Partagez
Share to Google

La pêche est un loisir ouvert à tous. Il existe toutefois un calendrier précis et des règles à respecter qui varient en fonction des cours d’eau où elle est pratiquée et du type de poissons pêché.

PLAN

Dates d’ouverture et de fermeture de la pêche
Pour la pêche en cours d’eau de 1ère catégorie
Pour la pêche en cours d’eau de 2e catégorie
Pour la pêche en mer

La réglementation pour la pratique de la pêche
• Pour la pêche en eau douce
• Pour la pêche en mer

Dates d’ouverture et de fermeture de la pêche 2018

Les dates d’ouverture et de fermeture sont fixées par le Préfet.
Plusieurs critères déterminent ces dates :
• La nature des cours d’eau
• Les catégories de poissons
• Les particularités locales

Dates pour la pêche en cours d’eau de 1ère catégorie

Les cours d’eau de première catégorie sont ceux dont les eaux sont peuplées principalement de truites. Dans ces cours d’eau, les dates d’ouverture et de fermeture sont les mêmes dans l’ensemble de la France. L’ouverture est fixée le deuxième samedi de mars et la fermeture le troisième dimanche de septembre.
En 2018, le calendrier est fixé ainsi :
• Ouverture le samedi 10 mars 2018
• Fermeture le dimanche 16 septembre 2018

Dates pour la pêche en cours d’eau de 2e catégorie

Pour les autres cours d’eau, la pêche est ouverte toute l’année. Toutefois, en fonction des catégories de poissons pêchés, il peut exister des calendriers plus restrictifs :
• Pêche au brochet : du 1er mai au dernier dimanche de janvier de l’année suivante, soit le dimanche 27 janvier 2019
• Pêche de l’ombre commun : du 3e samedi de mai (19 mai 2018) au 31 décembre inclus
• Pêche des salmonidés (truite fario, omble, omble chevalier et cristivomer), de la truite arc-en-ciel qui est autorisée dans les cours d’eau classés à saumon ou à truite de mer : du 2e samedi de mars (10 mars 2018) au 3e dimanche de septembre (16 septembre 2018). Ce calendrier est identique à celui pour la pêche dans les cours d’eau de 1ère catégorie

A savoir : ces dates peuvent être modifiées au niveau local par le Préfet. Ce dernier peut décider de réduire la période de pêche autorisée, d’interdire certaines formes de pêche ou encore de la limiter via l’utilisation de certains appâts bien définis. Par exemple dans le Pas-de-Calais, la pêche à la truite de mer est autorisée du 28 avril au 28 octobre 2018. En Loire-Atlantique, seule la pêche des truites dont la taille dépasse 0,23 mètre est permise. Si elles sont pêchées dans le cours d’eau le Cens, leur taille doit être supérieure à 0,26 mètre.

Dates pour la pêche en mer

Contrairement à la pêche en eau douce, il n’existe pas de calendrier spécifique pour la pêche en mer. Toutefois, qu’elle soit pratiquée depuis un bateau, sous la mer ou sur la plage, de nombreuses règles doivent être respectées (lire ci-dessous).

La réglementation pour la pratique de la pêche

La pêche est une pratique encadrée. Le règlement n’est pas le même si elle est faite en eau douce ou en mer. Il est conseillé de se tourner vers la fédération de pêche de son département pour connaître les règles locales spécifiques.

Pour la pêche en eau douce

La pratique de la pêche en eau douce nécessite obligatoirement de respecter plusieurs conditions :
• adhérer à une association de pêche en eau douce
• payer une redevance en fonction du type de pêche pratiquée (aux engins, aux filets ou à la ligne)
• obtenir une licence auprès de la direction départementale et des territoires (DDTE). Le montant de la licence est fixé chaque année par le Préfet. Il varie donc d’un département à l’autre.
L’ensemble de ces démarches permet d’obtenir ce que l’on appelle la carte de pêche. Elle peut être commandée sur le site cartedepeche.fr ou demandée auprès de dépositaires agréés comme un bureau de tabac, un magasin d’articles de pêche ou encore une association. Cette carte est obligatoire pour la pratique de la pêche. En cas de non-respect de cette obligation, le contrevenant devra payer une amende.

A savoir : les personnes qui pratiquent uniquement la pêche à la ligne doivent adhérer à une association agréée de pêche et de protection du milieu aquatique (AAPPMA) et payer une redevance. Elles ne doivent pas obligatoirement détenir une licence.

Prix de la carte de pêche en 2018

Le prix de la carte pêche est composé de :
• la cotisation pêche en milieu aquatique (CPMA)
• la cotisation à la fédération départementale de pêche ou à une association locale
• la redevance en milieu aquatique

Le montant annuel de la redevance varie en fonction du type de pêche pratiquée et est fixé chaque année par le Préfet. Au niveau national, des plafonds de tarifs à ne pas dépasser ont été déterminés. Ils sont établis en fonction du temps que le pêcheur veut consacrer à sa pratique :
• 10 euros pour pêcher toute l’année pour les personnes majeures
• 4 euros pour pêcher pendant 7 jours consécutifs au sein d’une structure agréée
• 1 euro pour pêcher pendant une journée au sein d’une structure agréée
• 20 euros de supplément sont demandés pour la pêche de l’alevin d’anguille, du saumon et de la truite de mer au sein d’une structure agréée

Le montant des autres cotisations varie d’un département à une autre. C’est pour cette raison que le prix des cartes de pêche n’est pas identique partout. D’après la Fédération nationale de la pêche en France, le prix moyen de la carte annuelle pour les personnes majeures est de 75 euros et celui de la carte journalière de 15 euros. Il existe toutefois des tarifs nationaux dans le cadre d’offres promotionnelles. Ainsi le montant annuel de la carte de pêche « découverte femme » est de 33 euros et celui « découverte moins de 12 ans » de 6 euros. Le prix de la carte hebdomadaire de pêche est de 32 euros.


A savoir : les sommes versées pour obtenir la carte de pêche permettent de financer de actions de préservation du milieu aquatique, des écoles de pêches ou encore des actions de prévention de la protection des espèces aquatiques.

Les horaires autorisés

En plus du calendrier d’ouverture et de fermeture, il faut respecter les tranches horaires de la journée pendant laquelle la pêche est autorisée : une demi-heure avant le lever du soleil et jusqu’à une demi-heure après son coucher. A certaines périodes, le Préfet peut autoriser la pêche de nuit, par arrêté. Cette permission est limitée dans le temps et ne concerne que la pêche à la carpe.

Les restrictions géographiques

La pêche au niveau des barrages et des écluses est interdite. Cette interdiction est prolongée sur une distance de 200 mètres en aval, sauf pour la pêche à la ligne.

Pour la pêche en mer

La pêche en mer comprend trois pratiques différentes : depuis un bateau, sous la mer ou sur la plage. En fonction du loisir choisi, la réglementation n’est pas la même.

Pour la pêche à pied

Aucune formalité n’est nécessaire pour la pêche à pied. Elle est autorisée toute l’année sur la partie du littoral qui est couverte à marée haute et découverte à marée basse, que l’on appelle l’estran. Seuls certains outils sont autorisés : ligne tenue à la main, râteau, épuisette... En fonction des régions, les règles peuvent différer concernant la nature, la taille et la quantité de poissons ou de crustacés qu’il est possible de pêcher.

Pour la pêche à bord d’un bateau

La pêche, lorsqu’elle est pratiquée à bord d’un bateau, est très réglementée. Il faut posséder un titre de navigation et n’utiliser que certains outils (lignes agrées, casiers, épuisettes...) En fonction des espèces, il est interdit de pêcher des poissons en-dessous d’une certaine taille ou d’un certain poids.

Pour la pêche sous-marine

La pêche sous-marine est interdite aux personnes âgées de moins de 16 ans. Elle doit avoir lieu entre le lever et le coucher du soleil. Il existe plusieurs interdictions :
• s’approcher à moins de 150 mètres des navires de pêche
• capturer des animaux marins pris dans les engins ou filets ayant été installés par d’autres pêcheurs
• utiliser une foëne ou un appareil spécial pour capturer les crustacés
• plonger avec des bouteilles