<
Partagez
Share to Google

.

Les donations faites par préciput ne peuvent pas être rapportées à l'actif successoral. La Cour de cassation a confirmé dans un arrêt rendu le 1er avril 2015 que ces libéralités sont effectuées « hors part ».

Dans l'affaire jugée, un des héritiers avait reçu une donation par préciput de 90.000 euros. Il avait été condamné par la cour d'appel de Bastia à rapporter cette somme à la succession. Or, « le propre d'une donation faite par préciput et hors part est d'être soustraite à rapport au moment de la succession », a motivé la 1ère Chambre civile de la Cour de cassation pour casser l'arrêt attaqué.

Toutefois, cette libéralité n'est pas rapportable à la succession puisqu'elle ne dépasse la quotité disponible. « L'héritier réservataire gratifié par préciput au-delà de la quotité disponible et qui accepte la succession supporte la réduction en valeur », c'est-à-dire une indemnité prélevée sur la part de l'héritier, rappelle le Conseil constitutionnel dans une décision du 1er août 2013.

Sur l'actualité de la succession
Vers un assouplissement des droits de succession pour les enfants adoptés
Des injures n'entraînent pas toujours l'annulation de la donation