Groupe Berkem : introduction en Bourse pour accélérer le déploiement de ses suractivateurs végétaux

Par Loic Farge
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Spécialiste de la chimie du végétal, le Groupe Berkem espère lever environ 38 millions d’euros dans le cadre de son introduction en Bourse sur Euronext Paris. L’opération vise notamment à accélérer le développement à l’international de ses « suractivateurs biosourcés » destinés à verdir la chimie traditionnelle du quotidien.

Groupe Berkem : introduction en Bourse sur Euronext Paris

Groupe Berkem, acteur de référence de la production et de la formulation de solutions biosourcées, a lancé son introduction en Bourse sur Euronext Growth Paris, le marché non réglementé d’Euronext dédié aux PME-ETI de croissance. Le groupe, fondé par son actuel président directeur général Olivier Fahy – qui en est l’unique actionnaire -, entend lever entend lever environ 38 millions d’euros dans le cadre de cette opération. Ce montant initial pourrait atteindre près de 52,6 millions en cas d’exercice intégral de la clause d’extension et de l’option de surallocation (dont 8,9 millions d’euros environ en cession d’actions existantes).

L’opération se décompose ainsi en trois temps :

  • une offre initiale de 38 millions d’euros
  • une offre portée à 43,7 millions d’euros en cas d’exercice de la clause d’extension
  • une offre maximum de 52,6 millions en cas d’exercice de la surallocation

Groupe Berkem a d’ores et déjà recueilli des engagements de souscription à hauteur de 24,1 millions d’euros. Ces promesses enregistrées émanent de :

  • Danske Bank (Danemark)
  • DNCA Finance (France)
  • Lombard Odier (Suisse)
  • Lupus Alpha (Allemagne)
  • Financière Arbevel (France)
  • Hermitage Gestion Privée (France)
  • P. Hottinguer & Cie (Suisse)

À l’issue de l’opération, le fondateur de Berkem conservera près de 70% du capital.

Le prospectus a été approuvé le 19 novembre 2021 par l’Autorité des marchés financiers (AMF) sous le numéro 21-497.

Prix de l’action Groupe Berkem (ALKEM, FR00140069V2)

Le prix de l’action Groupe Berkem (code mnémonique ALKEM) sera fixé dans le cadre d’une offre à prix ouvert (OPO). La fourchette indicative du prix de l’offre se situe entre 8,49 euros et 10,03 euros par action. Soit un prix médian qui s’établit à 9,26 euros.

La capitalisation post-opération atteindra au minimum 144,920 millions d’euros (en fourchette basse de prix de l’offre), et jusqu’à 177,388 millions d’euros après un éventuel exercice intégral de la clause d’extension (en fourchette hausse).

À l’issue de l’offre, le flottant (part de l’actionnariat représentant le public) pourrait atteindre 17,72% du capital.

Groupe Berkem, un expert de la chimie verte depuis 1993

Groupe Berkem se veut un acteur de référence de la chimie du végétal. Les 165 collaborateurs sont répartis sur son siège social basé à Blanquefort (Gironde) et trois sites industriels situés à Gardonne (Dordogne), à La Teste-de-Buch (Gironde) et à Chartres (Eure-et-Loir).

La société participe de manière active à l’accélération de la transition écologique des acteurs de la chimie du quotidien. Elle est spécialisée dans l’extraction de principes actifs végétaux (environ 5.000 tonnes de plantes sont achetées et traitées chaque année par l’entreprise). Elle cible des principes actifs comme les polyphénols, antioxydants naturels extraits des pépins de raisins ou de l’écorce de pin. Ces actifs et ingrédients sont ensuite proposés aux industriels des secteurs de la nutraceutique (les aliments fonctionnels, aussi appelés alicaments ou médicaliments), la cosmétique et l’agroalimentaire pour la formulation (mélange et dosage) de leurs produits. Parmi les autres secteurs d’application figurent l’hygiène publique, la construction et les peintures et vernis.

Groupe Berkem, qui dispose de la maîtrise de l’ensemble de la chaîne de valeurs (du sourcing au commercial), cible particulièrement des marchés de spécialités comme les polyphénols, la préservation du bois, les résines alkydes et les biocides organiques. Depuis 2018, via sa filiale Eurolyo, l’entreprise propose aussi des services de lyophilisation. Cette méthode de déshydratation à basse température et sous vide de matières ou de plantes permet « un séchage particulièrement efficace qui conserve au produit fini toutes ses qualités » (la durée de vie est prolongée, et le transport et le stockage, facilités).

L’entreprise s’occupe, à travers ses filiales Adkalis et Lixol, de la formulation et la réaction d’actifs chimiques orientés vers l’amélioration de la performance des matériaux de construction (filière bois notamment) et la synthèse de résines pour les industries de la peinture et des encres d’imprimerie.

Le management explique qu’en combinant ses expertises en extraction végétale et en formulations innovantes, Groupe Berkem développe des « suractivateurs végétaux ». Toujours selon la société, ces solutions « biosourcées » uniques de haute qualité, créés par son département Recherche & Développement, permettent de renforcer la performance des molécules de synthèse, tout en réduisant leurs risques pour l’homme et l’environnement, et ce, à efficacité identique.

Perspectives d’un chiffre d’affaires supérieur à 65 millions d’euros en 2024

Groupe Berkem se fixe des objectifs financiers ambitieux à l’horizon 2024. Tout d’abord, Olivier Fahy ambitionne d’atteindre un chiffre d’affaires de 65 millions cette année-là (le CA atteignait 40,6 millions d’euros en 2020). Un montant qui pourrait être « porté à au moins 85 millions d’euros en cas de réalisation d’opérations de croissance externe », précise le président directeur général.

Il aspire aussi à voir la marge brute d’exploitation (Ebitda) bondir de 19% (chiffre 2020) à 25% en 2024.

L’entreprise, qui compte actuellement 1.600 clients, mise, pour cela, sur un track record (bilan) de croissance organique et externe depuis la fondation du groupe en 1993. Elle met en avant la montée en puissance du marché mondial des produits biosourcés : de 9 milliards d’euros en 2019, il devrait atteindre 32 milliards en 2028.

Groupe Berkem entend aussi adresser les grandes industries au travers de marchés de niche à forte valeur ajoutée et à faible intensité compétitive (polyphénols, préservation du bois, résines alkydes, biocides organiques), qui présentent de belles perspectives de croissance dans les prochaines années.

Levée de fonds pour devenir un référent en matière de suractivateurs végétaux

Le produit net de la levée de fonds lancée par Groupe Berkem, à l’occasion de son introduction en Bourse, sera affecté autour de trois priorités stratégique, de la manière suivante (un montant d’environ 34,6 millions d’euros, sur la base du point médian de la fourchette indicative du prix de l’offre) :

  • à hauteur de 50% : pour la réduction de l’endettement et le renforcement du bilan (optimisation de la structure financière)
  • à hauteur de 25% : pour le financement de l’expansion géographique (déploiement sur de nouveaux marchés et de nouvelles géographies)
  • à hauteur de 25% : pour la poursuite d’une stratégie sélective d’acquisitions potentielles, pour accélérer sa croissance organique

Si la clause d’extension est exercée intégralement, le produit net des fonds levés (environ 40 millions d’euros sur la base du point médian, exclusion faite du produit de la cession des actions cédées dans le cadre de l’offre Initiale et de l’option de surallocation) serait affecté aux trois priorités citées plus haut avec des taux respectifs de 45%, 27,5% et 27,5%.

Si l’offre ne venait à être souscrite qu’à hauteur de 75%, sur la base du prix égal à la borne inférieure de la fourchette indicative, c’est l’optimisation de la structure financière qui se verrait allouer l’essentiel des fonds.

Interview d’Olivier Fahy, président et fondateur de Groupe Berkem

Toutsurmesfinances .com : En quoi consiste votre activité ?

Olivier Fahy : Le Groupe Berkem, que j’ai fondé en 1993, accompagne la transformation de produits chimiques conventionnels en solutions biosourcées, avec pour credo d’intégrer la chimie du végétal au cœur de la chimie du quotidien. La défiance qui a entouré au départ notre projet s’est émoussée au fil du temps, d’autant que les enjeux environnementaux actuels sont immenses face à un monde qui nécessite toujours plus de chimie.

Nous déployons notre savoir-faire industriel à travers deux axes principaux. Tout d’abord l’extraction végétale, qui représentait 36% de notre chiffre d’affaires en 2020, permet d’intégrer nos extraits végétaux de haute qualité dans les produits de consommation à travers l’alimentation, les boissons et la cosmétique. Ensuite, grâce à notre grande expertise dans le domaine de la formulation, nous produisons des micro et nano-émulsions destinées au marché de l’hygiène publique, de la construction bois et des peintures.

Vous misez aussi beaucoup sur vos « suractivateurs végétaux » ?

Nous avons entamé en 2020 la commercialisation de cette technologie entièrement biosourcée. Créés à partir d’extraits végétaux, ces suractivateurs permettent de booster la performance des molécules de synthèse, tout en diminuant leurs risques pour la santé humaine et notre environnement. Nous appliquons non seulement cette technique à nos propres produits en formulation de biocides organiques, mais nous proposons aussi notre expertise directement à nos partenaires.

Quelle perspectives offre le marché ?
Les besoins de l’industrie en matière de chimie biosourcée sont immenses, combinés au fait que près de neuf consommateurs sur dix déclarent avoir une image positive des produits biosourcés et appellent à leur présence dans leurs produits du quotidien. Le marché va encore s’accélérer dans la mesure où les molécules disponibles sont appelées à se raréfier. C’est pourquoi nous nous focalisons sur des marchés à forte valeur ajoutée et que nous connaissons bien.

Vous avez aussi déjà développé une dimension internationale…
Que ce soit en Europe ou hors d’Europe, nous disposons déjà d’un vaste portefeuille d’autorisations de mise sur le marché de nos produits chimiques d’origine végétale de haute qualité. Notre service réglementaire dispose d’une haute expertise et d’une parfaite connaissance du processus d’approbation pour s’assurer que toute molécule ou solution ne soit pas interdit à la commercialisation à l’étranger. Pour information, le Groupe Berkem compte à ce jour 145 autorisations de mise sur le marché obtenues ou en cours d’obtention.

L’interview VIDEO d’Olivier Fahy, président et fondateur de Groupe Berkem

IPO Groupe Berkem : modalités, dates, code ISIN

Modalités de l’introduction en Bourse du groupe Berkem

  • Marché de cotation : Euronext Growth Paris
  • Code mnémonique de l’action : ALKEM
  • Code ISIN : FR00140069V2
  • Prix d’introduction : fourchette comprise en 8,49 et 10,03 euros l’action (prix médian situé à 9,26 euros)
  • Nature de l’opération : augmentation de capital et cession de titres
  • Nombre de titres offerts : un maximum de 4.719.222 actions nouvelles à émettre
  • Éligibilité des titres : PEA, PEA-PME et compte-titres ordinaire (CTO)

Calendrier de l’IPO

Le calendrier indicatif de l’IPO du Groupe Berkem est le suivant :

  • 19 novembre  2021 : approbation du prospectus par l’AMF
  • 22 novembre 2021 : ouverture de la période de souscription
  • 2 décembre 2021 : clôture de l’offre à prix ouvert (OPO) à 17 heures pour les souscriptions au guichet de banque et à 20 heures pour les ordres passés en ligne
  • 3 décembre 2021 : annonce du résultat de l’offre
  • 7 décembre 2021 : règlement-livraison des titres
  • 8 décembre 2021 : début des négociations des actions sur Euronext Growth à Paris
  • 7 janvier 2022 : date limite d’exercice de l’option de surallocation
ARTICLES CONNEXES
Menu