Qu’est-ce que l’ISR ?


En cette semaine de l'investissement socialement responsable (ISR), un sondage à l'intention du Forum pour l'investissement responsable (FIR) et d'Eiris, expert en analyse environnementale, montre que les Français connaissent mal cette méthode de gestion.

placement, argent, isr

Problème de culture financière et de communication ! Selon une enquête sur l’investissement socialement responsable (IR) réalisée pour Eiris et le FIR. D’après ce sondage, 66% des investisseurs français n’ont ainsi jamais entendu parler de cette démarche. Seulement 6% savent précisément ce qu’est l’ISR, et 28% en ont entendu parler mais ne sauraient pas le définir. « Le manque de sensibilisation à l’ISR et le manque d’information sur les produits continuent de constituer des freins importants », tente d’expliquer Eiris, société spécialisée dans l’analyse environnementale.

L’ISR a du potentiel

Malgré cette méconnaissance de l’ISR, les Français semblent intéresser par cette notion. Plus de la moitié des Français (53%) affirment que la confiance qu’ils portent envers leur établissement financier serait renforcée si ce dernier s’engageait dans une démarche ISR. A noter qu’un quart des personnes interrogés répondent qu’il serait probable ou très probable qu’ils y transfèrent leurs produits d’investissement si un établissement financier proposait de nombreux produits ISR….

Manque de reconnaissance

L’existence d’un label certifiant un fonds ISR serait par ailleurs déterminante dans le choix de 55% des Français. Ce chiffre s’élève même à 86% parmi les Français ayant indiqué qu’ils étaient prêts à investir dans un fonds ISR si on le leur proposait. Néanmoins, ce label ISR existe bel et bien ! Développé par le centre de recherche ISR français Novethic, il ne rencontre pas assez d’échos auprès des particuliers. Plus généralement, l’absence de communication des banques sur l’ISR participe au manque d’intérêt du public pour ces produits.

« Notre enquête met clairement en évidence que l’ISR intéresse les Français et que ce dernier offre un potentiel significatif pour redonner confiance aux épargnants envers leur établissement financiers. Les résultats de notre enquête doivent alerter les établissements financiers pour qu’ils rendent les fonds ISR plus visibles et qu’ils communiquent davantage sur la façon dont ces fonds peuvent donner du sens à l’épargne, et d’encourager ainsi plus de Français a y souscrire », affirme Marion de Marcillac, responsable développement du bureau français d’Eiris.

L’ISR regroupe différentes méthodes de gestion qui vise à intégrer des critères extra-financiers (environnement, social, gouvernance) à l’analyse financière classique opérée par les gérants.

Encadré :