Vaccination contre le coronavirus : dates, pour qui, quels variants, prix

Par Loic Farge
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Face à la recrudescence de cas de Covid-19 et à l’apparition de nouveaux variants, plusieurs campagnes de rappel vaccinal sont organisées en France. La dernière en date a lieu entre le 15 avril et le 16 juin 2024. Il s’agit de protéger les personnes les plus fragiles et leur entourage contre le risque de développer une forme grave de la maladie. Qui est vacciné en priorité ? Comment se déroule la vaccination ? Est-elle obligatoire ? Quel est son prix ? Décryptage.

Campagne de rappel de vaccination 2024 contre le Covid-19 : quand ?

Une nouvelle campagne de rappel de vaccination contre le Covid-19 (nouveau coronavirus ou SARS-CoV-2) est programmée entre le 15 avril et le 16 juin 2024. En fonction de la circulation de l’épidémie, cette campagne vaccinale printanière pourra être prolongée d’un mois.

La campagne annuelle de rappel de vaccination 2023-2024 contre le Covid-19 (nouveau coronavirus ou SARS-CoV-2) s’est déroulée entre le 2 octobre 2023 et le 29 février 2029. Elle était censée démarrer le 17 octobre 2023 (en même temps que la campagne annuelle de vaccination contre la grippe saisonnière). Mais en raison de la recrudescence des cas de Covid-19 (notamment via le sous-variant dominant Omicron XBB.1.5, surnommé « Kraken » en référence au monstre marin tiré des légendes scandinaves) dès la fin de l’été en France, les autorités sanitaires ont décidé de devancer la date de lancement de cette nouvelle campagne de rappel vaccinal.

Campagne de vaccination contre le nouveau corononavirus : qui est concerné ?

Campagne de rappel du printemps 2024 : qui concerne-t-elle ?

La campagne de renouvellement vaccinal contre le nouveau coronavirus, organisée au printemps 2024 (du 15 avril au 16 juin 2024), vise à protéger les plus à risque de développer une forme grave de la maladie. Elle est fortement recommandée pour :

  • les personnes âgées de 80 ans et plus
  • les patients immunodéprimés, quel que soit leur âge
  • les résidents des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes et des unités de soins de longue durée, quel que soit leur âge
  • et toutes les personnes à très haut risque selon chaque situation médicale individuelle et dans le cadre d’une décision médicale

Les personnes qui n’entrent pas dans les catégories ciblées ci-dessus ne font pas l’objet d’une recommandation spécifique.

Campagne de rappel d’automne 2023 : pour qui ?

Dans le cadre de la campagne annuelle de vaccination contre le Covid-19, la population éligible au rappel automnal (entre le 2 octobre 2023 et le 29 février 2024, pour la campagne d’automne 2023-2024) est clairement identifiée par la direction générale de la santé (DGS).

La vaccination de rappel concerne, en priorité, les personnes susceptibles de développer une forme grave de la maladie ou des complications si elles contractent le Covid-19. Les cibles de la campagne de vaccination contre le nouveau coronavirus sont :

  • toutes les personnes âgées d’au moins 65 ans (seniors de 65 ans ou plus)
  • les personnes, âgées de plus de 6 mois, atteintes de comorbidités (voir la liste plus loin)
  • les personnes immunodéprimées (celles dont le système immunitaire n’est plus capable de faire face à des agents pathogènes)
  • les femmes enceintes (à n’importe quel mois de grossesse)
  • les résidents en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et en unités de soins de longue durée (USLD)

Parmi les publics prioritaires de la campagne de vaccination automnale figurent également :

  • les personnes à très haut risque de forme grave selon chaque situation médicale individuelle et dans le cadre d’une décision partagée avec les équipes soignantes
  • les professionnels de santé libéraux : médecins, pharmaciens, infirmiers, aides-soignants, sages-femmes, dentistes (sur prescription médicale)
  • le personnel des Ehpad et des établissements médico-sociaux
  • les accueillants familiaux rémunérés
  • les aides à domicile de personnes dépendantes, invalides ou handicapées

La vaccination est également possible dans certains centres de protection maternelle et infantile (PMI) ou certains centres de vaccination avec l’autorisation des deux parents si l’enfant à moins de 16 ans. Pour connaître les lieux de vaccination contre le nouveau coronavirus, c’est par ici.

Si la vaccination contre le Covid-19 est très fortement recommandée pour ces personnes vulnérables, la DGS précise que « toute personne souhaitant se faire vacciner, même si elle ne fait pas partie de la cible, peut recevoir une injection contre le Covid-19 ».

Vaccination contre la Covid-19 : la liste complète des comorbidités

Dans le langage médical, la comorbidité désigne la présence d’une ou plusieurs maladies et/ou troubles aigus ou chroniques s’ajoutant à la maladie initiale. Certaines comorbidités fragilisent certaines personnes face au nouveau coronavirus, au même titre que l’âge ou une grossesse.

La liste des comorbidités associées à un risque de forme grave de Covid-19, définie par la Haute Autorité de santé (HAS), est la suivante :

  • pathologies cardiovasculaires (hypertension artérielle compliquée, antécédent d’accident vasculaire cérébral, antécédent de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque)
  • obésité, avec un indice de masse corporelle (IMC) supérieur ou égal à 30
  • maladies hépatiques chroniques (comme la cirrhose)
  • pathologies respiratoires chroniques (bronchopneumopathie chronique obstructive, insuffisance respiratoire, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil…)
  • diabète de type 1 et 2
  • insuffisance rénale chronique (patient dialysés)
  • transplantation d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques
  • cancer ou hémopathie maligne
  • immunodépression congénitale ou acquise
  • trisomie 21
  • pathologies neurologiques (maladies du motoneurone, myasthénie grave, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, paralysie cérébrale, quadriplégie ou hémiplégie, tumeur maligne primitive cérébrale, maladie cérébelleuse progressive, troubles psychiatriques…)
  • démence
  • syndrome drépanocytaire majeur ou antécédent de splénectomie

Prix du vaccin contre la Covid-19 : gratuit ou payant ?

La vaccination contre le Covid-19 est prise en charge à 100% pour toutes les personnes qui reçoivent une dose de rappel. Elle est intégralement remboursée par la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM).

Quel que soit leur âge ou leur risque face à la maladie (qu’ils soient concernés ou non par le public ciblé par la campagne de rappel), les individus qui se font vacciner n’ont rien à débourser.

À NOTER : les personnes éligibles à la vaccination, qui sont dans l’incapacité de se déplacer seules, peuvent bénéficier d’une prise en charge de leur transport vers un centre de vaccination, et ce, quel que soit leur âge. Le transport – ambulance, véhicule sanitaire léger (VSL) et taxi – doit, au préalable, être prescrit lors d’une consultation.

Quels vaccins disponibles pour la campagne de rappel ?

Quel vaccin pour quel public ?

La campagne annuelle de rappel de vaccination contre le Covid-19, lancée désormais chaque automne, intègre l’utilisation de vaccins adaptés aux variants circulants majoritaires. C’est le même principe que celui qui s’applique pour les vaccins contre la grippe saisonnière, actualisés chaque année afin de s’adapter aux souches qui sont les plus susceptibles de circuler pendant l’hiver.

Pour la campagne de vaccination 2023-2024, « des vaccins adaptés au variant XBB.1.5 seront utilisés préférentiellement », avait indiqué la Direction générale de la santé (DGS). La Haute autorité de santé (HAS) recommande, en première intention, l’utilisation des vaccins à ARN messager (ARNm) bivalents adaptés à ce sous-variant d’Omicron, très répandu, et ce, quel que soit le vaccin administré précédemment.

De son côté, l’Assurance maladie affirme que « tous les vaccins disponibles actuellement sont efficaces contre les formes graves et permettent de limiter le risque d’être hospitalisé ».

Selon l’âge et la situation de chacun, la vaccination contre le Covid-19 est possible avec différents vaccins. Pour le rappel d’automne, les autorités sanitaires recommandent le vaccin monovalent Comirnaty Omicron XBB.1.5 de Pfizer/BioNTech. Ce vaccin fonctionne sur la souche originale du virus (Wuhan) et sur les autres variants. Il existe en forme adulte, mais également dans une forme pédiatrique (destinée aux enfants de 5 à 11 ans et à ceux âgés de 6 mois à 4 ans).

Les personnes, qui ne peuvent pas (pour cause de contre-indication) ou ne souhaitent pas bénéficier des vaccins à ARNm, peuvent utiliser, en rappel d’un vaccin anti-Covid administré par le passé :

  • le vaccin VidPrevtyn Beta de Sanofi (à partir de 18 ans)
  • le vaccin Nuvaxovid de Novavax (XBB.1.5, disponible depuis le 4 décembre 2023)

À NOTER : le vaccin de Moderna à ARN messager, le Spikevax, n’est pas proposé pour le moment dans le cadre de la campagne de rappel de vaccination de la campagne 2023-2024. Il pourrait néanmoins revenir dans la course : mi-septembre 2023, l’Union européenne a donné son feu vert pour l’utilisation d’une version actualisée du vaccin Moderna pour lutter contre les nouvelles souches du virus.

Peut-on choisir son vaccin contre le Covid-19 et ses variants ?

Peut-on choisir le vaccin que l’on souhaite recevoir pour se protéger contre le Covid-19 ? Le ministère de la Santé et de la Prévention explique que « chacun est libre de choisir le vaccin qu’il veut recevoir parmi les vaccins qui lui sont autorisés ».

Cependant, il précise qu’à chacun des vaccins autorisés correspondent des publics cibles :

  • les enfants âgés de 6 mois à 4 ans inclus, qui présentent un risque de forme grave de la maladie ou qui vivent dans l’entourage d’une personne immunodéprimée, peuvent recevoir le vaccin à ARNm Pfizer-BioNTech sous sa forme pédiatrique spécifique
  • les enfants âgés de 5 à 11 ans inclus bénéficient du vaccin à ARNm Pfizer-BioNTech dans sa forme pédiatrique
  • les jeunes âgés de 12 à 17 ans inclus bénéficient du vaccin à ARNm Pfizer-BioNTech
  • les personnes âgées de 18 à 29 ans inclus bénéficient du vaccin à ARNm Pfizer-BioNTech et des vaccins à protéine recombinante (Novavax quelle que soit la dose et Sanofi en rappel)
  • les personnes de 30 ans et plus peuvent recevoir tous les vaccins disponibles en France
  • les femmes enceintes peuvent recevoir les vaccins à ARNm (Pfizer-BioNTech et Moderna)

Où et par qui se faire vacciner contre le Covid-19 ?

La vaccination contre le Covid-19 peut se faire :

  • chez le médecin
  • en pharmacie
  • auprès d’un infirmier
  • auprès d’une sage-femme
  • auprès d’un chirurgien-dentiste

En ce qui concerne plus spécifiquement les personnes qui résident dans établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et en unité de soins de longue durée (USLD), la vaccination contre le Covid-19 est organisée sur place.

Pour les patients suivis dans un service de soins, la vaccination peut être réalisée directement au sein de la structure de soins.

La présentation d’une ordonnance pour bénéficier de l’injection d’une dose de vaccin ne s’impose pas. En revanche, le jour de la vaccination, la personne doit se munir de sa pièce d’identité, de sa carte Vitale et de son attestation de vaccination (voir plus loin).

Le patient est soumis à un questionnaire spécifique par le professionnel de santé chargé de l’injection. Cela permet à ce dernier de vérifier l’absence de contre-indication à la vaccination et de définir le parcours vaccinal à adopter.

La vaccination consiste en une injection intramusculaire, dans le bras le plus souvent. Pour tous les patients âgés de plus de 5 ans, le schéma vaccinal a été simplifié. Une seule dose de vaccin est désormais nécessaire.

Quel délai respecter pour recevoir une dose de rappel ?

Les populations éligibles à la campagne de rappel de vaccination contre le Covid-19 ne peuvent pas bénéficier d’une dose au moment de leur choix. Il est recommandé que cette dose de rappel soit administrée dans un délai d’au moins six mois depuis leur dernière infection ou injection de vaccin. Cette règle vaut quel que soit l’âge de la personne, mais aussi quel que soit le nombre de rappels précédents.

Pour les personnes immunodéprimées, ce délai est réduit à trois mois après leur dernière injection. Cela s’explique par leur déficit immunitaire qui provoque un déclin plus rapide des anticorps protecteurs.

Pour la nouvelle campagne de vaccination, organisée entre le 15 avril et le 16 juin 2024, les personnes concernées peuvent recevoir une dose de vaccin si la dernière injection ou infection au Covid-19 date d’au moins trois mois.

Quel suivi médical après l’injection du vaccin ?

Toute personne, qui reçoit une dose de vaccin contre le Covid-19 (que ce soit pour une première vaccination ou dans le cadre d’un rappel vaccinal), doit recevoir, en main propre, une attestation de vaccination dite « certifiée » au format papier par le professionnel de santé après chaque injection qu’il reçoit.

Comme le précise l’Assurance maladie, ce document comporte l’ensemble des informations suivantes :

  • l’identification de la personne vaccinée (nom de naissance et nom d’usage, prénom, date de naissance)
  • le nom du vaccin pour la dernière injection
  • le numéro du lot
  • le fabricant du vaccin ou titulaire de l’autorisation de mise sur le marché
  • la date de la dernière injection et le rang de l’injection
  • le pays où a été réalisée la vaccination
  • l’émetteur du certificat de vaccination.

Où trouver l’attestation de vaccination contre le nouveau coronavirus ?

L’attestation de vaccination anti-Covid est remise au patient au format papier après chaque étape de vaccination (que ce soit une première injection ou un vaccin de rappel).

Mais la personne vaccinée peut également télécharger une attestation de vaccination (la dernière et, le cas échéant, les attestations antérieures) à partir du téléservice sécurisé, accessible à l’adresse https://attestation-vaccin.ameli.fr depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone. Pour y accéder, il est possible de passer par la plateforme publique sécurisée FranceConnect, en utilisant leurs identifiants fiscaux, d’Assurance maladie, de Mutualité sociale agricole ou encore d’identité numérique de La Poste.

Ceux qui ne disposent pas d’un accès à Internet peuvent se tourner vers l’un des 1.300 espaces France services pour se procurer en ligne un exemplaire de leur attestation de vaccination.

Faut-il présenter une attestation pour réaliser son rappel ?

La présentation de ce document permet à la personne vaccinée de connaître son éligibilité à un rappel de vaccination en fonction de la date de la précédente injection ou après une infection récente, conformément au délai recommandé par les autorités sanitaires.

Covid-19 : le rappel vaccinal d’automne est-il obligatoire ?

La campagne de vaccination (campagne annuelle d’automne ou campagne de vaccination ponctuelle) contre le Covid-19 n’est pas obligatoire. Elle est simplement recommandée aux populations cibles qui risquent de développer des formes graves de la maladie : les plus de 65 ans, les personnes atteintes de comorbidités, les femmes enceintes ou encore les résidents d’Ehpad (voir la liste plus haut).

Les professionnels des secteurs sanitaire et médico-social, qui figurent parmi les personnes vivant en contacts réguliers avec des individus vulnérables, sont eux aussi fortement invités à recevoir une dose de rappel dans le cadre de la campagne de vaccination menée annuellement à l’automne. Pour eux, l’obligation vaccinale a été suspendue par un décret paru au Journal Officiel du 14 mai 2023.

Il n’y a donc plus de caractère obligatoire de se faire vacciner, comme cela avait été le cas pour l’ensemble de la population française au plus fort de l’épidémie de Covid-19 en 2021-2022.

Chaque Français majeur a le choix de se faire ou non vacciner contre le nouveau coronavirus. Les enfants âgés de moins de 16 ans (jusqu’à 15 ans) éligibles à la vaccination doivent venir accompagnés de l’un de leurs parents (ou titulaire de l’autorité parentale).

Covid-19 et grippe saisonnière : peut-on se faire vacciner en même temps ?

Il est possible de recevoir simultanément les injections contre le Covid-19 et la grippe saisonnière à l’occasion de la campagne de rappel automnale. Cette possibilité est ouverte depuis la campagne annuelle 2023-2024. « L’administration concomitante du rappel d’un vaccin contre la Covid-19 et du vaccin contre la grippe saisonnière est possible dès lors qu’une personne est éligible aux deux vaccinations, quel que soit l’âge », indique la Haute autorité de santé (HAS).

Mais si les deux campagnes de rappel sont désormais couplées, le calendrier a été modifié pour le Covid-19 en 2023. Alors que la vaccination contre le nouveau coronavirus et celle contre la grippe saisonnière devaient démarrer en même temps (le 17 octobre 2023), la première a été avancée de quinze jours (le 2 octobre 2023) en raison d’une hausse des contaminations par le variant Omicron du nouveau coronavirus.

Pour les personnes qui n’avaient été vaccinées contre le Covid-19 entre le 2 et le 17 octobre 2023, elles ont pu bénéficier à partir de cette dernière date à la fois d’une injection d’une dose de vaccin contre le nouveau coronavirus et d’une dose de vaccin contre la grippe.

Lors de la prise du rendez-vous, le patient doit spécifier qu’il souhaite les deux injections en même temps. Les deux vaccins peuvent être injectés le même jour, un dans chaque bras. « Il n’y a pas de délai d’attente à respecter » entre les deux vaccins, précise le ministère de la Santé, ni avec n’importe quel autre vaccin.

Nos offres sélectionnées pour vous :

ARTICLES CONNEXES
Menu