<
Partagez
Share to Google

Nicolas Sarkozy veut supprimer l'ISF. Une mesure mal accueillie par une écrasante majorité de Français selon un sondage, y compris au sein des sympathisants de l'UMP.

Supprimer l'ISF : une proposition qui ne fait pas recette

 

S'il est élu président de la République en 2017, Nicolas Sarkozy supprimera-t-il vraiment l'ISF ? Les Français y sont en tout cas opposés, tous bords politiques confondus selon un sondage CSA pour Les Echos, Radio Classique et l'Institut Montaigne effectué au lendemain de son interview au Figaro. Un entretien paru le 2 mars 2015 dans lequel l'ancien chef de l'Etat appelle sans ambiguïté à mettre un terme à l'existence d'un impôt sur la fortune en France.

65% des Français se déclarent opposés à l'abrogation de l'impôt de solidarité sur la fortune, une proposition qui ne recueille que 29% d'avis favorables. Surtout, cette enquête montre que supprimer l'ISF est une « mesure majoritairement rejetée dans toutes les catégories de population », affirme l'institut CSA.

Suppression de l'ISF rejetée à 55% dans le camp UMP

Ce rejet est manifeste quelle que soit la proximité politique, y compris dans le camp des partisans de l'ex-président de la République. Une majorité de sympathisants de l'UMP (55%) ne veut pas d'une suppression de l'ISF. Sachant qu'à l'issue de la première cohabitation de mars 1986 à mai 1988, Jacques Chirac avait perdu l'élection présidentielle face à François Mitterrand après avoir décidé d'abroger l'impôt sur les grandes fortunes (IGF), l'ancêtre de l'ISF rétabli en 1989 par le gouvernement Rocard.
La fin de l'ISF est majoritairement rejetée au sein des sympathisants de l'UDI (52%), du FN (61%) et sans surprise de manière écrasante du côté du PS (75%), du Front de gauche (77%) et d'Europe Ecologie / Les Verts (84%).

De même, toutes les classes d'âge et tous les statuts professionnels y sont défavorables. Les plus farouches opposants sont les 35-49 ans (71%), les professions intermédiaires (78%) et les salariés du secteur privé (70%). C'est parmi les travailleurs indépendants que l'on remarque un soutien plus marqué avec 37% de sondés favorables à la proposition de Nicolas Sarkozy.

L'ISF est un impôt déclaratif annuel qui concerne un peu plus de 300.000 foyers fiscaux. Il est dû à partir d'un certain seuil de patrimoine détenu au 1er janvier de chaque année, fixé depuis 2011 à 1,3 million d'euros, déduction faite de certaines dettes.