Partagez
Share to Google

Chaque année, ce sont 2 à 8 millions de Français qui sont impactés par le virus de la grippe. Cet hiver, la grippe est particulièrement virulente, à tel point que le seuil épidémique a été franchi. Or pour certains assurés dits « à risque », la grippe peut être davantage dangereuse : c’est pourquoi le vaccin antigrippal est gratuit pour eux.

Le vaccin antigrippal gratuit pour certains assurés

1.Le vaccin contre la grippe, pour qui est-il conseillé ?
2.Pour les personnes à risque, le vaccin est-il obligatoire ?
3.Pour qui le vaccin de la grippe est-il gratuit ?
4.L’injection n’est pas gratuite
5.Comment se faire vacciner avec le bon gratuit
6.Quel remboursement de la mutuelle santé ?
7.Où et quand se faire vacciner contre la grippe ?

Le vaccin contre la grippe, pour qui est-il conseillé ?

Plusieurs catégories de personnes sont concernées par les recommandations de vaccination contre la grippe saisonnière du Haut Conseil de la santé publique. En premier lieu, la vaccination est fortement conseillée aux patients les plus fragiles car le virus peut devenir dangereux chez eux. Selon l’Assurance maladie, « l’objectif est de réduire le risque avéré de décès ou de complications graves en cas de grippe ». Il s’agit :

- Des personnes âgées de 65 ans et plus
- Des femmes enceintes et ce quel que soit le trimestre de grossesse
- Des enfants à partir de 6 mois
- Des personnes atteintes de certaines affections de longue durée, maladies chroniques : par exemple, le diabète (type 1 et 2), la mucoviscidose, des insuffisances cardiaques graves, certaines maladies respiratoires chroniques. La liste complète est consultable ICI.
- Des personnes souffrant d’obésité dont l’indice de masse corporelle (IMC) est égal ou supérieur à 40kg/m².

En dehors de ces personnes à risque, le vaccin est recommandé :

- Aux soignants (infirmiers, médecins, personnel hospitalier, …)
- Aux personnes en contact régulier et prolongé avec des personnes à risques (personnes âgées, malades, nourrissons, …) : assistantes maternelles, personnel de maison de retraite, employés de crèche, …
- Aux personnes qui séjournent dans un établissement de soins ou d’hébergement médico-social, et qui donc, sont susceptibles d’être davantage exposées au virus de la grippe
- A l’entourage familial des nourrissons de moins de 6 mois (qui ne peuvent être eux-mêmes vaccinés) à risque de grippe grave : cela concerne ainsi les prématurés, les bébés atteints de cardiopathie congénitale, de pathologie pulmonaire, neurologique, …

Pour tous les autres Français, le vaccin de la grippe n’est pas particulièrement conseillé : ils peuvent se faire vacciner s’ils le souhaitent ou décider de ne pas le faire.

Pour les personnes à risque, le vaccin est-il obligatoire ?

En aucun cas la vaccination n’est obligatoire. Toutefois, comme les risques de complication sont bien présents et que les conséquences peuvent être graves, le gouvernement a mis en place une campagne annuelle d’information à destination de cette population afin de les encourager à se faire vacciner.

Pour qui le vaccin de la grippe est-il gratuit ?

Dans la même logique, le gouvernement a mis en place un système de gratuité pour les patients à risque. Ainsi, le vaccin est pris en charge à 100% par l’Assurance maladie pour les personnes suivantes :

- Les personnes âgées de 65 ans et plus
- Les femmes enceintes
- Les patients atteints de maladies chroniques (voir la liste ICI)
- Les personnes souffrant d’obésité
- L’entourage familial des nourrissons de moins de 6 mois à risque de grippe grave
- Certains professionnels de santé
- Les personnes séjournant dans un établissement de soins ou d’hébergement médico-social.

Prix du vaccin antigrippe pour les « autres » assurés

Pour tous les autres assurés, le vaccin est payant. En moyenne, son prix se monte 6 euros (prix fixé par les pharmaciens). La prise en charge par l’Assurance maladie est équivalente à 65% du montant du vaccin. Soit un reste à charge pour l’assuré de 2 euros en moyenne.

L’injection n’est pas gratuite

Attention, si le vaccin antigrippal est gratuit pour les personnes citées ci-dessus, l’injection de celui-ci est payante. « L’injection du vaccin est remboursée au taux habituel, sauf pour les patients pris en charge à 100% au titre d’une affection de longue durée (ALD) pour laquelle la vaccination est recommandée », précise ainsi l’Assurance maladie sur son site internet ameli.fr.

Ainsi, l’acte de vaccination est remboursé à hauteur de 70% du tarif conventionnel par la Sécurité sociale s’il est effectué par un médecin lors d’une consultation et à hauteur de 60% s’il est réalisé par un ou une infirmière.

Autrement dit : l’achat du vaccin à la pharmacie est gratuit pour les assurés à risque, tandis que son injection par un professionnel de santé reste payante et donc à leur charge.

Comment se faire vacciner avec le bon gratuit

Comment obtenir son vaccin contre la grippe gratuitement ? Concrètement, les personnes concernées reçoivent automatiquement par courrier de la part de leur caisse d’Assurance maladie un bon de prise en charge.

Ensuite, tout dépend de votre situation :

- Déjà vacciné les années précédentes : si le patient a déjà été vacciné « gratuitement » les années précédentes, il lui suffit de retirer le vaccin à la pharmacie à l’aide de son bon de prise en charge sans prescription médicale. Il peut ensuite aller se faire vacciner chez son généraliste ou chez un ou une infirmière, toujours sans prescription. Ce dispositif simplifié est réservé aux adultes.
- Première vaccination : il faut d’abord consulter son médecin en lui apportant son bon de prise en charge. Celui-ci prescrit ensuite le vaccin s’il n’existe aucune contre-indication et s’il le juge nécessaire. Il suffit ensuite d’aller le retirer gratuitement en pharmacie puis de se rendre de nouveau chez son médecin ou chez un ou une infirmière (sur prescription) pour se faire vacciner.
- Femmes enceintes, personnes souffrant d’obésité, entourage familial : ces assurés ne peuvent pas être identifiés directement comme personnes à risque par l’Assurance maladie et donc ne reçoivent pas de bon de prise en charge chez eux de manière automatique. Ils doivent alors se rendre chez leur médecin traitant qui leur prescrira le vaccin antigrippal - s’il n’existe pas de contre-indication - qu’ils pourront ensuite aller retirer gratuitement en pharmacie.

Attention : le bon de prise en charge est valable jusqu’au 31 janvier 2017.

Quel remboursement de la mutuelle santé ?

Pour les personnes à risque, si la délivrance du vaccin est gratuite, l’injection ne l’est pas. Comme l’acte est pris en charge à hauteur de 70 ou 60% du tarif conventionnel par la Sécurité, le patient doit s’acquitter d’un reste à charge.

Ainsi, si l’assuré fait faire son vaccin par un médecin généraliste dont le tarif de la consultation est de 23 euros, il devra payer de sa poche 6,90 euros (23 x 70% = 16,10 euros, moins un euro de franchise médicale).

C’est là que la couverture d’une mutuelle santé peut s’avérer utile pour l’assuré. En effet, celle-ci remboursera ce reste à charge à l’assuré.

Pour les assurés qui ne bénéficient pas de la gratuité du vaccin, le reste à charge est d’autant plus élevé puisque ces derniers doivent non seulement aller consulter leur médecin une première fois pour obtenir une ordonnance, ensuite aller chercher le vaccin à la pharmacie puis revenir chez leur médecin (ou se tourner vers un ou une infirmière) pour l’injection.

Certaines complémentaires santé proposent des forfaits vaccination. Pour connaître la couverture de sa mutuelle santé, mieux vaut se renseigner auprès d’elle ou lire les conditions générales de son contrat.

Où et quand se faire vacciner contre la grippe ?

La campagne de vaccination contre la grippe se déroule du 6 octobre 2016 au 31 janvier 2017. Autrement dit, c’est durant cette période que les personnes à risque reçoivent leur bon de prise en charge et qu’il est surtout utile de se faire vacciner. Pour que le vaccin soit efficace, il faut se faire vacciner chaque année. Une seule injection suffit pour les adultes, les enfants de moins de neuf ans jamais vaccinés devant faire deux injections à un mois d’intervalle.

Il est vivement conseillé de ne pas attendre et de se faire vacciner en début d’automne avant que le virus ne se propage. Par ailleurs, il faut compter 15 jours entre le moment de la vaccination et celui où le patient est effectivement protégé.

Comme indiqué plus haut, l’injection peut être réalisée par un médecin ou un ou une infirmière.