Présidentielle 2022 : dates, candidats, sondages

Par Loic Farge
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Les électeurs français seront invités à se rendre aux urnes les 10 et 24 avril 2022 pour désigner le successeur d’Emmanuel Macron ou officialiser sa réélection pour un nouveau mandat de cinq ans. Dates du scrutin, candidats déclarés et officieux, sondages d’intention de vote… Tout sur la future élection du président de la République.

Présidentielle 2022 : à quelles dates auront lieu les élections ?

Les dates officielles de l’élection présidentielle de 2022 ont été confirmées à l’issue du Conseil des ministres du 13 juillet 2021. Le prochain scrutin présidentiel – le douzième organisé sous la Vème République, et le onzième au suffrage universel – aura lieu :

  • le dimanche 10 avril 2022, pour le premier tour
  • le dimanche 24 avril 2022, pour le second tour (si aucun candidat ne remporte la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour)

Ce calendrier sera différent pour les territoires d’Outre-mer. En Guadeloupe, en Martinique, en Guyane, à Saint-Pierre-et-Miquelon, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et en Polynésie française, les électeurs voteront le samedi, et ce, pour tenir compte du décalage horaire.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a consulté l’ensemble des formations politiques pour évoquer les deux options qui étaient évoquées autour du calendrier électoral : les dates finalement retenues, et les dates du 17 avril 2022 pour le premier tour et du 1er mai 2022 pour le second. Cette deuxième option, qui intégrait la tenue du scrutin le jour de la fête du Travail (le 1er mai, un jour férié traditionnellement marqué par de nombreuses manifestations), a finalement été écartée.

Selon le calendrier définitif, les élections législatives qui suivront la prochaine élection présidentielle auront lieu :

  • le dimanche 12 juin 2022 pour le premier tour
  • le dimanche 19 juin 2022 pour le second tour

C’est l’article 7 de la Constitution du 4 octobre 1958 qui encadre le calendrier de l’élection présidentielle en France. « L’élection du nouveau président a lieu vingt jours au moins et trente-cinq jours au plus avant l’expiration des pouvoirs du président en exercice », dispose le texte.

Pour rappel, l’actuel chef de l’État, Emmanuel Macron, avait pris ses fonctions le 14 mai 2017. En conséquence, son mandat s’achèvera au plus tard le 13 mai 2022. C’est à cette date, qui marque la fin officielle de son quinquennat, que doit avoir lieu la passation de pouvoirs éventuelle avec son successeur.

En 2017, le premier tour de la présidentielle s’était déroulé le dimanche 23 avril 2017 et le second tour, le dimanche 7 mai 2017.

ATTENTION : le calendrier de l’élection présidentielle est susceptible d’être bouleversé en cas de décès ou de démission du président de la République en exercice (cf. article 7 alinéa 4 de la Constitution). Une situation qui ne s’est présentée qu’une seule fois depuis 1958, avec la mort de Georges Pompidou en avril 1974, peu de temps avant la fin de son mandat.

POUR RAPPEL : pour être en capacité de se présenter à l’élection présidentielle, les candidats doivent obligatoirement rassembler au moins 500 parrainages (les fameuses « 500 signatures ») d’élus locaux répartis dans 30 départements ou territoires d’Outre-mer différents, sans que plus du dixième de ces 500 signatures (soit 50) proviennent d’un même département ou territoire. Ces signatures sont directement envoyées au Conseil constitutionnel par les élus signataires. Pour la prochaine élection présidentielle, la période de collecte des parrainages « débutera au lendemain de la publication du décret de convocation des électeurs qui interviendra début 2022 », a indiqué le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l’issue du Conseil des ministres du 13 juillet 2021.

Qui sont les candidats à la présidentielle 2022 ?

Les candidats officiellement déclarés

Un certain nombre de leaders politiques, ainsi que des personnes issues de la société civile, ont d’ores et déjà annoncé officiellement leur intention de se lancer dans la course à l’élection présidentielle de 2022.

Le premier politique à s’être déclaré a été François Asselineau : dès avril 2019, le président fondateur de l’Union populaire républicaine (UPR), partisan du retrait de la France de l’Union européenne (Frexit), a annoncé son envie de se présenter.

Les candidats officiellement déclarés pour briguer la présidence de la République en 2022, et qui sont encore en course, sont pour l’instant, par ordre alphabétique :

  • Nathalie ARTHAUD, porte-parole de Lutte ouvrière (LO), désignée candidate à l’issue du congrès de son parti en décembre 2020
  • François ASSELINEAU, président de l’Union populaire républicaine (UPR, souverainiste), candidat déclaré depuis avril 2019
  • Michel BARNIER, ancien commissaire européen et membre des Républicains (LR), candidat déclaré à une primaire ouverte de la droite et du centre
  • Xavier BERTRAND, président ex-Les Républicains (LR) de la région Haut-de-France, candidat déclaré depuis mars 2021
  • Marie CAU, maire de Tilloy-lez-Marchiennes (Nord), candidate déclarée depuis mars 2021
  • Éric CIOTTI, député Les Républicains (LR) des Alpes-Maritimes, candidat déclaré à une primaire ouverte de la droite et du centre
  • Éric DROUET, un des pionniers du mouvement des Gilets jaunes, candidat déclaré depuis octobre 2020
  • Nicolas DUPONT-AIGNAN, président de Debout la France, candidat déclaré depuis septembre 2020
  • Clara EGGER, candidate du mouvement Espoir Référendum d’initiative citoyenne (RIC) 2022, candidate déclarée depuis avril 2021
  • Anne HIDALGO, maire socialiste (PS) de Paris, candidate déclarée depuis septembre 2021 (investie par le Parti socialiste le 14 octobre 2021)
  • Yannick JADOT, eurodéputé Europe Écologie-Les Verts (EELV), candidat à la primaire écologiste (qu’il a remportée)
  • Philippe JUVIN, médecin et maire Les Républicains (LR) de La Garenne-Colombes (92), candidat déclaré à une primaire à droite
  • Anasse KAZIB, cheminot militant à Révolution permanente (marxiste), candidat déclaré depuis avril 2021
  • Alexandre LANGLOIS, ancien gardien de la paix, candidat déclaré depuis juin 2021
  • Pierre LARROUTUROU, eurodéputé et fondateur du parti Nouvelle donne, candidat déclaré depuis juillet 2021
  • Jean LASSALLE, président du mouvement « Résistons », candidat déclaré depuis mars 2021
  • Marine LE PEN, présidente du Rassemblement national (RN), candidate déclaré depuis janvier 2020
  • Antoine MARTINEZ, général de l’armée de l’air à la retraite et président de Volontaires pour la France, candidat déclaré depuis juillet 2020
  • Jean-Luc MÉLENCHON, leader de La France insoumise (LFI), candidat déclaré depuis novembre 2020
  • Arnaud MONTEBOURG, ancien ministre de l’Économie, du Redressement productif et du Numérique, candidat déclaré depuis septembre 2021
  • Jacline MOURAUD, militante Gilet jaune et présidente du parti Les Émergents (« droite sociale »), candidate déclarée depuis décembre 2020
  • Régis OLLIVIER, ancien lieutenant-colonel dans l’armée, candidat déclaré depuis mai 2021
  • Denis PAYRE, entrepreneur, candidat déclaré à une primaire ouverte de la droite et du centre
  • Valérie PÉCRESSE, présidente ex-Les Républicains (LR) de la région Île-de-France, candidate déclarée à une primaire ouverte de la droite et du centre
  • Florian PHILIPPOT, président du parti souverainiste « Les Patriotes », candidat déclaré depuis juillet 2021
  • Jean-Frédéric POISSON, président de Via, la voix du peuple (ex-Parti chrétien démocrate), candidat déclaré depuis juillet 2020
  • Philippe POUTOU, porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), désigné candidat à l’issue d’une conférence nationale de son parti en juin 2021
  • Fabien ROUSSEL, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), désigné candidat par un vote des adhérents du parti en mai 2021
  • Joachim SON-FORGET, député des Français de Suisse et de Lichtenstein, candidat déclaré depuis février 2020
  • Hélène THOUY, co-présidente du Parti animaliste, candidate déclarée depuis juillet 2021
  • Hadama TRAORÉ, militant associatif, candidat déclaré depuis juin 2020
  • Antoine WAECHTER, Mouvement écologiste indépendant (MEI), candidat déclaré depuis septembre 2021

Les potentiels candidats à la présidence de la République

Un certain nombre de personnalités n’ont pas encore officiellement annoncé leur volonté de se présenter à l’élection présidentielle de 2022. Certaines sont dans une phase de réflexion. D’autres attendent d’être officiellement désignés par leur parti à l’issue de primaires éventuelles ou programmées.

Ceux qui pourraient être candidats à la prochaine présidentielle sont, par ordre alphabétique :

  • Emmanuel MACRON, président de la République en exercice (La République en marche, LREM)
  • Hervé MORIN, président Les Centristes de la région Normandie
  • Éric ZEMMOUR, journaliste et éditorialiste

Présidentielle 2022 : les candidats hors course

Certaines personnes qui avaient déclaré leur candidature à la présidentielle ne peuvent plus prétendre à participer au scrutin de 2022, notamment parce qu’elles n’ont été sélectionnées à l’issue d’un processus de désignation de type primaire (pour les écologistes) ou congrès (à venir, pour Les Républicains). Sont concernés :

  • Delphine BATHO, présidente du parti Génération Écologie, candidate à la primaire écologiste (éliminée au premier tour)
  • Jean-Marc GOVERNATORI, coprésident de Cap écologie, candidat à la primaire écologiste (éliminé au premier tour)
  • Éric PIOLLE, maire Europe Écologie-Les Verts (EELV) de Grenoble, candidat à la primaire écologiste (éliminé au premier tour)
  • Sandrine ROUSSEAU, ancienne porte-parole d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), candidate à la primaire écologiste (battue au second tour)

Les candidats qui ont renoncé à se présenter à la présidentielle de 2022

Plusieurs personnalités, qui avaient déclaré vouloir se lancer dans la course à l’élection présidentielle du printemps 2022, ont finalement renoncé d’eux-mêmes à concourir. Les candidats qui se sont désistés sont, par ordre alphabétique :

  • Bruno RETAILLEAU, président du groupe Les Républicains (LR), qui s’était porté candidat à une primaire ouverte de la droite et du centre
  • Laurent WAUQUIEZ, président Les Républicains (LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui s’était déclaré candidat à une primaire ouverte de la droite et du centre
  • Jean-Marie BIGARD, humoriste

Présidentielle 2022 : qui passe par la case primaire ?

Primaire écologiste : Yannick Jadot l’emporte face à Sandrine Rousseau

C’est au terme d’une primaire qu’a été désigné celui qui portera officiellement les couleurs des écologistes lors de l’élection présidentielle de 2022. Au deuxième tour d’un scrutin organisé en ligne entre le 25 et le 28 septembre 2021, l’eurodéputé Yannick Jadot l’a emporté d’une courte tête (avec 51,03% des voix) face à sa rivale Sandrine Rousseau (48,97% des suffrages), candidate revendiquée écoféministe. Les deux finalistes étaient arrivés dans un mouchoir de poche au premier tour de la primaire.

Le tableau ci-dessous donne les résultats au terme des deux tours de la primaire écologiste :

Présidentielle 20221 : les résultats de la primaire écologiste
Source : https://www.eelv.fr


CANDIDAT
Premier tour
(du 16 au 19 septembre 2021)
Second tour
(du 25 au 28
septembre 2021)
Voix%Voix%
Yannick Jadot, eurodéputé Europe Écologie-Les Verts (EELV)29.54327,70 (Qualifié)NC 50,03% (VAINQUEUR)
Sandrine Rousseau, ancienne porte-parole d’EELV26.80125,14 (Qualifié) NC 48,97%
Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres, présidente de Génération Écologie23.80122,32 (Éliminé)--
Éric Piolle, maire EELV de Grenoble23.76722,29 (Éliminé)--
Jean-Marc Governatori, GOVERNATORI, coprésident de Cap écologie2.5012,35 (Éliminé)--

 

Le calendrier de la primaire écologiste était le suivant :

  • du 16 au 19 septembre 2021 : premier tour
  • du 25 au 28 septembre 2021 : second tour

Ils étaient cinq à avoir obtenu le droit de concourir à la primaire écologiste. Si la députée Delphine Batho, l’eurodéputé Yannick Jadot, le maire de Grenoble Éric Piolle et l’ancienne numéro deux d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Sandrine Rousseau avaient dans un premier temps obtenu suffisamment de parrainages pour se présenter, cela n’avait pas été le cas du candidat centriste Jean-Marc Governatori. Celui-ci (seul candidat à ne pas être issu de la gauche) avait finalement été réintégré dans la course à la primaire, après un recours en justice.

La primaire écologiste était organisée autour d’un pôle écologiste qui regroupait cinq formations :

  • Europe-Ecologie-Les Verts (EELV)
  • Génération. s (le parti créé en 2017 par Benoît Hamon)
  • Génération écologie
  • Cap écologie (né de la fusion en février 2021 de Cap21 et l’Alliance écologiste indépendante)
  • le Mouvement des progressistes

Pour pouvoir voter lors de la primaire, les adhérents et les sympathisants de ces cinq formations (pas d’obligation d’être encartés) devaient signer une charte de valeurs et s’acquitter d’une participation de 2 euros avant le 12 septembre 2021. Au final, la primaire a rassemblé plus de 104.000 votants sur 122.670 inscrits.

Pour rappel, la primaire écologiste de 2016 avait été remportée par Yannick Jadot. Ce dernier avait finalement décidé de s’allier à Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste à la présidentielle de 2017.

À NOTER : Antoine Waechter, qui se présente à sous l’étiquette du Mouvement écologiste indépendant (MEI) en 2022, a choisi de ne pas participer à la primaire écologiste.

Pas de primaire ouverte pour désigner le candidat de la droite et du centre

Il n’y aura finalement pas de primaire ouverte à tous les sympathisants de la droite et du centre pour désigner un candidat à la présidentielle 2022. Les adhérents du parti Les Républicains (LR) ont rejeté cette option lors d’un vote organisé le 25 septembre 2021.

Lors de ce scrutin, ils se sont prononcés à 58% pour la désignation du candidat de LR par les seuls adhérents. Le scénario d’une primaire ouverte aux sympathisants de la droite et du centre a recueilli 40% des suffrages (les autres se sont abstenus).

Le futur champion de la droite sera donc désigné à l’issue d’un congrès des adhérents LR, le 4 décembre 2021. L’UDI et les centristes, deux formations alliées de LR, n’y prendront pas part.

L’option d’une primaire ouverte était privilégiée par cinq ténors situés sur cet espace de l’échiquier politique. Il s’agit de :

  • Valérie Pécresse, présidente sortante de la région Île-de-France (ex-Les Républicains, Libres!)
  • Michel Barnier, ancien commissaire européen et membre des Républicains (LR)
  • Éric Ciotti, député Les Républicains (LR) des Alpes-Maritimes
  • Philippe Juvin, chef des urgences à l’hôpital Georges Pompidou à Paris et maire LR de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine)
  • Denis Payre, entrepreneur

Le président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, qui avait dans un premier temps exclu tout départage électoral avec ses concurrents de droite, s’est finalement rallié à cette option le 11 octobre 2021.

Xavier Bertrand et Valérie Pécresse ont finalement annoncé qu’ils allaient reprendre leur carte aux Républicains, ce qui leur permettra ainsi de participer vote lors du congrès de la formation politique, prévu le 4 décembre prochain.

Anne Hidalgo investie candidate du Parti socialiste par les militants

C’est par un vote des militants socialiste – et non par une primaire, qualifiée de « véritable machine à diviser » par le président du Parti socialiste Olivier Faure – qu’Anne Hidalgo a été investie en vue de la présidentielle de 2022.

Largement favorite, la maire de Paris l’a emporté avec près de 72% des voix face à son rival, le maire du Mans Stephane Le Foll. Ce dernier a par la suite déclaré qu’il ne ferait pas campagne auprès d’Anne Hidalgo.

Sondages : les intentions de vote pour la présidentielle 2022

Comme lors de chaque scrutin présidentiel, les instituts de sondage interrogent les Français bien en amont pour connaître les intentions de vote des sondés en vue de la présidentielle de 2022. Les résultats donnent simplement une photographie, au moment où l’enquête a été réalisée, des préférences affichées par les individus constituant le panel en faveur de tel ou tel candidat.

Parmi les instituts de sondage qui réalisent déjà des études d’intention de vote, figurent notamment :

Retour sur les résultats de la présidentielle 2017

En 2017, l’élection présidentielle avait consacré la victoire d’Emmanuel Macron. Le candidat de La République en Marche (LREM) avait remporté le second tour du scrutin avec 66,10% des suffrages exprimé. Il était opposé à la candidate du Front national (depuis rebaptisé Rassemblement national), Marine Le Pen, qui avait recueilli 33,90% des voix.

Emmanuel Macron est le huitième président de la République française depuis 1958, et le 25ème si l’on remonte à l’élection de Louis-Napoléon Bonaparte, premier à occuper cette fonction. Il a succédé à François Hollande, qui avait décidé de ne pas se présenter à sa propre succession (un schéma inédit sous la Vème République).

Le tableau ci-dessous rappelle les résultats des candidats à l’élection présidentielle de 2017, au premier et au second tour :

Résultats de l'élection présidentielle française de 2017
Source : ministère de l’Intérieur

Candidats
(parti politique)
Premier tour
(23 avril 2017)
Second tour
(7 mai 2017)
Voix%Voix%
Emmanuel Macron
(En Marche)
8.656.34624,01%20.743.12866,10%
Marine Le Pen
(Front national)
7.678.49121,30%10.638.47533,90%
François Fillon
(Les Républicains)
7.212.99520,01% 
Jean-Luc Mélenchon
(La France insoumise)
7.059.95119,58%
Benoît Hamon
(Parti socialiste)
2.291.2886,36%
Nicolas Dupont-Aignan
(Debout la France)
1.695.0004,70%
Jean Lassalle
(Résistons)
435.3011,21%
Philippe Poutou
(Nouveau Parti anticapitaliste)
394.5051,09%
François Asselineau
(Union populaire républicaine)
332.5470,92%
Nathalie Arthaud
(Lutte ouvrière)
232.3840,64%
Jacques Cheminade
(Solidarité et progrès)
65.5860,18%
Suffrages exprimés36.054.39497,45%31.381.60388,48%
Votes blancs659.9971,78%3.021.4998,52%
Votes nuls289.3370,77%1.064.2253,00%
Total37.003.728100%35.467.327100%
Abstention10.578.45522,23%12.101.36625,44%
Inscrits / Participation47.582.18377,77%47.568.69374,56%
ARTICLES CONNEXES
Menu