Argent, budget : 12 bonnes résolutions 2020 pour faire des économies


12 bonnes résolutions pour la nouvelle année 2020. : une liste d'idées de bonnes résolutions sans humour, souvent très écolo et qui permettent de gagner de l’argent ou d’en économiser.

Arrêter de fumer : plus de 3.200 euros d’économies par an

Chaque année, arrêter de fumer figure en tête des bonnes résolutions de dizaines de milliers de fumeurs pour la nouvelle année ou pour la rentrée de septembre. C’est bon pour la santé mais pas seulement. Parmi les bienfaits de l’arrêt du tabac, de substantielles économies, surtout dans un contexte de hausse du prix du tabac, à condition d’en avoir fini avec les séances d’hypnose, d’acupuncture ou les prises de substituts nicotiniques de type Nicorette.

Prenons le cas d’un fumeur qui achète et fume un paquet par jour, au prix de 8,90 euros l’unité (prix du paquet le moins cher). Sur une année complète, le gain de pouvoir d’achat lié au sevrage tabagique se monte à 3.248,5 euros, soit plus de 270 euros par mois ou l’équivalent de plus de 2,5 Smic mensuels. De quoi se faire plaisir en s’offrant un beau voyage ou mettre de côté pour la retraite, avant l’augmentation progressive du prix du paquet de cigarettes à 10 euros d’ici fin 2020.

C’est aussi un moyen de réduire la pollution induite par les mégots de cigarette.

Bon à savoir – Depuis le 1er novembre 2016, les substituts nicotiniques sont remboursables par l’Assurance maladie : tout fumeur souhaitant arrêter de fumer bénéficie d’une prise en charge partielle par la Sécurité sociale. Le remboursement se monte à 150 euros par an et par bénéficiaire, sous réserve que le traitement figure sur la liste des substituts nicotiniques pris en charge et qu’il ait fait l’objet d’une prescription spécifique par un médecin, une sage-femme, un médecin du travail, un chirurgien-dentiste, un infirmier ou un masseur kinésithérapeute. Par ailleurs, certains dispositifs d’arrêt du tabac sont remboursés depuis 2018 comme des médicaments, à 65% par la Sécu.

Faire ses comptes pour mieux gérer son budget

Dans le rouge à chaque fin de mois ? Rien d’étonnant si vous ne faites pas vos comptes. Pour commencer, il est indispensable d’avoir une idée des rentrées et sorties qui interviennent chaque mois. Pour ce faire, il suffit de remplir un tableau avec deux colonnes (recettes I dépenses) sur une feuille de papier, ou mieux, sur un tableur type Excel. > + d’infos Comment calculer son budget mensuel, mode d’emploi

Il faut aussi penser à programmer les grosses dépenses à venir afin de constituer les provisions nécessaires en mettant un peu de côté chaque mois.

Faire cet exercice permet de calculer un reste à vivre, c’est-à-dire la somme d’argent dont vous pouvez disposer après avoir additionné toutes vos dépenses contraintes et récurrentes.

Établir une liste de courses alimentaires

Le budget alimentaire est le principal poste de dépenses de la majorité des ménages en France. Pour faire des économies, la bonne résolution est de s’imposer un peu de rigueur. Fixer les menus de la semaine à l’avance puis établir une liste de courses en conséquence est un bon moyen d’acheter juste ce qu’il faut en évitant les écarts et de multiplier les allers-retours au supermarché. C’est aussi une façon de limiter le gaspillage alimentaire, puisque les achats se limitent aux besoins du foyer.

Ce mode opératoire n’empêche pas de se faire plaisir, tout en maîtrisant son budget.

Passer au zéro déchet en famille, à la maison

Se fixer l’objectif du zéro déchet en famille ou à la maison est LA bonne résolution 2020 pour ne plus payer les emballages tout en contribuant à la réduction du poids des poubelles. Deux livres (à acheter d’occasion ou encore mieux à emprunter, c’est gratuit) permettent de découvrir des astuces très simples pour faire rimer économies et écologie :

  • La famille  presque zéro déchet – Ze guide de Jérémie Pichon et Bénédicte Moret (15 euros ou 10,99 en livre numérique)
  • Zéro Déchet de Béa Johnson (7,60 euros en livre de poche, 11,99 euros en en livre numérique)

Cuisine de saison, recettes de lessive ou de liquide vaisselle fait-maison, abandon de la machine à café à capsules, réutilisation du marc de café, bannissement de la bouteille d’eau plastique remplacée par une gourde alimentée à l’eau du robinet… le bon sens permet de relever le défi de la transition écologique.

Acheter des vêtements d’occasion

Pour faire face aux fins de mois difficiles ou pour se faire plaisir pour pas cher, rien de tel que l’achat de vêtements d’occasion pour bébé, les enfants, pour femme ou pour homme ! C’est bon moyen de dénicher des pièces uniques, pas chères, de marque ou non, qui parfois n’ont jamais été portées ou seulement une seule fois.

Plusieurs moyens pour acheter ou vendre d’occasion un pull, une chemise, une robe ou un lot :

  • les friperies
  • les ressourceries et recycleries
  • les bourses aux vêtements et vide-dressings
  • les applications mobiles comme Vinted

Cerise le gâteau : le marché de la seconde main permet d’éviter l’émission d’énormes quantités de CO2 émises par l’industrie textile et l’emploi dans des conditions sociales peu acceptables dans des pays à bas coût du secteur de l’habillement.

Eviter les découverts bancaires pour payer moins d’agios

Céder à la tentation d’un achat impulsif en fin de mois alors qu’on est déjà dans le rouge coûte cher. D’abord parce qu’il faut combler le découvert bancaire, somme qui amputera le budget du mois suivant. Surtout parce que ce découvert est un service payant, y compris lorsqu’on n’a pas dépassé le montant maximum du découvert autorisé. Le tarif des agios (frais d’intérêts débiteurs d’un compte à découvert) est variable d’une banque à l’autre : ils coûtent de 7 à 18%.

Et en cas de dépassement de découvert autorisé, des frais appelés commissions d’intervention s’appliquent en supplément pour 8 euros maximum (plafonnement légal) par manquement constaté. Selon le comparateur Panorabanques.com, les dépassements de l’autorisation de découvert coûtent en moyenne environ 60 euros par an, soit près d’un tiers des frais bancaires payés par les Français.

Prendre une douche plutôt qu’un bain

Prendre une douche plutôt qu’un bain permet d’économiser de l’eau… et de l’argent ! En moyenne, une douche consomme 40 à 60 litres d’eau contre 150 à 200 litres pour un bain, soit un volume jusqu’à 5 fois moins important ! A condition cependant de ne pas s’éterniser sous la douche : l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a calculé qu’une douche de 10 minutes équivalait à un bain.

Prendre une douche de 5 minutes, en coupant l’eau pendant que l’on se savonne et avec une pomme de douche à débit réduit permet de limiter la consommation d’eau au maximum.

En prenant la résolution de supprimer 3 bains par semaine au profit de douches express, on peut économiser 75 euros sur l’ensemble de l’année en 2020.

Se déplacer à pied ou à vélo pour les petits trajets

Les transports constituent le deuxième poste de dépenses des ménages d’après l’Insee. Pour les petits trajets de moins d’un kilomètre, chevaucher son vélo ou se déplacer à pied plutôt que prendre sa voiture permet d’économiser de l’essence sans forcément perdre de temps. Un kilomètre se parcourt en ¼ d’heure en marchant normalement. Moins qu’il n’en faut pour sortir la voiture du garage et se garer dans certains quartiers de grandes villes ! En bonus, un petit geste pour l’environnement.

Se mettre au covoiturage pour les longs trajets

Départ en week-end ou en vacances, réunion de famille à distance… Les occasions d’effectuer un long trajet en automobile sont nombreuses. S’il vous reste une ou plusieurs places dans votre véhicule, pourquoi ne pas en faire en profiter des voyageurs qui vont au même endroit ? Depuis quelques années, le covoiturage a été nettement facilité par l’émergence de sites internet spécialisés comme Blablacar.

Selon la plateforme communautaire, ses utilisateurs ont économisé en moyenne 70 euros sur leurs trajets durant le mois de décembre grâce au partage des frais. Mais le covoiturage n’est pas seulement synonyme d’économies. C’est aussi un moyen de faire des rencontres et de passer un bon moment sur de longs trajets au lieu de les parcourir en solo.

Se passer de sa banque pour placer son argent

Placer son argent dans une banque traditionnelle est synonyme de frais à tous les étages : sur la gestion et la tenue de compte bancaire, sur les versements des contrats d’assurance vie (1 euro placé est égal à 97 ou 98 centimes investis), sur les ordres d’achat ou de vente en Bourse et sur les Sicav et FCP, la plupart du temps des fonds maison.

Il est parfaitement possible de conserver sa banque pour le compte courant – sachant qu’il est possible de changer de banque pour trouver des alternatives moins chères – et le crédit immobilier et de faire appel à la concurrence sur Internet. C’est moins cher, généralement plus performant et le choix est beaucoup plus vaste. > En savoir plus : Où placer son épargne : guide des placements financiers en ligne

Jouer pour espérer gagner le tirage du Loto ou de l’Euro millions

Se donner une chance de devenir millionnaire 5 fois par semaine, voilà une bonne résolution ! C’est possible à condition de jouer au Loto (3 tirages par semaine, le lundi, le mercredi et le samedi) et à l’Euro Millions (2 tirages par semaine, le mardi et le vendredi) à chaque tirage. Chaque année, la Française des jeux (FDJ) comptabilise près de 200 gains à 1 million d’euros ou plus pour plus de 24 millions de joueurs.

Coût de la mise minimum : 2 euros par grille et par tirage au Loto et 2,5 euros la grille simple à l’Euro Millions. Soit un budget de près de 11 euros par semaine.

Arrêter de jouer au Loto, à l’Euro millions et aux jeux de grattage

Plus de 25 millions de Français misent plus de 15,8 milliards d’euros à la FDJ mais n’en récupèrent qu’à peine 10,7 milliards d’après les résultats financiers 2018 de la FDJ. Soit un taux de retour aux joueurs de de 67,6% ou, vu sous un antre angle, une rentabilité moyenne de -32,4% sur la base du rapport gains sur mises en 2018. D’après les dernières statistiques disponibles, la mise se monte 10,2 euros en moyenne par semaine pour les jeux de loterie (chiffres 2018), soit 530 euros par an ! Sachant que la probabilité de gagner le jackpot est de 1 sur 139 838 160 à l’Euro millions et de 1 sur 19 068 840 au Loto selon le blog spécialisé Caploto.

La société Yomoni, spécialisée dans la gestion d’épargne en ligne, a calculé qu’un Français commençant à jouer à 20 ans, aura misé environ 15.000 euros pour n’en récupérer que 1.500 en moyenne 30 ans plus tard ! À l’opposé, en faisant le choix de placer son argent « dans une épargne diversifiée de long terme avec 5% de performance moyenne, il disposerait de 34 500 euros »….