Enogia : introduction en Bourse pour accélérer sur les marchés des ORC et piles à hydrogène

Par Olivier Brunet
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Enogia, PME basée à Marseille spécialisée dans les modules de conversion de chaleur en électricité, a levé environ 11 millions d’euros, lors de son introduction en Bourse sur Euronext Growth. La société veut capter le potentiel de croissance sur son marché historique et celui des compresseurs pour piles à combustible, nouvelle activité lancée commercialement en 2020.

Enogia : introduction en Bourse sur Euronext Growth Paris

Enogia a bouclé avec succès son introduction en Bourse sur Euronext Growth Paris, le compartiment de la cote non réglementé dédié aux PME-ETI. À cette occasion, l’entreprise marseillaise a levé 11,1 millions d’euros, par émission de 954.032 actions nouvelles. En cas de forte demande, la levée de fonds pourrait atteindre 12,7 millions d’euros, en cas de l’exercice intégral de l’option de surallocation (rallonge).

Aucune cession d’actions existantes n’est intervenue.

L’augmentation de capital vise à financer l’accélération de la croissance d’Enogia, sur ses deux marchés.

Éclairage à lire >> Introduction en Bourse : où va l’argent ?

L’opération était couverte à 34%, la société ayant reçu des engagements de souscription pour un montant total de 3,8 millions d’euros, dont :

  • 1,3 million d’euros de la part de la société de gestion DNCA
  • 0,7 million d’euros de la part de la société de gestion Inocap
  • 1,8 million d’euros issus du remboursement d’obligations remboursables en actions (ORA) souscrites par des actionnaires historiques, dont Faurecia Ventures à hauteur de 1,3 million d’euros

Prix de l’action Enogia (ALENO, FR0014004974)

Le prix de l’action Enogia (code mnémonique : ALENO) a été fixé à 11,60 euros par action, en milieu de la fourchette indicative (comprise entre 10,44 et 12,76 euros).

La capitalisation boursière d’Enogia post-opération atteint 44,8 millions d’euros au prix de l’offre.

Le flottant (part du capital dans le public) atteint 20,7% du capital sur la base de l’offre initiale de titres et 23,5% après exercice intégral de l’option de surallocation.

Enogia (Marseille), PME spécialiste des micro-turbines ORC made in France

Basée dans les quartiers nord de Marseille, Enogia est spécialisée, depuis sa création en 2009, dans le développement de micro-turbines ou micro-turbomachines ORC, dédiées à la conversion de chaleur en électricité, intégrées dans des micro-centrales électriques dont l’entreprise a débuté la commercialisation en 2014.

« Nous nous focalisons sur le marché des ORC de petite puissance. Ces machines peuvent être testées en usine, ce qui nous donne une capacité d’industrialisation, de réplication et de baisse des coûts, ce qui permet à nos produits d’être très compétitifs, explique Arthur Leroux, PDG et cofondateur d’Enogia. Ce marché de la petite puissance concentre l’essentiel des opportunités : plus nous allons sur les petites puissance et les basses températures, plus les gisements de chaleur fatale (chaleur perdue ou résiduelle, non récupérée, NDLR) sont importants ».

Grâce à son savoir-faire dans la conception de micro-turbines, Enogia revendique la gamme de puissance de modules ORC « la plus large », de 10 à 180 kilowatts (kW), lui offrant un potentiel accru, une technologie « permettant de fonctionner avec une plage de températures plus basses que ses concurrents », dès 70°C, et plus compacte. À ce jour, Enogia dispose d’un part de 120 micro-turbines installées dans plus de 25 pays, l’essentiel des ventes étant réalisées à l’export et au grand export en temps habituel (celles-ci ont été freinées pendant la crise sanitaire).

Enogia n’est donc pas positionné sur les mêmes marchés qu’Enertime, société déjà cotée sur Euronext Growth depuis juillet 2016, toujours en perte et dont le chiffre d’affaires n’a pas véritablement décollé.

Les applications des machines ORC d’Enogia sont vastes : elles peuvent valoriser la chaleur perdue générée par des sites industriels, le marché maritime (navires cargos, porte-conteneurs, pétroliers, vraquiers), agricoles (unités de méthanisation), la géothermique, ou encore les groupes électrogènes. Les marchés du biogaz et des groupes électrogènes ont représenté 56% du chiffre d’affaires moyen des années 2019 et 2020.

Les modules ORC d’Enogia sont vendus en flux tendu, après avoir été assemblés et testés dans son atelier. Les micro-turbomachines, cœur de la technologie d’Enogia, représentent environ 25% du coût d’un module ORC et sont également assemblés sur le site de Marseille.

Relais de croissance dans les compresseurs pour pile hydrogène

S’appuyant son savoir-faire dans la conception de micro-turbomachines ORC, Enogia a décliné sa technologie aux compresseurs pour piles à combustible (PAC), qui convertissent l’hydrogène en électricité.

« Au sein des piles à combustible, il faut alimenter le stack, principal composant de la pile à combustible, en oxygène, prélevé dans l’air ambiant par un compresseur. Toutes les piles à combustible ont besoin d’un compresseur, et celui-ci représente 15 à 20% de la valeur d’une PAC », détaille Arthur Leroux.

Selon Enogia, sa technologie lui procure un avantage concurrentiel. « Nos compresseurs sont 2 à 5 fois plus compacts et 2 à 5 fois plus légers, le coût matière est réduit. Nous renversons le paradigme : au lieu d’adapter la turbine au compresseur, c’est le compresseur que nous pouvons adapter au cahier des charges du client », développe le PDG.

La commercialisation des compresseurs d’Enogia, amorcée en 2020, a débouché sur la signature de deux premiers contrats avec des acteurs de référence de la pile à combustible, dont un avec Helion Hydrogen Power. La société indique avoir engagé des discussions commerciales avec une trentaine d’acteurs du secteur sur les trois marchés de l’hydrogène : PAC stationnaires, pour la mobilité lourde et pour la mobilité légère. En 2020, les compresseurs ont représenté 7% du chiffre d’affaires d’Enogia.

Une forte croissance interrompue par la pandémie

En croissance moyenne annuelle de 40% de 2014 à 2019, Enogia a subi un coup d’arrêt en 2020 avec une facturation en baisse de 23,5%. Déficitaire en 2019, avec un Ebitda négatif de 238.000 euros et une perte nette de 0,51 million d’euros, la société a vu ses résultats financiers se dégrader l’an dernier, avec un Ebitda et un résultat net négatifs respectivement à hauteur de 1,48 et 1,99 million d’euros.

Évoquant une nette reprise de l’activité commerciale cette année, les dirigeants d’Enogia se montrent confiants pour les années à venir. L’entreprise dispose d’un carnet de commandes supérieur à 5 millions d’euros à fin avril, à livrer en 2021 et 2022, essentiellement composé de projets ORC.

La société vise un chiffre d’affaires supérieur à 95 millions d’euros en 2025, dont 50 à 60% pour son activité compresseurs.

Côté rentabilité, Enogia espère atteindre un Ebitda positif en 2023, puis d’approcher une marge d’Ebitda normative, attendue aux alentours de 30%, à horizon 2025.

Selon les estimations établissement financier en charge de l’introduction en Bourse, les perspectives financières font état de l’atteinte d’une rentabilité nette à partir de 2024.

Utilisation du produit de la levée de fonds par Enogia

Enogia a vocation à utiliser le produit net de son augmentation de capital, soit à 9,8 millions d’euros (hors exercice de l’option de surallocation), de la façon suivante :

  • pour 40% : poursuite des investissements en R&D, principalement pour l’activité compresseurs, essentiellement par un renforcement de l’effectif afférent
  • pour 20% : conquête commerciale, notamment par la mise en place d’une équipe commerciale et des actions marketing et communication dédiés aux compresseurs ; Enogia compte également recruter des commerciaux et participer à des salons pour développer son activité ORC, en particulier à l’export.
    On signalera qu’une partie des fonds sera consacrée au développement d’un modèle commercial basé sur la facturation des modules ORC à l’usage, déployé à partir du second semestre 2021 via une société commune à constituer avec un partenaire financier. L’idée consiste à capter in fine une partie d’un retour sur investissement induit par la production d’énergie, obtenu au bout de 5 ans en moyenne pour une durée d’utilisation de 20 ans
  • pour 40% : investissement dans l’appareil productif pour réaliser des productions en série, nécessitant un déménagement sur un nouveau site

La société estime que son plan de développement nécessite un investissement total de l’ordre de 15 millions d’euros, dont :

  • 6 millions d’euros net de subventions en R&D (sachant qu’historiquement, la société a financé sa R&D à 63% à l’aide du CIR et de subventions)
  • 3 millions d’euros pour son développement commercial
  • 4 à 8 millions d’euros pour l’investissement productif.

Forte des capitaux levés, la société entend solliciter des financements bancaires en complément et réinvestir la trésorerie générée par l’activité à partir de 2023.

IPO Enogia : modalités, code ISIN, calendrier

Modalités de l’introduction en Bourse d’Enogia

  • Marché de cotation : Euronext Growth Paris
  • Code mnémonique de l’action : ALENO
  • Code ISIN : FR0014004974
  • Prix d’introduction : 11,6 euros (fourchette de 10,44 à 12,76 euros)
  • type d’offre : offre à prix ouvert (OPO)
  • Nature de l’opération : augmentation de capital uniquement
  • Nombre de titres offerts : 954.032 actions nouvelles (offre initiale, hors option de surallocation)
  • Éligibilité des titres : PEA, PEA PME, compte-titres ordinaire (CTO), réduction IR-PME

Dates de l’IPO

Le calendrier indicatif de l’opération, indiqué dans le communiqué de presse et la note d’opération, est le suivant.

  • 25 juin 2021 : approbation du Prospectus par l’AMF
  • 28 juin 2021 : ouverture de la période de souscription
  • 8 juillet 2021 : clôture de l’offre à prix ouvert (OPO) à 17 heures pour les achats aux guichets de banque et à 20 heures pour les ordres passés par Internet
  • 9 juillet 2021 : annonce du résultat de l’offre
  • 13 juillet 2021 : règlement-livraison des titres
  • 14 juillet 2021 : début des négociations des actions sur Euronext Growth
  • 13 août 2021 : date limite d’exercice de l’option de surallocation.
ARTICLES CONNEXES
Menu