<
Partagez
Share to Google

Dossier spécial family office. Des familles fortunées créent leur propre structure de gestion de patrimoine pour garantir aux mieux leurs intérêts. Ces services peuvent être mutualisés entre plusieurs familles.

Les premiers family office (bureau de famille) ont vu le jour à la fin du XIXe siècle aux Etats-Unis. Il s'agit de garder le contrôle de la fortune au sein de sa famille, au lieu de confier la gestion du patrimoine à des tiers. Ainsi, les Rockefeller ont été parmi les premiers créateurs de family office.

immobilier, luxe, fortune, family, office

Selon l'Association française du family office (Affo), la définition du dispositif est la suivante : « Le family office est une organisation de personnes au service d'une ou plusieurs familles, qui offre un conseil aux familles au service exclusif de leurs intérêts patrimoniaux. Le family office suppose donc la préservation de la cohérence familiale dans une vision à long terme, transgénérationnelle. » Le family office peut regrouper une ou plusieurs personnes, membres ou non de la famille.

Il existe trois types de family office : le mono (ou single family office - SFO), le multi (multifamily office - MFO) et le bancaire. Le mono est réservé aux très grandes fortunes qui salarient des équipes dédiées à la gestion de patrimoine. Le multi est une société indépendante qui se rémunère via des honoraires et qui gère plusieurs familles. Le bancaire est un family office proposée par une banque.

« La famille dispose d'une équipe dédié qui peut gérer plusieurs clients » explique Christophe Achard, le fondateur d'Intuitae, une société spécialisée dans le multi family office. « L'avantage du multi family office réside dans le croisement des expériences. »

Mais le family office reste réservé à une élite, les Ultra High Net Worth Individuals (UHNWI) : « il faut disposer d'un minimum de patrimoine de 15 millions d'euros pour que l'emploi d'un family office se justifie » affirme Christophe Achard. « A moins de 100 millions d'euros de patrimoine, le mono family office ne se justifie pas » ajoute Stephane Guerrier, président d'Antium France qui propose aussi du multi family office.

>> Article suivant : le service à tout faire de la finance

>> Retour au sommaire