Élections législatives anticipées 2024 : dates, candidats, résultats, sondages

Par Loic Farge
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Tous les cinq ans, les Français sont invités à voter pour les législatives pour désigner les 577 députés qui les représentent à l’Assemblée nationale. Après les élections européennes 2024, remportées par le Rassemblement national, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée et l’organisation d’élections législatives anticipées. Le scrutin est prévu les 30 juin et 7 juillet. Calendrier, partis et candidats en lice, sondages, résultats… Tout sur les élections législatives anticipées 2024.

Élections législatives : à quoi ça sert ?

En France, les élections législatives sont des élections au suffrage universel direct qui visent à désigner les députés. Le vote, qui a lieu tous les cinq ans (sauf dissolution de l’Assemblée nationale) dans les semaines qui suivent l’élection présidentielle, renouvelle dans son intégralité l’Assemblée (celle-ci formant avec le Sénat le Parlement).

À NOTER : il faut distinguer l’élection législative « traditionnelle » d’une élection législative partielle. Celle-ci est organisée lorsqu’un député, élu pour un mandat de cinq ans, ne peut plus siéger ou voit son élection invalidée. Parmi les cas de vacance du siège nécessitant une nouvelle élection figurent une démission pour convenance personnelle, une démission d’office en cas de non-respect des règles de financement de la campagne électorale o»u encore une déchéance du mandat à la suite d’une inéligibilité.

Les députés, au nombre de 577, sont élus au scrutin uninominal majoritaire à deux tours (explications plus bas > Mode de scrutin) par les électeurs inscrits sur les listes électorales. Chaque député, bien qu’élu dans un cadre géographique déterminé – la circonscription, qui correspond en général à une subdivision d’un département ou d’une collectivité d’Outre-mer -, représente la Nation toute entière.

« La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum », énonce l’article 3 de la Constitution de la Vème République, en date du 4 octobre 1958.

Les députés participent à l’expression de la volonté générale, mais sont aussi, de facto, les représentants dans l’hémicycle de leur circonscription. Ainsi, le député peut non seulement se faire l’écho des préoccupations (à dimension législative) de ses électeurs à l’Assemblée nationale, mais il a aussi vocation à intervenir auprès des pouvoirs publics pour réclamer la mise en place de certaines politiques (notamment économiques, sociales et culturelles) au niveau de sa circonscription.

Quelles sont les missions d’un député ? Son rôle principal vise à participer au travail législatif (vote de la loi et dépôt de propositions de loi). Il a également un pouvoir de contrôle de l’action du gouvernement.

Législatives 2024 : quelles sont les dates des élections ?

Quel est le calendrier des élections législatives de 2024 ? Un décret « portant convocation des électeurs pour l’élection des députés », paru au Journal Officiel du 10 juin 2024, a entériné les dates-clés du scrutin à l’issue duquel seront désigné les 577 députés de la XVIème législature de la Cinquième République.

Traditionnellement, le décret fixant les dates du scrutin précise que « les élections ont lieu le septième dimanche qui suit la publication du décret convoquant les électeurs ». Ce n’est pas mentionné dans le décret paru le 10 juin 2024. L’appel au vote des Français fait suite, cette fois-ci, à la dissolution de l’Assemblée nationale annoncée par Emmanuel Macron au soir des résultats des élections européennes du 9 juin 2024, marquées par la victoire du Rassemblement national (RN). Ce sont donc des législatives anticipées qui sont programmées en 2024.

Les élections législatives anticipées 2024 sont prévues :

  • le dimanche 30 juin 2024, pour le premier tour
  • le dimanche 7 juillet 2024, pour le second tour (dans le cas où un candidat n’aurait pas recueilli, dans sa circonscription, la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de voix égal au quart des électeurs inscrits au premier tour)

IMPORTANT : pour tenir compte de l’éloignement géographique, les électeurs ultra-marins et les Français de l’étranger votent avec un temps de décalage. Traditionnellement, le premier tour s’y déroule avec une semaine d’avance par rapport à ceux de métropole. Mais comme le calendrier des législatives est particulièrement contraint en 2024, les électeurs concernés sont convoqués, par dérogation, le samedi 29 juin 2024 pour le premier tour. Il s’agit des électeurs qui votent à Saint-Pierre-et-Miquelon, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin, en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane, en Polynésie française et dans les bureaux de vote ouverts par les ambassades et postes consulaires situés sur le continent américain.

Pour le second tour, les électeurs des départements et collectivités d’Outre-mer et les Français de l’étranger sont appelés aux urnes dès le samedi précédant l’élection pour ce même second tour en métropole. La date du scrutin 2024 est donc fixée au samedi 6 juillet pour les électeurs qui votent pour le second tour en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin, à Saint-Pierre-et-Miquelon, en Polynésie française et dans les bureaux de vote ouverts par les ambassades et postes consulaires situés sur le continent américain et dans les Caraïbes.

ATTENTION : quatre recours ont été déposés devant le Conseil constitutionnel contre les modalités fixées dans le décret organisant les élections législatives 2024, pour contester notamment le calendrier prévu pour ce scrutin. De son côté, le Conseil d’État a été saisi d’un référé-liberté.

Contrairement à l’élection présidentielle, l’entre-deux-tours des législatives ne dure donc globalement qu’une semaine (et non deux).

Les bureaux de vote sont ouverts entre 8 heures et 18 heures (heures légales locales). Un arrêté peut toutefois autoriser certaines grandes villes à retarder leur de fermeture des bureaux, qui doivent être clos au plus tard à 20 heures.

Les modalités relatives à l’élection des députés français sont inscrites dans le Code électoral (article L.O.119 à L.190).

Législatives 2024, modalités de vote et d’élection

Qui vote à l’occasion des élections législatives ?

Ce sont les électeurs français qui élisent les députés au suffrage universel direct à l’occasion des élections législatives. Pour pouvoir voter, plusieurs règles s’imposent :

  • être majeur (âgé de 18 ans et plus)
  • justifier de la nationalité française
  • disposer de ses droits civils et politiques
  • être inscrit sur les listes électorales

D’après l’Insee, ce sont près de 49,5 millions d’électeurs qui sont ainsi appelés aux urnes pour désigner les 577 parlementaires de l’Assemblée nationale à l’occasion des élections législatives anticipées de 2024.

Les personnes pas encore inscrites sur les listes électorales, mais qui souhaitent participer au scrutin législatif, ont la possibilité de s’inscrire en respectant un certain délai. Les dates limite à respecter pour voter varient en fonction du lieu du vote et de la procédure utilisée pour s’inscrire sur les listes électorales.

ATTENTION : les personnes qui n’étaient pas inscrites sur les listes électorales avant lundi 10 juin 2024, date de publication du décret présidentiel relatif à l’organisation d’élections législatives anticipées, ne pourront pas voter à l’occasion du scrutin programmé les 30 juin et 7 juillet 2024. Les Français qui atteignent le cap des 18 ans d’ici au 30 juin 2024 sont également concernés par le gel des listes électorales, et ce, en dépit de leur inscription automatique. « En revanche, toutes les personnes qui se sont inscrites entre le 3 mai (date limite d’inscription pour les élections européennes) et le décret du 9 juin sont bien inscrites pour les élections législatives », précise le ministère de l’Intérieur.

Toutefois, le délai d’inscription (en temps normal, il est possible de s’inscrire sur les listes électorales au plus tard le sixième vendredi qui précède le premier tour de l’élection) est raccourci au dixième jour avant le premier tour dans certains cas très particuliers, en vertu de l’article L. 30 du code électoral : jeune de 18 ans sans recensement citoyen, déménagement récent, acquisition récente de la nationalité française, droit de vote récemment recouvré. Cette dérogation court pour les législatives anticipées de 2024, en respectant une date limite (le 19 ou le 20 juin 2024).

Pour une inscription en ligne dans la situation normale, les dates butoir (au plus tard) étaient :

  • le mercredi 1er mai 2024, pour les électeurs de métropole
  • le mercredi 1er mai 2024, pour les électeurs qui votent en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin, à Saint-Pierre-et-Miquelon, à La Réunion et à Mayotte
  • le mercredi 1er mai 2024, pour les électeur qui votent en Polynésie française

La procédure s’effectue via le téléservice disponible sur Service-Public.fr, sur présentation d’un justificatif d’identité et d’un justificatif de domicile numérisés, ainsi que du formulaire d’inscription dûment rempli (formulaire Cerfa n°12669*02).

Pour les personnes qui s’inscrivent en remplissant un formulaire papier, celui-ci devait être déposé en mairie ou par courrier adressé à sa mairie avant une date limite. Pour les législatives de 2024, elles devaient s’inscrire au plus tard :

  • le vendredi 3 mai 2024, pour les électeurs qui votaient en métropole
  • le vendredi 3 mai 2024, pour les électeurs en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin, à Saint-Pierre-et-Miquelon, à La Réunion et à Mayotte
  • le vendredi 3 mai 2024, pour les électeur en Polynésie française

Là encore, une pièce d’identité, un justificatif de domicile et le formulaire Cerfa sont exigés.

Les Français qui résident à l’étranger peuvent s’inscrire (si ce n’est déjà fait) sur une liste électorale pour participer aux élections législatives. Pour cela, elles doivent fournir la preuve de leur résidence habituelle dans la circonscription consulaire. Qu’elle se fasse en ligne (par le biais du registre des Français établis hors de France, accessible avec un compte Service-Public.fr ou via France Connect) ou en se rendant directement à l’ambassade ou au consulat  du pays de résidence, la procédure doit respecter un délai, qui était fixé au 1er mai 2024 pour le dernier scrutin en date.

Un électeur inscrit, qui se trouve dans l’impossibilité de se déplacer pour aller voter aux législatives, peut opter pour le vote par procuration, en confiant cette mission à l’un de vos proches, un voisin ou toute autre personne de confiance.

Quelles conditions pour se présenter aux législatives ?

Pour prétendre à un siège de député, un candidat doit justifier qu’il est âgé de 18 ans révolus et qu’il dispose bien de la qualité d’électeur.

L’acte de candidature consiste en une déclaration (Cerfa n°16110*02) qui, pour être valable, doit contenir les mentions suivantes :

  • les nom, prénom(s), sexe, date et lieu de naissance, domicile et profession du candidat
  • ces mêmes informations pour la personne appelée à remplacer le candidat en cas de vacance de siège
  • la désignation de la circonscription dans laquelle il est fait acte de candidature
  • la signature manuscrite originale du candidat

Le document, accompagné des pièces justificatives figurant en annexe du formulaire imprimable, doit être déposer dans un temps imparti en préfecture. En ce qui concerne le scrutin législatif anticipé de 2024, les prétendants au Palais Bourbon pouvaient remettre leur candidature entre le mercredi 12 juin et le dimanche 16 juin 2024, à 18 heures au plus tard.

Les candidats qualifiés pour le second tour du scrutin (ils doivent, pour cela, avoir récolté les voix d’au moins 12,5% des inscrits) peuvent confirmer leur candidature à partir de la proclamation des résultats au soir du premier tour, jusqu’au 2 juillet 2024 à 18 heures.

Le mode de scrutin des élections législatives

L’article L123 du Code pénale dispose que les députés sont élus au scrutin uninominal (il s’agit de désigner une personne, et non une liste) majoritaire (donc non proportionnel) à deux tours. Il s’agit d’un scrutin national, mais organisé au niveau local.

Les élections se déroulent dans 577 circonscriptions, qui élisent chacune un député. C’est dans chacun de ces 577 territoires distincts, regroupant environ 125.000 habitants chacun, que s’affrontent des candidats appartenant à différentes formations politiques. Un député supplémentaire est attribué dans une circonscription pour chaque tranche supplémentaire de 125.000 habitants. En revanche, les départements de moins de 125.000 habitants ne disposent que d’un seul député.

En dehors des députés élus dans les départements divisés en autant de circonscriptions électorales qu’il y a de sièges à pourvoir, six députés le sont dans les collectivités d’Outre-mer :

  • trois en Polynésie française
  • un à Wallis-et-Futuna
  • un à Saint-Pierre-et-Miquelon
  • un à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin

De plus, deux députés sont élus en Nouvelle-Calédonie. Enfin, depuis 2012, les Français de l’étranger sont représentés par onze députés à l’Assemblée nationale :

  • six en Europe
  • deux en Amérique
  • deux en Afrique
  • un en Asie

Le tableau ci-dessous fixe la liste des pays composant les onze circonscriptions électorales des Français de l’étranger :

Élections législatives : les onze circonscriptions des Français de l’étranger








Europe
3ème circonscriptionDanemark, Estonie, Finlande, Irlande, Islande, Lettonie, Lituanie, Norvège, Royaume-Uni, Suède
4ème circonscriptionBelgique, Luxembourg, Pays-Bas
5ème circonscriptionAndorre, Espagne, Monaco, Portugal
6ème circonscriptionLiechtenstein, Suisse

7ème circonscription
Albanie, Allemagne, Autriche, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Croatie, Hongrie, ancienne République yougoslave de Macédoine, Pologne, Roumanie, Serbie, Monténégro, Kosovo, Slovénie, République tchèque, Slovaquie
8ème circonscriptionChypre, Grèce, Israël, Italie, Malte, Saint-Marin, Saint-Siège, Turquie




Amérique
1ère circonscriptionCanada, États-Unis



2ème circonscription
Antigua-et-Barbuda, Argentine, Bahamas, Barbade, Belize, Bolivie, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Cuba, Dominique, Équateur, Grenade, Guatemala, Guyana, Haïti, Honduras, Jamaïque, Mexique, Nicaragua, Panama, Paraguay, Pérou, République dominicaine, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Salvador, Suriname, Trinité-et-Tobago, Uruguay, Venezuela








Afrique
9ème circonscriptionAlgérie, Burkina, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Leone, Liberia, Libye, Mali, Maroc, Mauritanie, Niger, Sénégal, Sierra, Tunisie




10ème circonscription
Afrique du Sud, Angola, Arabie saoudite, Bahreïn, Bénin, Bostwana, Burundi, Cameroun, Comores, Congo, Djibouti, Egypte, Émirats arabes unis, Érythrée, Éthiopie, Gabon, Ghana, Guinée équatoriale, Irak, Jordanie, Kenya, Koweït, Lesotho, Liban, Madagascar, Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, Nigéria, Oman, Ouganda, Qatar, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, Seychelles, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Swaziland, Syrie, Tanzanie, Tchad, Togo, Yémen, Zambie, Zimbabwe




Asie



11ème circonscription
Afghanistan, Arménie, Australie, Azerbaïdjan, Bangladesh, Biélorussie, Birmanie, Brunei, Cambodge, Chine, Corée du Sud, Fidji, Géorgie, Inde, Indonésie, Iran, Japon, Kazakhstan, Kirghizstan, Kiribati, Laos, Malaisie, Maldives, Marshall, Micronésie, Moldavie, Mongolie, Nauru, Népal, Nouvelle-Zélande, Ouzbékistan, Pakistan, Palaos, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Philippines, Russie, Salomon, Samoa, Singapour, Sri Lanka, Tadjikistan, Thaïlande, Timor oriental, Tonga, Turkménistan, Tuvalu, Ukraine, Vanuatu, Vietnam

 

Un arrêté, diffusé au Journal Officiel, fixe la liste des candidats au premier tour de l’élection des députés élus par les Français établis hors de France. Le texte n’est par encore paru en ce qui concerne les législatives anticipées de 2024. Pour les législatives de 2022, il s’agissait d’un arrêté paru au Journal Officiel du 17 mai 2022.

Côté résultats, plusieurs cas de figurent se profilent.

* Si un candidat obtient la majorité absolue (50% ou plus) des suffrages exprimés et que le nombre de voix obtenues est égal à 25% des électeurs inscrits, il gagne dès le premier tour (article L126 du Code électoral). Un second tour n’est donc pas utile.

* Si aucun candidat ne l’emporte au premier tour, un second tour doit être disputé. Seuls peuvent y participer les prétendants ayant rassemblé au premier tour un nombre de voix au moins égal à 12,5% des inscrits sur les listes électorales. À noter que plus l’abstention est forte, plus le seuil de qualification est élevé.

Le second tour n’oppose pas forcément que deux candidats. S’ils remplissent les conditions, ils peuvent être trois (on parle de « triangulaire »), voire – et c’est plus rare – quatre (c’est une « quadrangulaire »). Dans une stratégie purement électorale – de manière à faire barrage à leur concurrent commun, le plus souvent -, il arrive qu’un candidat se désiste au profit d’un autre soit dont il est politiquement proche, soit au titre de ce que l’on appelle le « front républicain » (pour faire barrage à un candidat RN, par exemple).

* En revanche, si un seul candidat remplit la condition d’obtention de 12,5% des inscrits, le candidat ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages après lui peut se maintenir au second tour, indique l’article L162 du Code électoral. Quid si aucun candidat n’atteint les 12,5% ? « Les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages au premier tour peuvent se maintenir au second », énonce ce même article.

Quoi qu’il en soit, pour être élu au second tour, la majorité relative suffit (article L126 du Code électoral). Autrement dit, le candidat ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages l’emporte. En cas d’égalité de suffrages, c’est le plus âgé des candidats qui est élu.

IMPORTANT : en réalité, c’est un binôme qui est envoyé à l’Assemblée par chaque circonscription. En même temps que chaque député, est élu (sur le même bulletin de vote) son suppléant. Ce dernier est chargé de le remplacer lorsque son mandat prend fin dans des circonstances précises (nomination temporaire de plus de six mois confiée par le gouvernement, nomination au Conseil constitutionnel ou décès, mais pas démission).

Les partis et les candidats en lice pour les législatives anticipées de 2024

Les informations concernant les partis politiques et les candidats engagés dans les élections législatives anticipées de 2024 n’ont pas été dévoilées à ce jour. Les tractations sont encore en cours au sein des appareils politiques pour finaliser d’éventuelles alliances.

À ce stade, trois blocs sont susceptibles d’émerger des discussions  :

  • une alliance entre le Rassemblement national (RN) et Les Républicains (LR) : le parti de Jordan Bardella, arrivé largement en tête des européennes du 9 juin 2024, a tendu des mains pour parvenir à une éventuelle alliance des droites « patriotes ». Si un accord est évoqué avec Les Républicains (alliance qui a fracturé le parti de la droite Républicaine), Reconquête a coupé court aux discussions en vue d’un rapprochement avec Reconquête, le parti d’Éric Zemmour
  • un « Front populaire », qui a annoncé le 13 juin 2024 avoir « scellé » un accord de programme de gouvernement au sein de la gauche pour faire face à la menace de l’extrême droite. Le mouvement, qui rassemble le Parti socialiste (PS, associé à Génération. s), La France insoumise (LFI, associée au Nouveau Parti anticapitaliste), Europe Écologie-Les Verts (EELV) et le Parti communiste français (PCF), résonne comme un retour de la Nupes. Raphaël Glucksmann, premier à gauche au soir des européennes avec sa liste PS-Place publique, n’a pas souhaité pas faire partie d’un « nouveau front populaire » aux conditions posées par LFI insoumise. de Jean-Luc Mélenchon
  • un « champ républicain » à l’initiative de la majorité présidentielle, qui souhaite faire barrage à LFI comme au Rassemblement national. Renaissance cherche des accords avec ses alliés (MoDem et Horizons en tête) pour ne pas présenter de concurrents face aux sortants des autres partis, en dehors des extrêmes

Selon les chiffres communiqués par le ministère de l’Intérieur, 6.293 candidats étaient sur la ligne de départ pour le premier tour des élections législatives 2022. Un chiffre en recul d’environ 20% par rapport à 2017. Lors du scrutin législatif de 2017, on comptait 7.882 candidats en lice pour le premier tour.

Pour revoir la liste officielle de tous les candidats ou voir les postulants circonscription par circonscription au scrutin de 2022, cliquez ici.

Toujours selon le ministère de l’Intérieur, les candidats aux législatives de 2022 s’étaient enregistrés parmi 20 partis ou groupements politiques, listés dans un arrêté publié dans le Journal Officiel du 24 mai 2022. Les partis ou formations politiques auxquels les 6.293 candidats s’étaient rattachés étaient les suivants :

  • Alliance centriste
  • Écologie au centre
  • Ensemble !
  • Europe Écologie – Les Verts
  • Gauche Républicaine et Socialiste
  • La France Insoumise
  • Les Écologistes – Mouvement Écologiste Indépendant
  • LMR – Le Mouvement de la Ruralité
  • Les Patriotes
  • Les Républicains
  • Lutte ouvrière
  • Parti animaliste
  • Parti Communiste Français
  • Parti ouvrier indépendant démocratique
  • Parti Pirate
  • Parti Socialiste
  • Rassemblement national
  • Reconquête!
  • Régions et Peuples Solidaires
  • Union des Démocrates et Indépendants

La campagne électorale officielle pour le premier tour des élections législatives anticipées de 2024 doit démarrer le 17 juin 2024 et se terminer le 29 juin 2024 à minuit.

*** À l’occasion des élections législatives 2022, les partis de la majorité présidentielle partent en ordre de bataille sous la bannière « Ensemble ». Cette confédération regroupait :

  • la République En Marche (LREM), désormais rebaptisée « Renaissance »
  • le MoDem de François Bayrou
  • Horizons, le parti fondé par l’ancien premier ministre Édouard Philippe

Au final, 548 candidats se sont présentés sous l’étiquette « Ensemble » de la majorité présidentielle. Dans cette confédération, « Renaissance » (ex-LREM) présentait 499 candidats.  

*** À gauche, des tractations avaient démarré dès le lendemain de l’élection présidentielle qui avait vu la réélection d’Emmanuel Macron, le 24 avril 2022. Certaines sont historiques, comme celles engagées par la France Insoumise (LFI) de Jean-Luc-Mélenchon, en vue d’une grande alliance des forces de gauche (socialistes, écologistes et communistes), à l’exception du Parti radical de gauche (PRG). Les candidats ralliés à cette coalition emmenée par le chef de file de LFI – arrivé à la troisième place à la présidentielle (21,95% des suffrages exprimés) – se sont présentés sous la bannière de la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes). Objectif affiché : obtenir une majorité à l’Assemblée.

Le 1er mai 2022, le conseil fédéral d’Europe Écologie – Les Verts (EELV) avait entériné un texte d’accord conclu avec LFI, qui a attribué au pole écologiste une centaine de circonscriptions. Le lendemain, la direction du Parti communiste français (PCF) avait, à son tour, donné son feu vert pour finaliser le projet d’accord, avant que les membres du conseil national du PCF (son parlement interne) ne l’approuvent par vote interne.

Au terme de longues négociations, le Parti socialiste avait lui aussi validé, le 4 mai 2022, l’accord avec LFI, EELV et le PCF en vue d’une union de la gauche pour les législatives. Cet accord avait obtenu, le lendemain, l’approbation du Conseil national du PS (son parlement interne), faisant entrer à son tour le PS dans la Nupes.

Au final, la coalition des partis de gauche baptisée Nupes rassemblait :

  • La France insoumise (LFI) de Jean-Luc Mélenchon
  • Europe Écologie – Les Verts (EELV)
  • Le Parti communiste français (PCF)
  • Le Parti socialiste (PS)

La NUPES avait investi des candidats dans les 577 circonscriptions représentées au sein de l’hémicycle.

*** De son côté, Éric Zemmour (Reconquête!), arrivé en quatrième position au premier tour de la présidentielle de 2022 avec environ 7% des suffrages exprimés, n’avait pas pu compter sur une alliance entre son parti et le Rassemblement national (RN). Le camp de Marine Le Pen avait définitivement fermé la porte à celui d’Éric Zemmour, qui plaidait en faveur d’une union des droites. La formation politique créée par l’ancien journaliste avait fait savoir, par voie de communiqué le 4 mai 2022, que Reconquête! présenterait 550 candidats aux législatives de 2022 (« 176 sont issus des Républicains, 159 du Rassemblement national (et) 215 de la société civile », était-il précisé). Comme indiqué quelques jours plus tôt par Éric Zemmour, il n’y a pas eu de candidat Reconquête! aux législatives 2022 face à Marine Le Pen, Éric Ciotti (Les Républicains) et Nicolas Dupont-Aignan (Debout le France).

Législatives 2024 : les mesures phares en matière d’économie et de finances

Les formations engagées dans les élections anticipées des 30 mai et 7 juillet 2024 dévoilent peu à peu leur programmes, avec notamment des mesures liées à l’économie et des finances.

*** NOUVEAU FRONT POPULAIRE 

Les responsables des partis de gauche (Les Écologistes, La France insoumise, le Parti communiste français et le Parti socialiste), à l’origine du « Nouveau Front populaire », ont dévoilé, le 14 juin 2024, un « programme en 20 mesures de rupture », lors des « 15 premiers jours », pour « répondre aux urgences qui abîment la vie et la confiance du peuple français ». Parmi les mesures figurent :

  • la fixation du Smic à 1.600 euros net
  • le blocage des prix des biens de première nécessité (alimentation, énergie, carburants)
  • l’abrogation immédiate de la réforme des retraites et le retour à la retraite à 60 ans
  • la revalorisation des APL de 10%
  • la mise en place d’un revenu étudiant
  • l’encadrement des loyers
  • l’indexation des salaires et des pensions sur l’inflation

Les résultats des élections législatives 2024

C’est à l’issue du premier tour (pour les candidats qui ont rempli les conditions pour être élus) et du second tour (qui voient s’affronter plusieurs candidats dans les circonscriptions concernés) que l’on connaît la répartition des sièges au sein de la nouvelle Assemblée nationale.

La majorité absolue est obtenue avec 289 sièges à l’Assemblée nationale.

Pour qu’une formation politique dispose d’un groupe au Palais-Bourbon, il lui faut remporter au moins quinze sièges à l’issue du second tour du scrutin législatif. On peut lire sur le site de l’Assemblée nationale que « les groupes politiques constituent l’expression organisée des partis et formations politiques au sein de l’Assemblée ».

Les députés peuvent également être « apparentés » à un groupe. Dans ce cas, est-il précisé, ils ne sont pas comptabilisés parmi les quinze élus nécessaires pour former un groupe, « mais ils sont inclus dans l’effectif du groupe pour tous les autres aspects de la vie parlementaire ». De leur côté, les députés qui ne souhaitent adhérer à aucun groupe sont comptés comme « non-inscrits ».

Législatives 2024 : les résultats chez les Français de l’étranger

La rédaction de ToutSurMesFinances vous donnera les résultats des législatives anticipées de 2024 chez les Français de l’étranger à l’issue de l’organisation du premier tour, puis du second.

Pour rappel, le tableau ci-dessous donne les résultats des législatives 2022 chez les Français de l’étranger :

Élections législatives 2022 : les résultats pour les Français de l’étranger
Source : ministère de l’Europe et des Affaires étrangères
CirconscriptionsPremier tour (qualifiés)Second tour

1ère circonscription (Amérique)
Roland Lescure (Ensemble !) : 35,49% des suffrages exprimés

Florence Roger (Nupes) : 33,07% des suffrages exprimés

Voir les résultats
Roland Lescure (Ensemble !) : 55,63% (ÉLU)

Florence Roger (Nupes) : 44,37% des suffrages exprimés

Voir les résultats

2ème circonscription (Amérique)
Éléonore Caroit (Ensemble !) : 33,99% des suffrages exprimés

Christian Rodriguez (Nupes) : 27,72% des suffrages exprimés

Voir les résultats
Éléonore Caroit (Ensemble !) : 57,42% des suffrages exprimés (ÉLUE)

Christian Rodriguez (Nupes) : 27,72% des suffrages exprimés

Voir les résultats

3ème circonscription (Europe)
Alexandre Holroyd (Ensemble !) : 38,20% des suffrages exprimés

Charlotte Minvielle (Nupes) : 31,20% des suffrages exprimés

Voir les résultats
Alexandre Holroyd (Ensemble !) : 55,80% des suffrages exprimés (ÉLU)

Charlotte Minvielle (Nupes) : 44,20% des suffrages exprimés

Voir les résultats

4ème circonscription (Europe)
Pieyre-Alexandre Anglade (Ensemble !) : 38,54% des suffrages exprimés

Cécilia Gondard (Nupes) : 32,14% des suffrages exprimés

Voir les résultats
Pieyre-Alexandre Anglade (Ensemble !) : 55,15% des suffrages exprimés (ÉLU)

Cécilia Gondard (Nupes) : 44,85% des suffrages exprimés

Voir les résultats

5ème circonscription (Europe)
Renaud Le Berre (Nupes) : 27,55% des suffrages exprimés

Stéphane Vojetta (Ensemble !) : 24,30%

Voir les résultats
Stéphane Vojetta (Ensemble !) : 57,26% des suffrage exprimés (ÉLU)

Renaud Le Berre (Nupes) : 42,74% des suffrages exprimés

Voir les résultats

6ème circonscription (Europe)
Marc Ferracci (Ensemble !) : 36,08% des suffrages exprimés

Magali Mangin (Nupes) : 20,05% des suffrages exprimés

Voir les résultats
Marc Ferracci (Ensemble !) : 64,97% des suffrages exprimés (ÉLU)

Magali Mangin (Nupes) : 35,03% des suffrages exprimés

Voir les résultats

7ème circonscription (Europe)
Frédéric Petit (Ensemble !) : 34,27% des suffrages exprimés

Asma Rharmaoui-Claquin (Nupes) : 25,83% des suffrages exprimés

Voir les résultats
Frédéric Petit (Ensemble !) : 60,21% des suffrages exprimés (ÉLU)

Asma Rharmaoui-Claquin (Nupes) : 39,79% des suffrages exprimés

Voir les résultats

8ème circonscription (Europe)
Meyer Habib (UDI) : 28,50% des suffrages exprimés

Deborah Abisror-de Lieme (Ensemble !) : 27,44% des suffrages exprimés

Voir les résultats
Meyer Habib (UDI) : 50,58% des suffrages exprimés (ÉLU)

Deborah Abisror-de Lieme (Ensemble !) : 49,42% des suffrages exprimés

Voir les résultats

9ème circonscription (Amérique)
Karim Ben Cheikh (Nupes) : 38,95% des suffrages exprimés

Elisabeth Moreno (Ensemble !) : 27,33% des suffrages exprimés

Voir les résultats
Karim Ben Cheikh (Nupes) : 54,07% des suffrages exprimés (ÉLU)

Elisabeth Moreno (Ensemble !) : 45,93% des suffrages exprimés

Voir les résultats

10ème circonscription (Afrique)
Amélia Lakrafi (Ensemble !) : 32,21% des suffrages exprimés

Chantal Moussa (Nupes) : 22,17% des suffrages exprimés

Voir les résultats
Amélia Lakrafi (Ensemble !) : 63,58% des suffrages exprimés (ÉLUE)

Chantal Moussa (Nupes) : 36,42% des suffrages exprimés

Voir les résultats

11ème circonscription (Asie)
Anne Genetet (Ensemble !) : 37,62% des suffrages exprimés

Dominique Vidal (Nupes) : 24,45% des suffrages exprimés

Voir les résultats
Anne Genetet (Ensemble !) : 61,73% des suffrages exprimés (ÉLUE)

Dominique Vidal (Nupes) : 38,27% des suffrages exprimés

Voir les résultats

 

Législatives 2024 : le résultat final des scrutin des 30 mai et 7 juillet

La rédaction de ToutSurMesFinances vous donnera les résultats nationaux définitifs des législatives anticipées de 2024 sitôt qu’ils seront finalisés par le ministère de l’Intérieur.

Sondages : les intentions de vote pour les législatives 2024

À l’instar des précédents scrutins législatifs, les instituts de sondages réalisent des sondages auprès des Français pour les interroger sur leurs intentions de vote. Ces baromètres et autres enquêtes d’opinion permettent de procéder à des projections en siège de la future Assemblée nationale.

Ces projections sont toutefois à prendre avec des pincettes, dans la mesure où l’on a en fait affaire à 577 élections (autant que de circonscriptions), mais aussi du fait que les résultats des élections législatives dépendant eu final des alliances nouées en amont par les formations politiques.

Parmi les instituts de sondage qui procèdent à des enquêtes d’opinion, figurent entre autres :

2022, 2017 : retour sur les résultats des précédentes élections législatives

2022 : pas de majorité pour la coalition présidentielle

Au terme du second tour du scrutin législatif de 2022, organisé le 19 juin (le premier tour ayant eu lieu le 12 juin) et marqué par un niveau record d’abstention (52,49% des inscrits au premier tour, 53,77% au second tour), la coalition présidentielle est arrivée en tête, mais sans parvenir à remporter la majorité absolue à l’Assemblée nationale (fixée à 289 sièges). Au final, Ensemble ! – qui regroupait Renaissance (ex-LREM), le MoDem et Horizons – a obtenu 245 députés.

Suivait la gauche unie dans la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), emmenée par le chef des Insoumis Jean-Luc Mélenchon, qui a empoché 131 sièges. De son côté, le Rassemblement national de Marine Le Pen a enregistré une percée historique, avec 89 sièges (contre huit seulement à l’issue des législatives de 2017).

Les Républicains, pour leur part, sont arrivés à faire élire 61 députés, tandis que leur alliés de l’Union des Démocrates et des Indépendants (UDI) en comptabilisent trois. À noter également l’élection de 22 députés divers gauche, qui avaient refusé de se présenter sous la bannière Nupes. Enfin, les derniers élus se répartissent entre Divers (1 député), Régionaliste (10 députés), Divers centre (4 députés), Divers droite (10 députés) et Droite souverainiste (1 député).

Le tableau ci-dessous donne les résultats globaux des législatives 2022 :

Résultats des élections législatives de juin 2022 en France
Source : ministère de l’Intérieur

Étiquette politique
Premier tourSecond tourTotal de sièges
Voix% exprimésSiègesVoix% exprimésSièges
Divers extrême gauche266.3711,17%011.2290,05%00
Parti radical de gauche126.7070,56%0--00
Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes)5.836.20225,66%46.556.19831,60%127131
Divers gauche713.6413,14%0443.2822,14%2222
Écologistes608.1792,67%0--00
Divers192.6300,85%018.2950,09%11
Régionaliste291.3921,28%0264.7791,28%1010
Ensemble ! (Majorité présidentielle)5.857.56125,75%18.002.41938,57%244245
Divers centre283.6131,25%099.1450,48%44
Union des Démocrates et des Indépendants (UDI)198.0550,87%064.4430,31%33
Les Républicains2.370.81110,42%01.447.8386,98%6161
Divers droite530.7752,33%0231.0711,11%1010
Droite souverainiste249.6101,10%019.3060,09%11
Reconquête !964.8684,24%0--00
Rassemblement National4.248.62618,68%03.589.46517,30%8989
Divers extrême droite6.4570,03%0--00
 
Suffrages exprimés22.745.49897,80% 20.747.47092,36% 
Votes blancs360.8441,55%1.235.8445,50%
Votes nuls151.1660,65%480.9622,14%
Total23.257.508100%522.464.276100%572 577
Abstention25.696.47652,49% des inscrits 26.125.08453,77% des inscrits  
Inscrits / Participation48.953.98447,51%48.589.36046,23% 

 

Pour retrouver les résultats dans votre circonscription (commune par commune), rendez-vous sur la carte interactive mise à disposition sur le site Internet du ministère de l’Intérieur.

2017 : majorité absolue pour le parti présidentielle

À l’issue des élections législatives de 2017 (organisées les 11 et 18 juin 2017), organisées alors qu’Emmanuel Macron venait d’être élu à la présidence de la République pour un premier mandat, la formation du nouveau chef de l’État avait obtenu la majorité absolue.

Dans un scrutin marqué par un taux d’abstention record pour les législatives en France (autour de 57,4% au premier tour), la majorité présidentielle avait obtenu 350 sièges : 308 pour La République en Marche (LREM) et 42 pour le Mouvement Démocrate (MoDem) de François Bayrou.

Les Républicains (LR), deuxième force de la législature 2017-2022, avait remporté 112 sièges. Toujours à droite, l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI) en avait empoché 18, tandis que six allaient aux Divers droite.

La gauche était arrivé loin derrière, puisque le Parti socialiste disposait de seulement 30 sièges. Les Divers gauche s’en était adjugée 11, le Parti radical de gauche (11) et Europe Écologie – Les Verts (EELV), un. Avec 17 sièges, la France Insoumise (LFI) de Jean-Luc Mélenchon disposait d’un groupe au Palais-Bourbon. Le Parti communiste (PCF), qui avait obtenu dix sièges, a par la suite constitué un groupe avec cinq députés ultramarins élus Divers gauche.

Le Front national (renommé depuis Rassemblement national) avait obtenu huit députés, quand l’extrême droite en avait un, tout comme Debout la France.

Le tableau ci-dessous rappelle les résultats des deux tours des élections législatives de 2017 :

Résultats des élections législatives de juin 2017 en France
Source : ministère de l’Intérieur
Étiquette politiquePremier tourSecond tourTotal de sièges
Voix%SiègesVoix%Sièges
La République En Marche (LREM)6.391.26928,21%27.826.24543,06%306308
Les Républicains (LR)3.573.42715,77%04.040.20322,23%112112
Front national (FN)2.990.45413,20%01.590.8698,75%88
La France insoumise (LFI)2.497.62211,03%0883.5734,86%1717
Parti socialiste (PS)1.685.6777,44%01.032.8425,68%3030
Écologiste973.5274,30%023.1970,13%11
Mouvement démocrate (MoDem)932.2274,12%01.100.6566,06%4242
Union des démocrates et indépendants (UDI)687.2253,03%1551.7843,04%1718
Divers droite625.3452,76%0306.0741,68%66
Parti communiste français (PCF)615.4872,72%0217.8331,20%1010
Divers500.3092,21%0100.5740,55%33
Divers gauche362.2811,60%1263.4881,45%1112
Debout la France (DLF)265.4201,17%017.3440,10%11
Régionaliste204.0490,90%0137.4900,76%55
Extrême gauche175.2140,77%0--00
Parti radical de gauche (PRG)106.3110,47%064.8600,36%33
Extrême droite68.3200,30%019.0340,1011
        
Suffrages exprimés22.654.16497,78%18.176.06690,14%  
Votes blancs357.0181,54%1.409.7846,99%
Votes nuls156.3260,67%578.7652,87%
Total23.167.508100%420.164.615100%573577
Abstention24.403.48051,30%27.128.48857,36% 
Inscrits / Participation47.570.98848,70%47.293.10342,64%

 

Tous les résultats des législatives de 2017, commune par commune, sont sur le site du ministère de l’Intérieur : voir la carte interactive.

Nos offres sélectionnées pour vous :

ARTICLES CONNEXES
Menu