne grâce à une gamme complète de services couvrant la logistique, le transport et la digitalisation des points de vente physiques.

Quels objectifs vous fixez-vous ?

Nous visons une hausse de 10% de notre volume d’affaires cette année, et nous tablons sur une croissance de plus de 15% par an sur la période 2021-2024. Ces prévisions sont plutôt conservatrices, dans la mesure où notre volume d’affaires a décollé de 30% au premier trimestre 2021.

IPO Spartoo : code ISIN, modalités, calendrier

Modalités de l’introduction en Bourse du groupe Spartoo

  • Marché de cotation : Euronext Growth Paris
  • Code mnémonique de l’action : ALSPT
  • Code ISIN : FR00140043Y1
  • Prix d’introduction : 6,53 euros à 7,22 euros par action (prix médian : 6,87 euros)
  • Nature de l’opération : augmentation de capital uniquement
  • Nombre de titres offerts : 3.636.363 actions nouvelles à émettre
  • Éligibilité des titres : PEA, PEA PME

Dates de l’IPO

Le calendrier indicatif de l’opération, indiqué dans le communiqué de presse, répond aux échéances suivantes :

  • 17 juin 2021 : approbation du Prospectus par l’Autorité des marchés financiers (AMF)
  • 21 juin 2021 : ouverture de la période de souscription
  • 1er juillet 2021 : clôture de l’offre à prix ouvert (OPO) à 17 heures (heure de Paris) pour les achats aux guichets de banque et à 20 heures (heure de Paris) pour les ordres passés par Internet
  • 2 juillet 2021 : annonce du résultat de l’offre
  • 6 juillet 2021 : règlement-livraison des titres
  • 7 juillet 2021 : début des négociations des actions sur Euronext Growth
  • 6 août 2021 : date limite de l’exercice de l’option de surallocation
ARTICLES CONNEXES
Menu