Partagez
Share to Google

Les généalogistes, spécialisés dans la recherche d'héritiers, ne peuvent en aucun cas recevoir une avance sur une succession. Une règle à retenir alors que plusieurs cas d'escroqueries à l'assurance vie sont signalés par la profession.

Un généalogiste ne peut pas demander d’avance sur une succession

 

Dans une succession, l'héritier n'a jamais de frais à régler à l'avance. Et il en va de même lorsqu'il est contacté par un généalogiste. C'est ce que rappelle Généalogistes de France dans un communiqué diffusé sur son site internet le 18 avril 2016.

Cette mise en garde intervient alors que l'association représentative de la profession a été alertée d'une recrudescence d' « escroqueries à l'assurance vie ». Le mécanisme est simple : un faux généalogiste contacte une personne et lui apprend qu'elle est bénéficiaire d'un contrat d'assurance vie souscrit à l'étranger, dans le cadre d'une succession. « Ces individus prétendraient révéler leurs droits aux héritiers, moyennant le règlement occulte d'une avance sur rémunération, correspondant à une partie du capital à recevoir », détaille l'organisation. Tout est prévu pour rassurer la victime puisque l'escroc lui propose même de la mettre en relation avec un avocat. Mais le généalogiste comme l'avocat ne sont pas ceux qu'ils prétendent être. Tout comme celui qui pensait hériter du capital placé sur l'assurance vie se fait spolier.

Vérifier l'identité du professionnel

Généalogistes de France rappelle à ce titre qu' « un généalogiste intervenant sur mandat du notaire ne demande jamais d'honoraires sous forme d'avance dans le cadre d'un contrat de révélation de succession ». Le professionnel doit seulement faire signer par l'héritier un contrat de révélation dans lequel ce dernier s'engage à reverser un pourcentage de la succession au généalogiste. Ainsi, le paiement n'intervient qu'après la liquidation de la succession et la réception des fonds par le bénéficiaire. Dans le cas d'une assurance vie, « c'est l'entreprise d'assurance vie qui entrera toujours par la suite en relation avec ce bénéficiaire en vue du règlement du capital ou de la rente dus », précise l'association.

Au moindre doute sur l'identité du professionnel ou la nature de ses démarches, Généalogistes de France invite les personnes contactées à vérifier si le spécialiste dispose d'une carte professionnelle ou est membre d'un syndicat affilié, à contacter le notaire de la succession ou l'association sur son site internet genealogistes-france.org. Un simple contrôle qui peut permettre d'économiser plusieurs milliers d'euros.

Pour en savoir plus
Quel est le rôle du généalogiste ?
Les frais des généalogistes ne seront pas réglementés