Prix, garanties : quelle assurance choisir pour ma moto, mon scooter ?

Partagez

Quelle assurance moto choisir ? A quel prix ? Il existe des contrats adaptés aux besoins spécifiques des motard et également des critères à prendre en compte pour souscrire une assurance deux-roues la moins chère possible.

Comment assurer sa moto, son scooter

 

1.Les types de motos assurés
2.Quelle assurance obligatoire minimum ?
3.Les garanties complémentaires pour être correctement couvert
4. Souscription : les critères à prendre en compte pour réduire le prix

Une assurance moto ou deux-roues a de nombreuses similitudes avec une assurance auto. Ainsi, une assurance dite au tiers est obligatoire pour sillonner les routes. En plus de cette couverture de base, il est fortement conseillé d'opter pour des garanties plus protectrices, de même qu'en assurance auto. Autre point commun : les critères qui influencent le prix de l'assurance moto.

Toutefois, conduire une voiture et un deux-roues sont deux choses différentes. Le point sur l'assurance moto, scooter, cyclomoteurs, moto verte et autres deux-roues.

Les types de véhicules assurés en deux-roues

Ce point peut paraître évident. Cependant, il est primordial de savoir ce que les assureurs entendent par deux-roues et surtout comment ils les différencient selon leur puissance afin de comprendre les garanties d'un contrat ainsi que sa tarification. Ainsi, les compagnies d'assurance considèrent comme des deux-roues :

- Les motos : ce terme regroupe les deux-roues en général. Les assureurs différencient ensuite divers types de motos selon leur puissance et utilisation.
- Les motos vertes : ce sont les motos tout-terrain.
- Les motos de collection.
- Les motos de circuit ou sportives : ce sont celles qui ont généralement le plus de puissance et donc qui sont les plus chères à assurer.
- Les cyclomoteurs (mobylettes, scooters, quads, ...) : ce sont des deux-roues de petite cylindrée, de 50 cm3, parmi les moins coûteux à assurer.

Le niveau des garanties est généralement adapté au type de deux-roues. Les assureurs classent ainsi les véhicules selon leur puissance, autrement exprimée en cylindrée (cm3) ou cylindres. Plus le véhicule a de puissance, plus le tarif de l'assurance risque de grimper, les assureurs considérant que le danger est plus important. Ainsi, la plupart des assureurs distinguent les motos en deçà de 125 cm3 appelées « motos légères », celles au-dessus et les cyclomoteurs, les motos de moins de 50 cm3.

Il faut simplement retenir que plus la moto est puissante, plus l'assurer reviendra cher au motard.

Quelle assurance obligatoire minimum ?

La loi exige au minimum une garantie responsabilité civile, aussi appelée au « tiers », pour tous les véhicules à moteur. C'est cette même couverture de base qui est exigée pour une voiture. Celle-ci indemnise les éventuelles victimes en cas d'accident responsable. L'assureur se substitue alors au titulaire du contrat et endosse sa responsabilité. A défaut d'assurance, le responsable est obligé de payer lui-même les dégâts causés et la facture peut vite atteindre des sommets, surtout dans le cadre d'accidents de la route. Les dommages causés par les passagers du véhicule sont pris en charge.

Pour mieux comprendre la garantie responsabilité civile, lire notre article.

Dans le cadre de la garantie responsabilité civile, sont ainsi pris en charge :

- Les dommages matériels causés à d'autres véhicules : cela englobe aussi bien les autres deux-roues (motos, scooters, ...) que les voitures mais également les immeubles (murs, vitrines, portails).
- Les dommages corporels : l'assureur prend en charge les blessures (ou le décès) causées à des tiers par la faute du conducteur, titulaire du contrat : un passager, un piéton, un cycliste ou encore l'occupant de l'autre véhicule.

En règle générale, les dommages corporels sont indemnisés sans aucune limite tandis que les dommages matériels sont fréquemment soumis à un plafond de remboursement. Il faut donc être attentif aux conditions de son contrat moto.

Attention : La loi oblige le motard à s'assurer : souscrire un contrat d'assurance au tiers n'est donc pas une option. Rouler sans cette couverture minimum est constitutive d'un délit et donc est passible d'une amende dans le meilleur des cas mais aussi d'une suspension de permis de conduire et d'une mise en fourrière du véhicule.

 

Pour les adeptes de « l'optimisation » des deux-roues, il faut se méfier : non seulement certaines pratiques sont punissables par la loi, mais qui plus est, en cas d'accident causé par un deux-roues dont les caractéristiques ont été modifiées, l'assureur n'interviendra pas.

Bon à savoir : De même que pour une voiture, l'obligation d'assurance est valable y compris si la moto ne sort pas du garage.

 

Mais attention, le champ d'intervention de la garantie responsabilité civile reste limité. En effet, comme son surnom l'indique, c'est une assurance « au tiers » ce qui signifie qu'elle ne prend en charge que les dommages causés à autrui.

Autrement dit, l'assuré ne sera pas couvert pour les dommages :

- Qu'il subit lui-même, qu'il soit responsable ou non,
- Pour ceux causés à son deux-roues.

C'est pourquoi, il est fortement conseillé de mettre davantage la main à la poche et d'opter pour une assurance « tous risques » ou au moins pour des garanties supplémentaires davantage couvrantes. D'autant plus que comme indiqué ci-dessus, les assureurs ont mis au point des formules adaptées au type de moto et plus largement aux besoins spécifiques des motards.

Quelle assurance moto pour être correctement couvert ?

Cette notion est valable pour toutes les assurances : chaque assureur étant différent, les contrats qu'il propose présentent des caractéristiques propres. Cependant, les garanties complémentaires proposées par les assureurs sont plus ou moins identiques. En général, celles-ci sont réparties dans trois ou quatre formules plus ou moins couvrantes.

L'assurance « tous risques »

La formule d'assurance moto « tous risques » est la plus complète et aussi la plus chère.

Attention : Par abus de langage, on associe fréquemment la « garantie dommages tous accidents » qui couvre tous les dégâts matériels subis par le deux-roues que le conducteur soit responsable ou non, à l'assurance « tous risques ». Ce sont deux notions différentes puisque la garantie « dommages tous accidents » est incluse dans une formule d'assurance moto.

 

Ainsi, une assurance moto « tous risques » prendra en charge les dégâts causés aux autres, à la moto (remorquage, réparations, vol, incendie, ...) et subis par le motard (frais de soins, ...). La protection s'enclenche également lorsqu'aucun responsable n'est identifié en cas de sinistre. Avec ce genre de formule, l'assuré profite d'une couverture optimale. Seul bémol, il doit mettre la main à la poche.

Les garanties complémentaires

Dans le détail, voici les garanties complémentaires à la formule de base que l'on trouve dans la majorité des assurances moto « tous risques » :

- Dommages par collision : elle joue en cas de collision avec un piéton, un cycliste, un autre véhicule ou un animal dont le propriétaire est identifié. Les dommages causés au véhicule (et éventuellement à ses options et accessoires) sont ainsi couverts.
- Dommages tous accidents : elle couvre tous les dégâts matériels subis par le deux-roues quel que soit le type d'accident ou la faute commise par le motard : collision avec un autre véhicule, choc contre une personne, un animal, un objet, projections ou retombées de substances corrosives, acte de vandalisme, aléas naturels comme la grêle ou encore une avalanche.
- Bris de glace : prise en charge des dommages sur la bulle de carénage, autrement dit le pare-brise des motos (réparation, remplacement du vitrage, ...), des phares généralement à l'identique et déduction faite d'une franchise.
- Vol : le véhicule est remplacé en valeur à neuf ou sur celle indiquée par un expert. Certains contrats prévoient également une indemnisation pour les objets présents sur le véhicule. Des mesures de prévention peuvent être exigées, comme la pose d'un antivol ou mettre la moto dans un garage.
- Incendie, explosion : remplacement à neuf ou selon un montant proposé par un expert du véhicule.
- Evènements climatiques : indemnisation en cas de dommages subis par la moto dans le cadre d'une tempête, de la grêle, de la neige, d'une inondation etc. en dehors de la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle.
- Défense pénale et recours suite à un accident : aussi appelée protection des droits des assurés, en cas d'accident l'assurance assiste l'assuré dans ses démarches juridiques pour obtenir réparation ou le défend s'il est lui-même poursuivi.
- Catastrophe naturelle, technologiques.
- Attentat.
- Insolvabilité des tiers responsables de l'accident : intervention de l'assureur en cas de dommages matériels occasionnés à la moto par un responsable identifié mais non assuré et insolvable.
- Accessoires sur le véhicule : indemnisation en cas de dommages ou de vol dans la limite fixée au contrat des accessoires présents sur le véhicule : par exemple, les top-case, valises, carénage, ...
- L'assistance : en cas de panne, à partir de 0 km dans certains contrats (il faut vérifier la franchise kilométrique), prise en charge du dépannage, prêt d'un véhicule, frais d'hébergement, d'envoi de pièces détachées, ... L'assistance peut être active 24h/24 et 7 jours sur 7. Il faut également regarder dans son contrat si l'assistance joue à l'étranger et si elle prend notamment en charge le rapatriement.

Les exclusions : En règle générale, ces garanties ne sont pas activées si l'assuré était en état d'ivresse, sous l'emprise de stupéfiants au moment de l'accident ou si le véhicule a été emprunté sans son accord. Idem en cas de défaut d'entretien de la moto, ou si celle-ci a fait l'objet de modifications non autorisées.

Attention également à la zone géographique : en effet, selon les localisations, il se peut que la garantie ne s'applique pas. En général, les pays membres de l'Union européenne ainsi que la Norvège, la Suisse, le Lichtenstein et les principautés d'Andorre et de Monaco sont inclus dans la garantie.

Le cas particulier de la garantie conducteur

Les garanties listées ci-dessus concernent majoritairement les dommages causés au deux-roues, tandis que la « garantie conducteur », aussi appelée « conducteur individuelle » ou « protection corporelle du conducteur », couvre les dommages corporels subis par le motard en cas d'accident totalement ou partiellement responsable ou si aucun tiers n'est identifié. Cela dépend une fois encore des assureurs mais généralement il existe un plafond de prise en charge qui demeure toutefois élevé.

Certains contrats incluent également cette garantie dans leurs offres de base et intermédiaire et en proposent une version « améliorée » à souscrire en option avec un plafond augmenté et sans seuil minimal d'intervention. Ainsi, un plafond de plusieurs milliers d'euros d'indemnisation peut être relevé à un million d'euros. Selon ses besoins, l'assuré devra donc se renseigner auprès de son assureur et éventuellement lui demander une garantie conducteur « optimisée ». En effet, les montant d'indemnisation sont très variables selon les assureurs et répondent à des conditions de versement diverses.

Dans la majorité des contrats, la garantie « conducteur » couvre :

- Les frais médicaux et de soins consécutifs à l'accident en cas de blessure : sont ainsi pris en charge les frais médicaux, chirurgicaux et pharmaceutiques.
- Le versement d'un capital en cas de décès : celui-ci est attribué aux proches de l'assuré (conjoints, enfants, ...) au titre du préjudice économique et moral subi. Les frais d'obsèques sont également couverts par l'assurance.
- Le versement d'indemnités à compter d'un certain taux d'invalidité (totale ou partielle) : en général, ce seuil de déclenchement de l'indemnité est fixé à 10 ou 15%. L'assuré bénéficie alors d'une prise en charge de ses frais d'assistance d'une tierce personne nécessaire à son quotidien, d'une indemnisation en compensation du préjudice subi (perte de revenus professionnels, etc.), des frais d'adaptation du logement et du véhicule, dans la limite du plafond fixé.

Attention : Si l'accident a lieu dans certaines conditions, la garantie ne jouera pas ou sera réduite. C'est le cas si l'assuré conduisait en état d'ivresse ou sous l'emprise de stupéfiants, s'il a refusé de se soumettre à un contrôle d'alcoolémie, sans autorisation (suspension ou retrait du permis de conduire) ou encore sans l'accord du propriétaire du véhicule.

 

Les garanties spécifiques aux motards

Un motard n'est pas un conducteur comme les autres, c'est pourquoi les assureurs ont mis au point des garanties spécifiques :

- Garantie du casque : en cas d'accident, l'assureur indemnise le casque homologué de l'assuré sur la base de la valeur d'achat dans les limites fixées au contrat. Attention, l'assuré doit être capable de présenter une facture et doit généralement remettre à l'assureur le casque endommagé pour destruction.
- Equipement du motard : cette garantie est quasi-systématiquement proposée en option. En cas de dommages subis lors d'un accident de la route ou à cause d'une catastrophe naturelle ou technologique, d'un attentat, l'assureur prend en charge l'équipement du motard (bottes, gants, combinaison, pantalon, blouson, gilet airbag, ...) selon les conditions prévues au contrat.

Attention : De même que pour une voiture, il existe une garantie « prêt du guidon ». Autrement dit, si le motard ne bénéficie pas de cette protection dans son contrat, il ne pourra pas prêter son véhicule tout en continuant d'être assuré. Des franchises peuvent être appliquées ou non.

 

Souscription : les critères à prendre en compte pour payer moins cher

Pour souscrire un contrat d'assurance moto, le motard peut passer par un assureur spécialisé dans ce type de contrat ou bien par une compagnie d'assurance « classique ».

Voici les critères à prendre en compte pour choisir le bon contrat d'assurance et surtout à un prix compétitif :

- Qui dit moto puissante dit généralement cotisation d'assurance élevée : mieux vaut donc regarder combien il en coûtera d'assurer tel modèle avant de l'acheter. Cela vous évitera de vous retrouver avec un budget assurance trop conséquent.
- Le profil du conducteur : les années de permis de conduire, l'âge du motard et son passif peuvent aussi bien jouer en sa faveur qu'en sa défaveur. Bon conducteur, faites jouer votre bonus, y compris s'il a été obtenu en conduisant une voiture, cela pourra faire baisser le montant de la prime de votre assurance moto.
- Etre vigilant sur l'année de mise en circulation de la moto : de même que sa puissance, l'année du véhicule est regardée de près par l'assureur. Il faut essayer dans la mesure du possible d'opter pour un véhicule qui n'est pas trop ancien. Attention, un véhicule flambant neuf peut aussi coûter cher à assurer : tout est donc une question de mesure et de portefeuille.
- Etre honnête sur la description de sa moto : non seulement l'indemnisation risque d'être insuffisante en cas de sinistre mais de plus, l'assuré risque de voir son contrat totalement annulé pour omission ou fausse déclaration. Payer le moins cher possible oui, mais pas avec une fausse déclaration.
- Faire valoir son garage : l'assureur pourra ainsi faire baisser le montant de la prime si la moto est rangée tous les soirs à l'abri.
- Eviter les garanties superflues : si certaines protections vous apparaissent inutiles face à vos besoins, demander à votre assureur de les ôter du contrat.
- Attention aux franchises : le prix d'un contrat peut apparaître peu cher à première vue mais le montant des franchises – ce qui reste forcément à votre charge en cas d'accident – peut contrebalancer ce tarif attractif. Pas le choix, il faut lire attentivement le contrat avant de souscrire.

 
Assurance Auto pas chère
Comparez les assureurs & faites des économies sur votre assurance auto

ARTICLES LES PLUS LUS

1. Quels sont les prix de l’assurance auto dans ma ville ?
2. Quelle assurance pour mon bateau ?
3. Otherwise en santé, Wecover en auto : qu’est-ce qu’une assurance collaborative ?

Réseaux Sociaux