Partagez
Share to Google

Emmanuel Macron lève petit à petit le voile sur son programme économique, fiscal et social pour 2017. Tout savoir sur la politique du fondateur d’En Marche ! en faveur du pouvoir d’achat s’il est élu président de la République en mai prochain.

Macron programme

- Programme d’Emmanuel Macron sur le travail, les salaires, le chômage
- Retraites, Sécurité sociale : le projet d’Emmanuel Macron
- Impôts : réforme de l’ISF et stabilité fiscale
- Ecologie : le programme d'Emmanuel Macron
- Mesures diverses de son programme pour 2017

Programme d’Emmanuel Macron sur le travail, les salaires, le chômage

Au cours de sa campagne, Emmanuel Macron a affirmé plusieurs fois vouloir devenir « le président du travail ». « Pour libérer le travail, je veux qu’il soit moins cher, je veux qu’il paye mieux. […] Donc tous les travailleurs, quel que soit leur statut ou leur catégorie gagneront en pouvoir d’achat durant notre quinquennat », a clamé le candidat à l’élection présidentielle, lors de son meeting de campagne à Lyon du 4 février 2017.

Hausse du salaire net grâce à la baisse des cotisations

Le fondateur du mouvement En Marche ! veut réduire la différence entre le salaire brut et le salaire net en diminuant de 3 points les cotisations sociales salariales pour les salariés, les fonctionnaires et les indépendants. Le financement de cette mesure serait assuré par une hausse générale de 1,7 point de la contribution sociale généralisée (CSG) qui toucherait les salaires, les pensions de retraite, les revenus du patrimoine (revenus fonciers) et les placements financiers (livrets imposables, dividendes, assurance vie, PEA, plus-values).

Des exceptions à cette majoration du taux de CSG sont prévues. Dans l’émission TV Territoires d’Infos sur Public Sénat, l’ancien ministre de l’Economie a tenu à préciser le 9 décembre 2016 que « 40% des retraités ne seront pas touchés » puisqu’ils bénéficient déjà d'une exonération de CSG, et que les chômeurs percevant des allocations chômage (taux actuel de CSG de 6,2%) seront préservés.

D’après les calculs de son équipe de campagne, le gain de pouvoir d’achat induit sera de 250 euros net par an pour une personne au Smic, et de près de 500 euros pour un salaire de 2200 euros nets par mois.

Lutte contre les discriminations à l’embauche

Le projet d’Emmanuel Macron, qui a reçu le soutien de François Bayrou, vise à lutter contre le chômage et les discriminations à l’embauche liées au sexe, à l’origine ethnique ou religieuses, sans forcément légiférer mais en développant des politiques volontaristes ciblées. Dans son livre Révolution, il propose ainsi (page 143) de « systématiser les politiques de testing » consistant à envoyer des « centaines de CV, identiques - au sexe, à l’origine ou à la religion près - pour regarder si certains reçoivent de manière injustifiée moins de réponses que d’autres ».

Droit universel aux allocations chômage

L’ancien banquier d'affaires propose d’universaliser le droit au chômage. « Il y a une vraie injustice dans notre pays, a-t-il exposé au cours d’un point presse réalisé dans le cadre du Salon des entrepreneurs, le 2 février 2017 à Paris. Quand vous entreprenez, quand vous êtes paysan, quand vous êtes commerçant, vous n’êtes pas couvert. On n’a jamais pensé à ces millions de Français qui prennent tous les risques mais qui n’ont aucune garantie. Dans mon programme, je propose une assurance chômage universelle qui couvre tout le monde, quel que soit son statut. Il n’y a pas de raison que ça couvre les salariés et pas les autres ».

Cette généralisation, qui serait également accordée aux personnes qui ont fait le choix de démissionner (page 131 de son livre), s’accompagnerait de nouvelles obligations, l'ex-haut fonctionnaire souhaitant mettre en place un « système de droits et de devoirs ». Il propose ainsi qu’un chômeur à qui on propose une offre d’emploi « décente » qui correspond à ses qualifications, ne peut être refusée « plus d’une fois ».

Enfin, il émet la proposition de diminuer le plafond d’indemnisation du chômage, actuellement fixé à plus de 7000 euros par mois.

Augmentation de 50% de la prime d’activité

L’ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée prône une augmentation de 50% de la prime d’activité. « Pour les plus modestes, une réforme des prestations sociales sera nécessaire, justifie-t-il dans son livre Révolution (page 124). Elles devront être retirées moins vite en cas de reprise d’activité. Car notre objectif devrait être d’inciter à retourner sur le marché du travail et de soutenir le revenu des travailleurs les plus pauvres ». Le montant de base de la prime d'activité, instaurée en 2016 en remplacement de la prime pour l’emploi et du RSA-activité, atteint 524,68 euros minimum pour une personne seule. Au total, il estime qu’un salarié au Smic pourra gagner 100 euros nets de pouvoir d’achat, « soit l'équivalent d’un 13ème mois de salaire ».

Opposition au revenu universel

Emmanuel Macron est, en revanche, opposé à l’instauration du revenu universel, mesure au coeur du programme de Benoît Hamon, le candidat du Parti socialiste désigné par la primaire. Le lancement d’une telle mesure « ne pourrait être obtenu qu’au prix d’une formidable pression fiscale sur les classes moyennes » estime-t-il.

De même, il n'est pas favorable au principe du Smic jeunes (Salaire transitoire inférieur au Smic proposé par le Medef).

Retraites, Sécurité sociale : le projet d’Emmanuel Macron

Pour Emmanuel Macron, la généralisation du droit à l’assurance chômage implique que la protection sociale soit « de moins en moins financée par des cotisations et de plus en plus par l’impôt ».

Santé : fin du paiement du médecin à l’acte ?

Dans le cadre d’une politique de santé davantage axée sur la prévention, Emmanuel macron suggère de faire évoluer le modèle de rémunération de la consultation chez le médecin. « Le paiement à l’acte ne peut être le mode unique de rémunération des médecins généralistes. De nouvelles possibilités de contractualisation seront ouvertes, voire des forfait pour les publics les plus fragiles comme les jeunes et les très âgés, en laissant le médecin libre de s’engage ou non », expose-t-il dans son livre (page 145).

Il propose par ailleurs de rembourser à 100% les prothèses dentaires et auditives (sans préciser si cette prise en charge doit être effectuée par l’Assurance maladie ou les mutuelles). Pour ce faire, Emmanuel Macron entend « faire baisser les prix en ouvrant le marché » selon les déclarations de son porte-parole Benjamin Griveaux (BFM TV, débat face à Florian Philippot, 8 février 2017)

Retraites : vers un régime unique

Sans fermer la porte à un relèvement de l’âge légal de départ à le retraite, Emmanuel Macron estime qu’il convient plutôt de revoir totalement le système (il parle de « refondation ») afin de l’adapter aux réalités d’aujourd’hui (chômage de masse, carrières hachées, etc.). Il suggère ainsi la création d’un système de retraite à la carte. « Certains veulent la prendre à 60 ans, d'autres à 65, d'autres encore à 67, il faut pouvoir moduler selon les individus et les situations », a-t-il déclaré dans une interview publiée le jeudi 10 novembre à L’Obs (Le Nouvel Observateur).

Il est aussi question de rapprocher les différents régimes (35 actuellement) en « quelques années » afin de construire « un régime universel de retraite ». Le calcul de la durée de cotisation nécessaire à l’ouverture des droits serait fondée sur « la réalité du travail » et non le statut du travailleur (indépendant, salarié ou fonctionnaire).

Dans un entretien accordé aux Echos 24 février 2017, il a affirmé que ses propositions de réforme des retraites ne sont « pas guidées par une logique budgétaire mais une logique d'équité ». Emmanuel Macron veut instaurer « un système universel avec des règles communes de calcul des pensions ».

« Le fait de changer d’activité ou de secteur sera sans effet sur les droits à la retraite. Avec un principe d’égalité : pour chaque euro cotisé, le même droit à pension pour tous », expose-t-il dans son programme, en précisant qu’il ne touchera « pas à l’âge de départ à la retraite, ni au niveau des pensions ».

Enfin, il propose une revalorisation du minimum vieillesse de 100 euros par mois.

Impôts : réforme de l’ISF et stabilité fiscale

Le cadrage budgétaire du projet d’Emmanuel Macron a été présenté le 24 février, avant la présentation de l'ensemble de son programme, le 2 mars. Avant toute chose, il a posé un grand principe qui guidera sa politique fiscale, dans son livre Révolution :

Stabilité fiscale pendant le quinquennat

L’ex-associé-gérant à la Banque Rothschild et Cie entend s’engager « à ne pas modifier plusieurs fois un même impôt pendant le quinquennat » (page 84). « Parfois de bonnes mesures sont inefficaces car l’instabilité les rend incertaines. […] Comment justifier qu’au cours d’un même quinquennat, on change plusieurs fois […] les modalités d’un impôt ? Alors, posons des principes simples : une fois une réforme engagée, ne modifions plus les mesures prises et laissons-les s’appliquer avant de les évaluer ».

Par ailleurs, il a présenté plusieurs propositions fiscales d'ampleur :

Baisse de la taxe d'habitation

Dans le prolongement des baisses d'impôts décidées par François Hollande depuis 2014, Emmanuel Macron entend faire un geste d'ampleur (environ 10 milliards d'euros) en direction des foyers fiscaux appartement aux classes moyennes et populaires « au début du quinquennat ». Il a précisé sur RMC et BFM TV le 24 février 2017 au micro de Jean-Jacques Bourdin que cet allègement d'impôt portait sur les impôts locaux, en particulier la taxe d'habitation. Son objectif est d'exonérer progressivement 80% des ménages, de sorte que « 4 Français sur 5 ne paieront plus la taxe d’habitation » à l'horizon 2020. Emmanuel Macron a promis d'accorder aux communes une compensation à l'euro près de cette mesure fiscale.

Rétablissement d'un prélèvement forfaitaire sur les placements financiers

Emmanuel Macron a l'intention de revenir sur l'un des symboles de la politique fiscale de François Hollande adoptés au début de son quinquennat, l'alignement de la fiscalité des revenus du capital sur celle applicable aux revenus du travail. Précisément, l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée veut rétablir un « prélèvement forfaitaire unique au taux de l'ordre de 30%, prélèvements sociaux inclus, pour tous les revenus du capital : intérêts, loyers, dividendes, plus-values » (Source interview Les Echos). Il laisse entendre que ce nouveau régime s'appliquerait aussi à l'assurance vie au-delà de 8 ans pour tous les versements futurs y compris pour les contrats existants.

Réforme et allègement de l’ISF, recentré sur l'immobilier

Emmanuel Macron, qui jugeait l’ISF « inadapté » au financement de l'innovation en France lorsqu’il était ministre de l’Economie, a clairement annoncé les grandes lignes de son programme sur la fiscalité du capital. Le projet qu'il porte, qui se veut favorable à la création et au développement des entreprises, vise à transformer l’ISF en « impôt sur la rente immobilière ». Dans ce cadre, la détention de valeurs mobilières (actions, participations dans des entreprises, assurance vie) ne serait plus soumise à cet ISF nouvelle formule. La réforme telle qu’il l’imagine prévoit, à ce stade, un maintien du seul d’imposition à 1,3 million d’euros de patrimoine net taxable, l'exonération des œuvres d'art ainsi que l'abattement sur la résidence principale.

Son objectif : exonérer la part des patrimoines « qui finance l'économie réelle ».

> Plus de détails sur son projet de politique fiscale : le programme fiscal d'Emmanuel Macron pour 2017

Ecologie : le programme d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a effectué la présentation de son programme écologique à l'occasion d'un Facebook Live avec le WWF, le 9 février 2016. Dans ce cadre, il a proposé une augmentation progressive de la fiscalité sur le gazole « pour qu’elle rejoigne en fin de quinquennat celle sur l’essence ». Il plaide aussi pour un accompagnement des ménages en faveur de l’abandon des véhicules diesel avec la mise en place d’un « prime à la conversion » de 1000 euros, valable pour l’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion et cumulable avec l’actuel bonus écologique. Cette subvention serait accordée aux propriétaires de voitures diesel construits avant 2001.

Par ailleurs, afin d'accompagner tous les Français dans la rénovation énergétique de leur logement, il propose de transformer l'actuel crédit d'impôt transition énergétique (Cité) en prime « immédiatement perceptible » afin que chacun puisse « réaliser les travaux nécessaires ».

Mesures diverses de son programme pour 2017

- Versement d’un pass culturel 500 euros pour les jeunes le jour de leurs 18 ans (France Culture, 27 janvier 2017).
- Augmentation de 100 euros par mois de l'AAH (Allocation adulte handicapé).
- Renforcement du droit à l'oubli pour les emprunteurs qui ont souffert de maladies graves au moment de la souscription de leur assurance de prêt. « Les malades de cancers et de l’hépatite C n’auront plus à le mentionner dès 5 ans après leur rémission (contre 10 ans aujourd’hui) », affirme-t-il dans son programme. Il propose aussi de l’étendre à de nouvelles maladies.
- Mise en place d'un système de « contravention lourde et payable immédiatement » pour consommation de cannabis en lieu et place de la pénalisation systématique. Emmanuel Macron juge une telle mesure « bien plus dissuasive qu'une hypothétique peine de prison dont tout le monde sait qu'elle ne sera jamais exécutée » page 194 de son livre). De même, en cas de vol « sans aucune autre circonstance aggravante », il préconise une peine d'amende « lorsque le butin est inférieur à une certaine valeur ».
-
Augmentation du prix du tabac, en vue de porter le prix à 10 euros par paquet (déclaration sur RTL, 3 mars 2017)
-
Création d'ici la fin du quinquennat d'un billet d'avion à prix aidé (trajet métropole-collectivité) pour les Français issus de l'outre-mer en particulier pour les étudiants et les entrepreneurs.

Le programme des autres candidats à l'élection présidentielle de 2017

> Nathalie Arthaud
- Nathalie Arthaud : le programme de Lutte Ouvrière pour 2017

> Philippe Poutou
- Philippe Poutou : le programme anticapitaliste du NPA pour 2017

> Jean-Luc Mélenchon
- Smic, retraites, fiscalité… le programme de Mélenchon

> Benoît Hamon
- Revenu universel, Smic, retraites… le programme de Hamon

> Jacques Cheminade
- Jacques Cheminade : Smic, retraites, impôts, son programme pour 2017

> François Fillon
- Pouvoir d’achat : les propositions de Fillon pour 2017

> François Asselineau
- François Asselineau : le programme du candidat UPR à l’élection présidentielle 2017

> Nicolas Dupont-Aignan
- Dupont-Aignan : fiscalité, pouvoir d’achat, retraite, son programme présidentiel pour 2017

> Marine Le Pen
- Marine Le Pen : salaires, retraites, impôts, le programme du FN pour 2017