Assurances auto, habitation, santé : les tarifs pour 2020


Chaque 1er janvier, la plupart des assureurs révisent le montant des primes de leurs contrats. Les augmentations devraient être modestes l’année prochaine.

Augmentation assurances auto 2020

La hausse des prix des assurances automobiles devrait être limitée l’an prochain. Elle pourrait être comprise entre 1% et 2%, selon les prévisions du cabinet de conseil spécialisé dans l’assurance Facts & Figures dévoilées le 24 septembre 2019. Addactis est sur la même longueur d’ondes puisque, dans ses estimations présentées le 25 septembre 2019, le groupe de conseil en actuariat table sur des augmentations tarifaires de 1,5% à 2% en 2020. Le comparateur Assurland.com prévoit carrément des prix stables (0% en moyenne).

Cette modération s’explique par la baisse, depuis plusieurs années, des sinistres. Les véhicules sont plus sûrs, les contrôles techniques plus stricts. Les radars et le passage aux 80 km/heure sur les départementales ont fait reculer la mortalité routière (1% de tués en 2019 en moins par rapport à 2018). Sans compter que, sous l’effet de la hausse des prix des carburants, les Français utilisent moins leur voiture, ce qui réduit mathématiquement les risques. Résultat : la fréquence des accidents corporels a reculé de 12% et celle des accidents matériels de 23% en dix ans, d’après Facts & Figures.

Toutefois, il existe, à l’inverse, des facteurs inflationnistes. Le coût moyen des sinistres corporels progresse d’environ 5% chaque année, notamment sous l’effet de l’amélioration des technologies médicales permettant une plus longue survie des accidentés graves. Le coût des réparations automobiles dépasse largement l’inflation. Alors que les prix à la consommation ont augmenté de 1,8% en 2018, ceux de la main-d’œuvre, des frais de peinture et des pièces détachées ont bondi respectivement de 2,5%, 3,2% et même 4,6% l’an dernier, constate Addactis. La flambée des prix des pièces détachées résulte de la grande concentration du marché qui reste aux mains des constructeurs automobiles en France. La libéralisation des pièces de vitrage, d’optique et de rétroviseur au 1er janvier 2020, puis des pièces de carrosserie au 1er janvier 2021, prévue par la loi d’orientation sur les modalités (LOM) encore en discussion, pourrait faire baisser les prix des pièces de 6% à 15%, selon l’Autorité de la concurrence.

L’envolée de 2,90% du coût des bris de glace constatée en 2017-2018 s’explique, elle, à la fois par la part croissante de technologie embarquée dans les pare-brise et par celle des surfaces vitrées dans les nouveaux modèles de voiture. Enfin, Addactis souligne que les dégradations de véhicules privés ont augmenté de 28% en novembre-décembre 2018 par rapport à la même période de l’an dernier à la suite des manifestations des Gilets jaunes.

Compte tenu de tous ces facteurs, les tarifs des assurances auto devraient progresser plus vite que l’inflation, attendue à 1,4% en 2020 par la Banque de France. Pour autant, l’augmentation ne devrait pas excéder 2%, le marché étant très concurrentiel et l’assurance auto étant considérée comme un « produit d’appel » par les assureurs (assurance de la seconde voiture du foyer, offre couplée avec l’assurance habitation…). Par ailleurs, les assurés sont devenus très volatils avec la loi Hamon. Depuis 2015, ils ont en effet la possibilité de changer d’assurance auto (et habitation) à tout moment une fois passée la première année de souscription, rappelle Assurland.

  • Maaf : 0%
  • Maif : + 1,25% (hors effets bonus-malus)
  • MACSF : + 2% (affaires nouvelles et affaires en portefeuille hors bonus-malus)
  • Generali : 0% pour les contrats de moins d’un an et en cas de changement de véhicule dans les 12 derniers mois, + 2% à + 3% pour les autres contrats (hors sinistrés)
  • Axa : + 1%
  • L’Olivier : augmentation non communiquée
  • MMA : augmentation non communiquée
  • Matmut : augmentation non communiquée
  • Macif : communication au printemps
  • Allianz : augmentation non communiquée
  • Aviva : communication prochaine
  • Groupama : augmentation non communiquée
  • Gan augmentation non communiquée
  • Amaguiz : augmentation non communiquée

Augmentation assurances habitation 2020

Selon les prévisions d’Addactis, les tarifs des contrat multirisques habitation (MRH) devraient augmenter de 1,5% en 2020. Pour Facts & Figures, la hausse pourrait se situer entre 1% et 2%. D’après Assurland, elle serait même limitée à 1%. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour les assurés, sachant que le prix des MRH a progressé en moyenne de 3% par an ces dernières années.

L’année 2019 a, il est vrai, été particulièrement clémente alors que 2018 avait été marquée par plusieurs catastrophes naturelles d’importance (inondations, tempêtes…). Reste que les dégâts, notamment sur les bâtiments, engendrés par la sécheresse de cet été ne seront perceptibles que dans plusieurs années. Ce que l’on appelle les sinistres « à retardement ».

En définitive, les cambriolages constituent le seul sinistre en augmentation, même si leur nombre a baissé de 3% au 3ème trimestre 2019 par rapport au 2ème trimestre 2019, selon les dernières statistiques du ministère de l’Intérieur publiées le 4 octobre 2019. Toutefois, les assureurs peuvent y faire face compte tenu des fortes augmentations de prix depuis une dizaine d’années qui ont rétabli la profitabilité du secteur, souligne Assurland.

  • Maif : + 2,2% pour le contrat Raqvam, 0% pour les contrats AHA et APB
  • MACSF : 1% pour les appartements, + 2,8% pour les maisons, + 4.5% pour les propriétaires non occupants
  • Generali : 0% pour les contrats de moins d’un an et en cas de déménagement dans les 12 derniers mois, + 2% à + 3% pour les autres contrats (hors sinistres dans les 12 derniers mois)
  • Axa : + 2%
  • Maaf : augmentation non communiquée
  • MMA : augmentation non communiquée
  • Matmut : augmentation non communiquée
  • Macif : communication au printemps
  • Axa : augmentation non communiquée
  • Allianz : augmentation non communiquée
  • Aviva : communication prochain
  • Groupama : augmentation non communiquée
  • Gan augmentation non communiquée
  • Amaguiz : augmentation non communiquée

Augmentation assurances santé en 2020

Les dépenses de santé ont augmenté de 1,5% l’an dernier, contre 1,7% en 2017, selon un rapport publié le 10 septembre 2019 par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) du ministère des Solidarité et de la Santé. Pour autant, le volume des soins a encore progressé de 1,7% en 2018 sous l’effet du vieillissement de la population. Cette croissance est compensée par la baisse des prix des médicaments, grâce au recours de plus en plus fréquent aux génériques.

Les organismes de complémentaire santé pourraient être tentés de répercuter dans leurs tarifs l’entrée en vigueur du « reste à charge zéro », rebaptisé « 100% santé ». Mis en place partiellement en 2020 et totalement en 2021, ce dispositif vise à ce que les assurés n’aient plus rien à payer, une fois déduits les remboursements de l’assurance maladie et de leur « mutuelle », pour les lunettes et lentilles correctrices, les prothèses dentaires et les aides auditives. Toutefois, sous la pression du gouvernement, les organisations professionnelles de l’assurance – la Fédération française de l’assurance (FFA), la Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) et le Centre technique des institutions de prévoyance (CTip) – ont demandé à leurs membres de ne pas augmenter leurs prix au prétexte de la mise en place du « 100% santé ». À voir… En attendant, Assurland table sur une hausse tarifaire de 2% en moyenne en 2020.

  • MGEN : + 0,5% à +2,5% (en fonction des offres)
  • Generali : 0% pour les affaires nouvelles, + 1,5% pour les autres contrats
  • Maaf : augmentation non communiquée
  • MMA : augmentation non communiquée
  • Macif : communication au printemps
  • MACSF : 0% pour les offres entrée de gamme, + 2% pour les offres moyen et haut de gamme
  • Axa : augmentation non communiquée
  • Allianz : augmentation non communiquée
  • Aviva : communication prochaine
  • Groupama : communication prochaine