Assurances auto, habitation, santé : les tarifs pour 2021

Par Solenne Dimofski
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Chaque 1er janvier, la plupart des assureurs révisent le montant des primes de leurs contrats. Cette année, les augmentations sont modestes, sauf pour les complémentaire santé.

Augmentation assurances auto 2021

La hausse des prix des assurances automobiles est limitée cette année. Elle est comprise entre 1,5% et 2%, selon le cabinet de conseil spécialisé dans l’assurance Facts & Figures. Addactis est sur la même longueur d’ondes puisque le groupe de conseil en actuariat table sur des augmentations tarifaires du même ordre en 2021. Le comparateur Assurland.com, lui, table sur un gel des tarifs en auto.

Selon l’Argus de l’Assurance, le premier confinement instauré au printemps 2020 pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 a permis d’enregistrer une baisse de la sinistralité. Cela s’est traduit, selon cette source, par une baisse de 75% du nombre des accidents et une chute de moitié (53% en moins) des vols de voiture. Toutefois, la sortie du premier confinement a généré une légère hausse de l’accidentologie durant l’été.

En toute logique, la crise sanitaire a réduit la circulation automobile, et donc le nombre de tués sur les routes. Fin janvier 2021, l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) annonçait que 2.550 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine en 2020. Soit une baisse (historique) de 21,4% par rapport à 2019. De même, le nombre de personnes blessées a reculé de 20,9% sur un an. Entre janvier et octobre 2020, le nombre d’accidents a même chuté de 17,7% par rapport à la même période un an auparavant, selon Addactis.

Malgré cela, les cotisations ne vont pas connaître de tendance baissière en 2021. Seuls quelques assureurs (parmi lesquels la Maif, la GMF et la Matmut) ont décidé de geler le montant des primes cette année. D’autres se contentent de gestes commerciaux sur les tarifs d’assurance auto.

Certains assureurs mettent en avant les facteurs inflationnistes pour justifier le fait de ne pas baisser leurs tarifs en 2021. Et notamment le coût des réparations automobiles, qui dépasse largement l’inflation. Alors que les prix à la consommation ont augmenté de 1,1% en 2019, ceux de la main-d’œuvre, des frais de peinture et des pièces détachées ont bondi respectivement de 3,6%, 3,3% et même 7,8% cette même année, constate Addactis. La flambée des prix des pièces détachées résulte de la grande concentration du marché qui reste aux mains des constructeurs automobiles en France. La libéralisation des pièces de vitrage, d’optique et de rétroviseur au 1er janvier 2020, puis des pièces de carrosserie (retoquée par le Conseil constitutionnel, alors qu’elle devait entrer en vigueur le 1er janvier 2021, mais toujours dans les tuyaux législatifs), est censée faire baisser les prix des pièces de 6% à 15%, selon l’Autorité de la concurrence.

Compte tenu de tous ces facteurs, les tarifs des assurances auto progressent plus vite que l’inflation, attendue à 0,5% en 2021 par la Banque de France. Pour autant, rare sont les assureurs à proposer des augmentations supérieures à 2%, le marché étant très concurrentiel et l’assurance auto étant considérée comme un « produit d’appel » permettant de vendre d’autres police (assurance de la seconde voiture du foyer, assurance scooter de l’enfant, offre couplée avec l’assurance habitation…). Par ailleurs, les assurés sont devenus très volatils avec la loi Hamon. Depuis 2015, ils ont en effet la possibilité de changer d’assurance auto (et habitation) à tout moment, une fois passée la première année de souscription, rappelle Assurland.

Selon le cabinet Facts & Figures, si les assureurs pratiquent une forme de retenue pour leurs tarifs cette année, il faut s’attendre à un « rattrapage » en 2022.

  • Maaf : 0%
  • Maif : 0%
  • GMF : 0%
  • MACSF : 0%
  • Generali : augmentation non communiquée
  • Axa : + 1%
  • L’Olivier : augmentation non communiquée
  • MMA : augmentation non communiquée
  • Matmut : 0%
  • Macif : communication au printemps
  • Allianz : augmentation non communiquée
  • Aviva : augmentation non communiquée
  • Groupama : augmentation non communiquée
  • Gan augmentation non communiquée
  • Amaguiz : augmentation non communiquée

Augmentation assurances habitation 2021

Comme pour l’automobile, Facts & Figures prédit une hausse des tarifs des contrat multirisques habitation (MRH) en 2021. Le cabinet avance une augmentation de 1,5% à 2,5% (après +0,9% en 2020). De son côté, Assurland table plutôt sur une stabilité des prix en raison du développement du télétravail.

Le même télétravail a, en effet, permis de conserver une tendance positive sur la sinistralité. Si la première période de confinement a vu baisser le nombre de départs d’incendie, de dégâts des eaux et de cambriolages, ces derniers ont ensuite bondi (+114%, selon le ministère de l’Intérieur). Un phénomène malheureusement récurrent : depuis dix ans, la hausse des cambriolages atteint 44% en France.

Par ailleurs, le risque climatique pèse toujours plus sur le secteur assurantiel. L’année 2020 a encore été marqué par plusieurs catastrophes naturelles d’importance (principalement des inondations). De plus, les dégâts, notamment sur les bâtiments, engendrés par les récentes sécheresse ne seront perceptibles que dans plusieurs années. C’est ce que l’on appelle les sinistres « à retardement ».

  • Maaf : 0%
  • Maif : 0%
  • GMF : 0%
  • MACSF : 0%
  • Generali : 0% pour les contrats de moins d’un an et en cas de déménagement dans les 12 derniers mois, + 2% à + 3% pour les autres contrats (hors sinistres dans les 12 derniers mois)
  • Axa : + 1%
  • MMA : augmentation non communiquée
  • Matmut : 0%
  • Macif : augmentation non communiquée
  • Axa : augmentation non communiquée
  • Allianz : augmentation non communiquée
  • Aviva : augmentation non communiquée
  • Groupama : augmentation non communiquée
  • Gan : augmentation non communiquée
  • Amaguiz : augmentation non communiquée

Augmentation assurances santé en 2021

Une chose est sûre : les tarifs des assurances santé ne vont pas baisser en 2021. Le site Good Value for Money prévoit « une hausse moyenne des contrats santé comprise entre 3 et 5% », tandis que le comparateur Hyperassur mise sur une augmentation de 2% en moyenne. La Mutualité française, elle, chiffre la hausse à 2,6 % en moyenne.

Tout d’abord, les mutuelles et les assureurs santé voudront certainement répercuter sur leurs assurés la « taxe Covid » qui va les toucher. Cette taxe exceptionnelle de 1,5 milliard d’euros sur deux ans a été mise en place en juin 2020 par le gouvernement pour compenser les 2,2 milliards d’euros économisés, selon lui, par les mutuelles et, de facto, limiter l’impact de l’épidémie sur la Sécurité sociale (qui a vu, elle, ses dépenses exploser).

Autre facteur à prendre en compte : les consommateurs peuvent, depuis le 1er décembre 2020, résilier leur complémentaire santé « à tout moment ». Une possibilité de résiliation infra-annuelle qui devrait conduire à une modération des velléités d’augmentations des prix.

Les organismes de complémentaire santé sont tentés de répercuter dans leurs tarifs l’entrée en vigueur du « reste à charge zéro », rebaptisé « 100% santé ». Mis en place partiellement en 2020 et totalement en 2021, ce dispositif vise à ce que les assurés n’aient plus rien à payer, une fois déduits les remboursements de l’assurance maladie et de leur « mutuelle », pour les lunettes correctrices, les prothèses dentaires et les aides auditives. Sous la pression du gouvernement, les organisations professionnelles de l’assurance – la Fédération française de l’assurance (FFA), la Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) et le Centre technique des institutions de prévoyance (CTip) – ont demandé à leurs membres de ne pas augmenter leurs prix au prétexte de la mise en place du « 100% santé ». Apparemment, en vain : Assurland avait constaté en moyenne une hausse tarifaire de 2,5% en 2020.

  • MGEN : augmentation non communiquée
  • Generali : augmentation non communiquée
  • Matmut : 0%
  • Maaf : augmentation non communiquée
  • MMA : augmentation non communiquée
  • Macif : communication au printemps
  • MACSF : augmentation non communiquée
  • Axa : +1%
  • Allianz : augmentation non communiquée
  • Aviva : communication prochaine
  • Groupama : communication prochaine
ARTICLES CONNEXES
Menu