Partagez
Share to Google

Alain Juppé a renouvelé sa proposition de suppression de l'impôt de solidarité sur la fortune, s'il est élu président de la République en 2017. Le maire de Bordeaux se dit prêt à faire ce « pari » de défendre une mesure impopulaire mais à son avis justifiée pour relancer l'investissement en France.

Sur Europe 1, Alain Juppé vante les mérites de la suppression de l'ISF

 

L'ISF est l'un des rares impôts qui fait consensus dans l'opinion publique. Qu'importe, Alain Juppé est prêt à défendre une mesure impopulaire en proposant sa suppression, a-t-il réaffirmé sur Europe 1, mardi 5 janvier 2016.
 

Impôt « populaire » payé par une minorité

« L'ISF est un épouvantail. Je proposerai de l'abolir, c'est à la portée de nos finances publiques », a déclaré le maire de Bordeaux, sachant que l'impôt de solidarité sur la fortune rapporte désormais plus de 5 milliards d'euros par an à l'Etat.

Quitte à ne pas caresser les électeurs dans le sens du poil. « Daniel Cohn-Bendit (désormais éditorialiste d'Europe 1) dit qu'un homme politique ne devait pas suivre l'opinion systématiquement, a déclaré le maire de Bordeaux. Cet impôt est populaire, évidemment, puisque seule une minorité de Français le paient », soit un peu plus de 300.000 foyers fiscaux chaque année.

Alain Juppé voit dans une telle suppression une mesure d'intérêt général, bonne pour l'économie du pays et la confiance des chefs d'entreprise. « Je pense qu'il faut des déclics de confiance très vite pour rétablir la situation [de l'économie]. C'est un pari que je fais, je dirai aux Français : "voilà les effets négatifs de cet impôt, voilà pourquoi il est globalement contreproductif, voilà pourquoi il est négatif pour l'emploi". Je proposerai de l'abroger et je verrai si les Français me font confiance. »

Sur l'ISF, Alain Juppé a « fait un peu tout et son contraire »

Pour le candidat aux primaires de la droite et du centre en vue du scrutin présidentiel de 2017, l'impôt de solidarité sur la fortune « fait fuir l'argent de France, affaiblit l'économie française » alors qu'il faut au contraire, estime-t-il, stimuler l'investissement des et dans les entreprises.

Alain Juppé a rappelé avoir, durant sa carrière politique « fait un peu tout et son contraire » vis-à-vis de l'ISF. « J'ai été le ministre du Budget qui l'a supprimé en 1986 [il a en fait abrogé l'IGF, ancêtre de l'actuel ISF, NDLR]. Michel Rocard l'a rétabli et je l'ai déplafonné », donc alourdi. Désormais, il est sûr de sa position, largement partagée à droite, à commencer par Nicolas Sarkozy, et l'affiche haut et fort.


Sur le thème de l'abrogation de l'ISF
- ISF : le programme de François Fillon pour 2017

VIDEO : Alain Juppé sur Europe 1 face à Nicolas Barré, directeur de la rédaction des Echos, sur l'ISF


Alain Juppé proposera "d'abolir l'ISF" par Europe1fr