BAFA : le brevet pour devenir animateur

Par Jean-Philippe Dubosc
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Le Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur est un diplôme qui permet d’encadrer des enfants et des adolescents dans des accueils collectifs, comme les centres de loisirs ou les colonies de vacances. Les informations à connaître pour obtenir le BAFA.

BAFA, qu’est-ce que c’est ?

Le Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA) a été créé en 1973. Il s’agit d’un diplôme non professionnel, qui permet d’encadrer des mineurs, à titre non professionnel et de manière occasionnelle. Il est généralement exigé pour pouvoir travailler dans des structures d’accueil collectif d’enfants et d’adolescents, tels que les centres de loisirs, les colonies de vacances ou les camps de scouts.

Ces structures sont gérées par des associations, des mairies, des comités d’entreprise (CE), des entreprises commerciales ou même des particuliers. S’il n’existe pas de liste exhaustive des accueils collectifs de mineurs (ACM), le mieux est de se renseigner auprès de sa commune, du service départemental à la jeunesse, à l’engagement et aux sports (SDJES) ou à la délégation régionale académique à la jeunesse, à l’engagement et aux sports (DRAJES).

BAFA-BAFD, quelle différence ?

Le Brevet d’aptitude aux fonctions de directeur (BAFD) est, comme son nom l’indique, un diplôme non professionnel requis pour exercer une activité de direction, également à titre non professionnel et de manière occasionnelle, au sein d’un accueil collectif de mineurs (ACM). En clair, le titulaire d’un BAFD dirige l’équipe des animateurs, titulaires du BAFA.

Outre l’encadrement des animateurs, le directeur gère l’accueil des enfants et/ou des adolescents, l’organisation et la coordination des activités, les relations avec la structure organisatrice (mairie, association, CE…), ainsi que des éventuelles opérations de partenariat ou de communication. C’est lui qui est responsable en cas de problèmes (accident, maladie…).

Les conditions pour passer le BAFA

Âge

Il faut avoir au moins 16 ans révolus (c’est-à-dire avoir fêté son 16ème anniversaire) pour suivre la session de formation générale. Toutefois, il est possible de s’inscrire au BAFA (voir plus loin) trois mois avant.

Il n’y a pas d’âge limite au BAFA : on peut passer le diplôme à n’importe quel âge.

Durée

Le cursus du BAFA se déroule en trois étapes, comprenant deux sessions de formation théorique et un stage pratique. La durée totale du cursus ne peut excéder 30 mois (2 ans et 6 mois).

Au-delà de 30 mois, le candidat perd le bénéfice des étapes validées. Il doit tout recommencer depuis le début.

Une fois que le BAFA est obtenu, la durée de validité du diplôme est illimitée (comme le bac ou le permis de conduire).

Prix

Il n’existe pas un prix officiel du BAFA. Le tarif est fixé par l’organisme de formation. Il varie de 500 euros à 1.200 euros. Les candidats ont accès à plusieurs aides financières (voir plus loin). À savoir : il n’est pas possible de financer son BAFA via son compte personnel de formation (CPF), car il ne s’agit pas d’un titre qualifiant, ni répertorié au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCM).

Le déroulement du BAFA

Le cursus du BAFA englobe une session de formation générale, un stage pratique et une session d’approfondissement ou de qualification. Les trois étapes doivent être réalisées dans cet ordre. Par exemple, pour effectuer le stage pratique, il faut, au préalable, avoir suivi la session de formation générale. À savoir : si les sessions de formation générale, d’approfondissement ou de qualification peuvent se dérouler à l’étranger, le stage doit impérativement avoir lieu en France.

À chaque étape, le candidat est évalué (par les formateurs pour les sessions de formation, par le directeur ou la directrice de la structure d’accueil des mineurs pour le stage pratique). Ces évaluations sont examinées par le jury BAFA de la délégation régionale académique à la jeunesse, à l’engagement et aux sports (DRAJES), une fois que les trois étapes sont réalisées. C’est ce jury qui est chargé de valider ou non le cursus.

Le brevet est délivré par le recteur de région académique du lieu de résidence du candidat. En cas de non-obtention, le candidat dispose d’un délai de 12 mois pour recommencer les sessions de formation ou le stage pratique non validés.

La session de formation générale

Il s’agit d’une formation théorique qui enseigne les bases du métier d’animateur. Les différentes structures d’accueil (centre de loisirs, colonie de vacances…) et leur public (enfants, adolescents) sont présentés aux candidats. Ces derniers apprennent les règles pour préparer et animer des jeux, des chants, des activités (dessin, poterie, théâtre…), et travailler en équipe. La formation dure huit jours au minimum et se déroule uniquement en présentiel dans un centre de formation. Ce dernier peut proposer une demi-pension (hébergement, petit-déjeuner, déjeuner ou dîner) ou une pension complète (hébergement et les trois repas).

Le stage pratique

Le stage pratique doit durer au moins 14 jours. Il peut être effectué dans un centre de loisirs, une colonie de vacances ou un camp de scouts. L’essentiel est que la structure organisatrice soit déclarée auprès de la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS).

C’est au candidat de trouver lui-même son stage pratique. Il est conseillé de commencer à chercher son stage dès le début du cursus. En effet, il doit être réalisé au plus tard 18 mois après la session de formation générale.

La session d’approfondissement ou de qualification

Le candidat choisit d’effectuer une session d’approfondissement ou de qualification auprès du centre de formation de son choix

Session d’approfondissement

La session d’approfondissement permet, comme son nom l’indique, au candidat d’approfondir ses aptitudes à exercer les fonctions d’animateur. Elle doit durer au minimum six jours en une ou plusieurs fois. Dans ce dernier cas, elle doit s’étaler au maximum sur un mois.

Session de qualification

La session de qualification permet au candidat d’acquérir des compétences dans un des domaines suivants : voile, canoë-kayak, activités de loisirs motocyclistes, surveillance de baignade. Elle doit durer au moins huit jours.

Sans la session de qualification idoine, l’animateur n’est pas autorisé à encadrer l’activité. Un titulaire du BAFA, qui a validé son brevet avec une simple session d’approfondissement, peut suivre la session de qualification afin de pouvoir encadrer les activités de mineurs en voile, canoë-kayak, loisirs motocyclistes ou baignades.

Inscription BAFA 2024

Pour suivre le cursus du BAFA, il faut s’inscrire sur le téléservice édité par le ministère de l’Education nationale et de la Jeunesse. Disponible à l’adresse jeunes.gouv.fr/bafa-bafd, il dispose d’une version mobile (conçue pour les smartphones). L’internaute ou le mobinaute doit indiquer la région où il souhaite suivre son cursus BAFA. Il est ensuite dirigé sur une page où il doit cliquer sur « S’inscrire ». Ensuite, il doit cliquer sur « Je souhaite m’inscrire à une formation BAFA ».

Il doit se créer un compte personnel en mentionnant son e-mail, nom, prénom, date et lieu de naissance et mot de passe. L’internaute reçoit un e-mail de confirmation dans lequel il doit cliquer sur un lien pour activer son compte. Il dispose alors d’un numéro d’inscription qui va lui servir pour s’inscrire à la formation BAFA. Le téléservice lui permet de connaître les centres de formation qui proposent la formation dans sa région. Certains d’entre eux permettent de s’inscrire en ligne sur leur site web.

Comment choisir sa formation BAFA ?

Plusieurs critères peuvent entrer dans le choix de la formation au BAFA. Il y a le prix d’abord, sachant que les tarifs des centres de formation sont libres. La localisation du centre a également son importance. Le candidat peut opter pour un centre de formation près de chez lui ou dans une autre région. Rien n’oblige à suivre la session de formation générale et la session d’approfondissement ou de qualification dans le même centre. Enfin, certains centres proposent un internat.

Les aides financières pour le BAFA

Il existe plusieurs aides pour financer le BAFA :

  • la Caisse d’allocations familiales (Caf) propose une aide nationale de 91,47 euros. Elle est majorée de 15,24 euros si la session d’approfondissement est centrée sur la petite enfance (soit 106,71 euros au total). L’aide peut être demandée via son espace personnel disponible sur caf.fr.  Le candidat doit cliquer sur « Mes services en ligne », puis « Faire une demande de prestation », puis « Autres demandes » dans lequel figure l’espace « Bafa : demande d’aide à la formation ». Il peut aussi télécharger le formulaire dédié, le remplir et l’envoyer par courrier à sa Caf, en y joignant les justificatifs demandés. L’aide nationale est accordée sans condition de ressources. Il suffit d’avoir au moins 16 ans. L’aide doit être demandée dans les trois mois suivants l’inscription à la session d’approfondissement ou de qualification.
  • une aide analogue est proposée par la Mutualité sociale agricole (MSA) aux candidats relevant du régime agricole. Le candidat doit se renseigner auprès de sa caisse MSA.
  • outre l’aide nationale, les CAF peuvent proposer une aide locale
  • certains département, régions et mairies prévoient aussi des aides financières à la formation BAFA
  • idem pour le Fonds d’aide aux jeunes en difficulté (FAJD), réservé aux 18-25 ans en situation précaire. Le mieux est de se renseigner auprès de la mission locale de sa commune.
  • les candidats demandeurs d’emploi peuvent solliciter une aide auprès de leur agence Pôle Emploi
  • enfin, les candidats qui ont effectué une mission de service civique en 2022 ou en 2023 ont droit à une aide de 100 euros pour financer leur BAFA. Pour cela, ils doivent avoir suivi la session de formation générale, d’approfondissement ou de qualification entre le 1er janvier 2023 et le 1er septembre 2024. L’aide doit être demandée, avant le 1er décembre 2024, auprès de l’Agence de services de paiement (ASP). Le candidat doit indiquer son numéro de volontaire et fournir une attestation remplie et signée par le centre de formation. Les 100 euros sont directement crédités sur le compte en banque du demandeur

Les équivalences au BAFA

Si le BAFA est le diplôme le plus demandé pour encadrer, il existe d’autres formations pour travailler dans l’animation. En voici les principaux :

  • le certificat d’aptitude professionnelle (CAP) Accompagnement éducation petite enfance (AEPE), qui remplace le CAP petite enfance
  • le certificat professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (CPJEPS)
  • le certificat de qualification professionnelle (CQP) animateur périscolaire
  • le CQP premier degré d’animation
  • le certificat d’aptitude aux fonctions de moniteur-éducateur (CAFME)
  • le brevet d’État d’éducateur sportif (BEES)
  • le brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS)
  • le brevet d’État d’animateur technicien de l’éducation populaire et de la jeunesse (BEATP)
  • le diplôme d’État de moniteur éducateur (DEME)

Renouvellement BAFA-BAFD

Le diplôme du BAFA ayant une durée de validité illimitée, il n’y a pas besoin de demander un renouvellement, sauf dans les cas particuliers indiqué ci-dessous :

Renouvellement RAE

Les titulaires du Brevet d’aptitude aux fonctions de directeur (BAFD) doivent, tous les cinq ans, opérer un renouvellement de l’autorisation d’exercer (RAE). Seuls ceux qui ont exercé les fonctions de directeur ou de directeur adjoint d’une structure d’accueil de mineurs (ACM) pendant au moins 28 jours ou de formateur pendant au moins six jours peuvent effectuer un RAE. Celui-ci doit être demandé via le téléservice BAFA-BAFD.

Renouvellement de la qualification « surveillance de baignades »

Tous les cinq ans, les titulaires du BAFA qui ont validé la session de qualification « surveillance de baignades en ACM » doivent renouveler leur autorisation d’exercer en repassant les trois épreuves techniques certifiées par un maître-nageur sauveteur (MNS) : parcourir 50 mètres de sauvetage avec un mannequin, intervenir auprès d’une victime et exécuter les gestes de premiers secours en attendant les secours, nager un 200 mètres nage libre ventrale non chronométré. Le renouvellement de la qualification « surveillance de baignades » doit également être demandé par l’intermédiaire du téléservice BAFA-BAFD.

Que faire en cas de perte ?

Aucun duplicata du BAFA ne peut être demandé en cas de perte du brevet. Une attestation est, normalement, disponible sur son compte personnel du téléservice BAFA-BAFD.

Nos offres sélectionnées pour vous :

ARTICLES CONNEXES
Menu