Versement de la prime Macron pendant l’épidémie de coronavirus : conditions, démarches

Par Olivier Brunet
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Le versement d’une prime exceptionnelle de pouvoir d’achat défiscalisée et exonérée de charges sociales a été reconduit par Emmanuel Macron et Jean Castex en 2021-2022. Montant maximum, conditions d’attribution, plafond de revenus, entreprises concernées, date de versement, tout sur la prime Macron.

Prime exceptionnelle défiscalisée Macron, explications

La prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a été renouvelée pour l’année 2021 et le premier trimestre 2022 par le gouvernement de Jean Castex. Elle peut être versée aux travailleurs dits de la deuxième ligne, mais pas uniquement.

Elle est exonérée d’impôt sur le revenu (IRPP), de CSG-CRDS et de cotisations sociales dans la limite de 1.000 ou 2.000 euros selon les cas. Ce plafond d’exonération est prévu à l’article 4 de la première loi de finances rectificative pour 2021, définitivement adoptée par le Parlement et publiée au Journal officiel le .

La prime peut être versée :

  • en cours d’année 2021, depuis le 1er juin
  • en fin d’année 2021
  • au début de l’année 2022, au plus tard le 31 mars

Prime Macron de 1.000 euros de nouveau versée en 2021

La prime Macron de 1.000 ou 2.000 euros défiscalisée par salarié peut de nouveau être versée en 2021 par les entreprises volontaires. Le Premier ministre Jean Castex l’a annoncé le lundi 15 mars 2021 à l’issue de la troisième conférence du dialogue social. « Le gouvernement a décidé d’autoriser à nouveau, comme ces deux dernières années, le versement en 2021 d’une prime de 1.000 euros défiscalisée et exonérée de cotisations sociales », a déclaré le chef du gouvernement. « Il s’agit de manifester une reconnaissance aux salariés dont la présence au travail s’est avérée indispensable pour assurer la continuité économique du pays tout au long de la crise », a-t-il justifié.

Il a en outre présenté les conditions d’octroi de la prime, dans les grandes lignes. Outre les travailleurs de la deuxième ligne, la prime est « ouverte à tous les salariés ».

La prime de pouvoir d’achat peut être portée à 2.000 euros « dans les entreprises et les branches professionnelles, soit qui auront conclu un accord d’intéressement […], soit auront ouvert une négociation sur la valorisation des métiers concernés ».

Versement d’une prime Macron, pourquoi ?

La prime Macron 2021-2022, aussi appelée prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (Pipa), est la troisième du genre instaurée par le législateur. La version actuelle intervient dans le contexte de crise sanitaire, la volonté étant d’offrir aux employeurs un dispositif destiné à récompenser financièrement les salariés au contact du public, pour leur travail et leur engagement pendant cette période.

Cette prime est calquée, à quelques nuances près, sur la première prime exceptionnelle mise en place en pleine crise des gilets jaunes.

L’annonce par Emmanuel Macron, le 10 décembre 2018, d’une prime exceptionnelle de fin d’année défiscalisée était l’une des principales mesures prises par l’exécutif pour tenter d’apaiser la colère des gilets jaunes. C’est la raison pour laquelle la prime est connue sous le nom de « prime Macron » ou de « prime gilet jaune ».

« Je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d’année à leurs employés. Et cette prime n’aura à acquitter ni impôt, ni charge », avait alors déclaré le président de la République.

Cette disposition faisait partie d’un ensemble de dispositions en faveur du pouvoir d’achat :

La plupart de ces mesures ont fait l’objet d’une loi « portant mesures d’urgence économiques et sociales », présentée en Conseil des ministres le 19 décembre 2018, définitivement adoptée le 21 décembre. La loi a été publiée au Journal Officiel du 26 décembre 2018 sur le site Légifrance.

Cette prime de fin d’année ne doit pas être confondue avec la prime de Noël versée aux personnes les plus pauvres, bénéficiaires des minimas sociaux.

A noter : Emmanuel Macron et ses premiers ministres successifs (Édouard Philippe puis Jean Castex) ont décidé de reconduire cette prime dans le contexte de la pandémie de Covid-19, en vue d’un versement :

  • de juin 2021, jusqu’à fin mars de l’année 2022
  • en 2020

Conditions de versement de la prime Macron en 2021-2022

Les conditions de versement de la prime Macron 2021 ont été présentées, dans leurs grandes lignes, le 28 avril 2021 par le gouvernement. Tous les détails sont désormais connus, la loi ayant été publiée au Journal officiel. Il en ressort les éléments suivants :

  • Combien ? Prime défiscalisée dans la limite de 1.000 euros, montant majoré à 2.000 euros si :
    > actions de valorisation des métiers des travailleurs dits de la deuxième ligne, au niveau de la branche ou de l’entreprise
    > l’entreprise est couverte par un accord d’intéressement
    > l’employeur est une PME de moins de 50 salariés
    > l’employeur est une fondation ou association reconnue d’utilité publique, un organisme d’intérêt général
  • Pour qui ? Prime pouvant être versée aux salaires jusqu’à 3 Smic, soit 4663,74 euros bruts mensuels en 2021
  • Jusqu’à quand ? Versement possible jusqu’au 31 mars 2022
  • A partir de quand ? Éligibilité des primes versées depuis le 1er juin 2021

Ces conditions sont prévues par l’article 4 de la première loi de finances rectificative pour 2021 (loi n° 2021-953 du 19 juillet 2021). Les règles applicables sont donc définitivement actées.

Versement d’une prime de 1000 euros pendant l’épidémie de Covid-19

La possibilité de verser une prime de 1.000 euros ou 2.000 euros maximum de pouvoir d’achat par les employeurs à leurs salariés prévoit :

  • une période de versement du 1er juin 2021 à fin mars 2022
  • la possibilité de porter son montant à 2.000 euros si l’employeur a mis en place un accord d’intéressement ou une action de valorisation des métiers (augmentations de salaires et/ou des amélioration des conditions de travail)
  • la possibilité pour une PME de moins de 50 salariés de verser la prime dans la limite de 2.000 euros sans condition

La mise en place d’un dispositif d’intéressement n’est donc pas obligatoire, pour toutes les entreprises quelle que soit leur taille (y compris pour celles comptant plus de 250 salariés).

L’octroi de cette prime s’inscrit dans le cadre du dispositif de prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, et nécessite bien sûr que l’entreprise dispose de la trésorerie nécessaire pour l’octroyer.

La prime demeure non imposable et exonérée de charges sociales, et les critères d’octroi pour 2021-2022 sont les suivants pour les entreprises de 50 salariés ou plus :

  • versement facultatif (condition inchangée)
  • montant de 0 à 1.000 euros non imposable en l’absence d’accord d’intéressement ou de valorisation des métiers
  • plafond de versement porté à 2.000 euros en présence d’un accord d’intéressement ou de valorisation des métiers
  • imposition au-delà de 1.000 euros en l’absence d’accord d’intéressement ou de valorisation des métiers
  • imposition au-delà de 2.000 euros s’il existe un accord d’intéressement ou de valorisation des métiers
  • plafond d’attribution à 3 Smic par personne
  • modulation possible en fonction des conditions de travail liées à l’épidémie de Covid-19
  • date limite de versement au 31 mars 2022 au plus tard

Montant maximum de la prime défiscalisée : quel plafond ? En brut ou en net ?

La limite d’exonération de la prime pour les versements effectués du 1er juin 2021 au 31 mars 2022 est fixée :

  • soit à 1.000 euros en l’absence d’accord d’intéressement ou d’engagement formel de l’entreprise ou de la branche à des actions de valorisation des salariés
  • soit à 2.000 euros si l’entreprise ou la branche d’activité est couverte par un accord d’intéressement ou par un engagement formel à agir pour valoriser les salariés (par des augmentations de salaires ou une amélioration des conditions de travail), pour les entreprises de 50 salariés ou plus
  • soit à 2.000 euros en l’absence d’accord d’intéressement ou de valorisation des métiers pour les PME de moins de 50 salariés

Ce montant correspond donc à la limite de défiscalisation à l’impôt sur le revenu et d’exonération de charges sociales, il s’agit donc d’un montant net. L’employeur peut donc verser un montant plus important ; mais au-delà de 1.000 ou 2.000 euros, l’excédent sera normalement soumis à cotisations sociales et à l’impôt sur le revenu (IR ou IRPP). L’employeur peut aussi verser moins que 1.000 euros ou ne pas verser de prime du tout, si sa trésorerie ne le permet pas.

Conditions de versement de la prime exceptionnelle par les entreprises

Prime exceptionnelle : possibilité sans obligation de versement pour l’employeur

Le versement de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat n’est pas obligatoire. Elle « peut être attribuée par l’employeur à l’ensemble des salariés et des agents qu’il emploie ou à ceux dont la rémunération est inférieure à un plafond », selon l’article 4 de la loi de finances rectificative n° 2021-953 du 19 juillet 2021. C’est donc une possibilité, qui est prévue par la loi et non une obligation.

Déjà, le texte de loi d’origine prévoyait une possibilité non contraignante. « Cette prime peut être attribuée par l’employeur à l’ensemble des salariés ou à ceux dont la rémunération est inférieure à un plafond », selon l’article 1 de la loi n° 2018-1213 du 24 décembre 2018 portant mesures d’urgence économiques et sociales (MUES).

Le projet de loi de finances rectificative pour 2021 prévoit, sur le modèle de la loi MUES et de la LFSS 2020, un ensemble de dispositions pour exclure l’octroi de la prime aux hauts salaires (fixation d’un plafond) et éviter des abus.

La prime exceptionnelle de pouvoir d’achat versée du 1er juin 2021 au 31 mars 2022 ne peut « se substituer aucun des éléments de rémunération […] versés par l’employeur ou qui deviennent obligatoires en vertu de règles légales, contractuelles ou d’usage », ni « à des augmentations de rémunération ni à des primes prévues par un accord salarial, le contrat de travail ou les usages en vigueur dans l’entreprise ou l’établissement public », selon le texte de l’article 4 de la LFR. Autrement dit, une prime de 13ème mois ne peut être remplacée par la prime exceptionnelle.

La prime 2021-2022 peut être prise :

  • soit dans le cadre d’un accord d’intéressement
  • soit dans celui d’un accord collectif spécifique
  • soit sur décision unilatérale de l’employeur

Prime exceptionnelle défiscalisée 2021 et condition de mise en place d’un accord d’intéressement

Les entreprises ne sont soumises à aucune condition de mise en place d’un accord d’intéressement pour avoir le droit de verser une prime Macron.

Toutefois, un bonus est accordé pour les employeurs qui disposent déjà d’un accord d’intéressement ou qui ont mis en place un accord d’intéressement à la date de versement de la prime : dans ce cas, le montant maximum de la prime est porté à 2.000 euros contre 1.000 euros en l’absence d’accord d’intéressement.

Des modèles simplifiés d’accord d’intéressement (ou accord-type) sont mis à disposition par le ministère du Travail afin de faciliter les démarches des entreprises (cliquer ici).

La condition de mise en place d’un accord d’intéressement n’est pas exigée pour les PME de moins de 50 salariés.

Prime Macron pour les salariés de la deuxième ligne

La prime Macron 2021-2022 présente une particularité par rapport à celle versée aux deux périodes précédentes : son montant maximum est porté à 2.000 euros pour les salariés dits de la deuxième ligne, sous conditions.

Précisément, les salariés éligibles sont ceux « qui, en raison de la nature de leurs tâches ont contribué directement à la continuité de l’activité économique et au maintien de la cohésion sociale, et dont l’activité s’est exercée, en 2020 ou 2021, uniquement ou majoritairement sur site pendant les périodes d’état d’urgence sanitaire », selon le projet de loi.

En outre, l’entreprise, ou la branche à laquelle elle est rattachée, doit avoir pris un engagement formel à mener des actions de valorisation des métiers de ces travailleurs de la deuxième ligne, sous la forme d’un accord de branche ou d’entreprise portant sur au moins deux des cinq thèmes suivants :

  1. rémunération (augmentation de salaire, égalité homme-femme)
  2. nature du contrat de travail
  3. santé et sécurité au travail
  4. durée du travail et articulation entre vie professionnelle et vie personnelle / familiale
  5. formation et l’évolution professionnelles

La conclusion d’un tel accord n’est pas obligatoire :

  • si l’entreprise ou la branche d’activité est déjà couverte par un accord d’intéressement
  • si l’employeur est une PME de moins de 50 salariés
  • si l’employeur est une fondation ou association reconnue d’utilité publique, un organisme d’intérêt général

Prime Macron versée sur décision unilatérale de l’employeur (DUE)

Un employeur peut se passer d’un accord d’entreprise pour décider l’octroi de la prime. C’est ce que l’on appelle la décision unilatérale de l’employeur (DUE).

La DUE peut porter :

  • sur le montant de la prime exceptionnelle
  • sur les modalités de modulation entre les salariés selon le niveau de rémunération
  • sur l’exclusion de certains salariés au-delà d’un certain seuil de rémunération

Prime exceptionnelle défiscalisée : pour qui ? Quelles conditions de ressources ?

La prime exceptionnelle de pouvoir d’achat peut être versée à compter du 1er juin 2021 jusqu’au 31 mars 2022 à tout salarié lié par un contrat de travail à la date de versement de la prime.

Plafond de ressources de la prime défiscalisée 2021-2022

Tout le monde ne sera pas éligible à cette prime défiscalisée : elle est soumise à conditions de ressources. Le plafond d’attribution de la prime est fixé à 3 Smic, soit un peu plus de 3.600 euros de salaire net par personne par mois selon les chiffres officiels. Attention cependant, le texte de loi prévoit un critère d’octroi sur la base de la rémunération annuelle perçue en brut.

Précisément, le salarié bénéficiaire doit avoir touché une rémunération inférieure à 3 fois la valeur annuelle du Smic brut au cours des douze mois précédant le versement de la prime exceptionnelle pour y avoir droit, soit pour les primes versées en 2021 :

  • un salaire brut de 54.763,92 euros maximum sur la base du Smic 2020
  • un salaire brut de 55.964,88 euros maximum sur la base du Smic 2021

Ce qui revient à un salaire brut maximum, pour une prime versée en juillet 2021, de 55.692 euros pour y prétendre (soit 6 mois basés sur le montant du Smic 2020 et 6 mois sur celui du Smic 2021).

Versement de la prime possible en fonction du revenu

La loi prévoit d’autoriser les entreprises à ne verser la prime qu’aux bas salaires et/ou à moduler son montant en fonction de la rémunération perçue.

« Son montant peut être modulé selon les bénéficiaires en fonction de la rémunération, du niveau de classification, de la durée de présence effective pendant l’année écoulée ou de la durée de travail prévue par le contrat de travail », selon le texte de la loi de finances rectificative pour 2021.

Ainsi, le montant de la prime pour un salarié à temps partiel peut être inférieur à celui versé pour un temps plein. La modulation ne pourra pas découler directement de l’ancienneté dans l’entreprise. En revanche, le temps de présence peut être pris en compte.

Pas de prime exceptionnelle dans la fonction publique

Les fonctionnaires ne sont en principe pas concernés par la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat : en sont exclus les agents titulaires, de même que les agents non titulaires des trois fonctions publiques (État, territoriale, hospitalière).

Pour 2021-2022, le versement de la prime est ouvert à l’ensemble des entreprises et établissements, même ceux d’ayant pas mis en place de dispositif d’intéressement. Peuvent donc y prétendre :

  • les employeurs de droit privé
  • les établissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC)
  • les établissements publics administratifs (EPA) qui emploient du personnel de droit privé
  • les établissements et services d’aide par le travail (ESAT)

En 2018/2019, le texte portait sur les salariés :

  • des entreprises du privé et du secteur public, de l’énergie (entreprises de la branche professionnelle des industries électriques et gazières)
  • des Epic (établissements publics à caractère industriel et commercial)
  • des sociétés d’économie mixte (SEM) dans lesquelles les collectivités locales ont une participation majoritaire
  • des chambres de métiers
  • des services à caractère industriel et commercial gérés par les CCI
  • des chambres d’agriculture
  • du secteur associatif.

Apprentis exclus de la prime exceptionnelle

Le versement de la prime est réservé aux personnes qui cotisent à l’assurance chômage. En principe, un apprenti ne peut donc prétendre à la prime exceptionnelle puisque l’employeur est généralement exonéré de cotisations sociales pendant la durée du contrat d’apprentissage.

Prime exceptionnelle de pouvoir d’achat versée par les associations

Une dérogation pour les associations et fondations à but non lucratif est prévue afin que ces organismes puissent bénéficier du dispositif de prime exceptionnelle du 1er juin 2021 au 31 mars 2022 dans la limite de 2.000 euros, même si elles ne mettent pas en œuvre un accord d’intéressement ou de valorisation des métiers.

Cette condition n’est pas applicable « aux associations et fondations mentionnées au a du 1° de l’article 200 et au b du 1° de l’article 238 bis du code général des impôts », peut-on lire dans le texte de loi, à l’article 4 de la loi de finances rectificative pour 2021.

Ce principe est calqué sur celui adopté pour le versement de la prime Macron 2020.

Prime exceptionnelle de pouvoir d’achat pour un intérimaire, est-ce possible ?

Une personne intérimaire chez Adecco, Manpower, Crit intérim ou Synergie peut-elle prétendre à la prime d’activité ? Sur le modèle de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020 (législation en vigueur pour la prime Macron 2020), la loi de finances rectificative prévoit un dispositif pour que cela soit légalement possible.

Ainsi, l’entreprise utilisatrice d’intérimaires qui attribue à ses salariés la prime exceptionnelle doit d’abord en informer l’entreprise de travail temporaire dont relève le salarié mis à disposition. Ensuite, la société d’intérim doit verser la prime à l’intérimaire « selon les conditions et les modalités fixées par l’accord ou la décision de l’entreprise utilisatrice ».

De telles dispositions légales, codifiées dans la loi pour les primes Macron 2020 et 2021-2022, ne figuraient pas dans la loi MUES du 24 décembre 2018.

Originellement, il fallait se référer à la Direction de la sécurité sociale (DSS) qui s’était exprimée sur le sujet dans une circulaire administrative (n° DSS/5B/5D/2019/2 du 4 janvier 2019), qui n’avait donc pas force de loi : « Les salariés intérimaires bénéficient de la prime exceptionnelle versée par l’entreprise de travail temporaire dans les mêmes conditions que les salariés permanents de l’entreprise de travail temporaire », indiquait la DSS dans ce texte.

En complément, l’entreprise utilisatrice d’intérimaires pouvait verser à ces derniers une prime exceptionnelle, « au même titre que ses propres salariés, conformément aux dispositions des articles L. 1251-18 et L. 1251-43 alinéa 6 du code du travail », ajoutait la DSS. Dans ce cas, cela supposait évidemment que l’entreprise utilisatrice verse une prime à ses salariés permanents et que l’intérimaire soit présent au 31 décembre 2018 dans l’entreprise utilisatrice.

La DSS ajoutait que l’agence ou l’entreprise de travail temporaire « dont une partie des salariés intérimaires a bénéficié d’une prime versée par les entreprises utilisatrices ne peut être tenue de verser cette prime à ses salariés intérimaires en mission dans d’autres entreprises utilisatrices ».

Prime exceptionnelle exonérée de charges sociales, jusqu’à 1.000 euros nets

La prime exceptionnelle 2021-2022 ne supporte pas de charges ni contributions sociales, dans la limite de 1.000 euros (ou de 2.000 euros si les salariés sont couverts par un accord d’intéressement ou d’en engagement de valorisation des salariés existe dans l’entreprise à la date de versement).

« La prime exceptionnelle de pouvoir d’achat attribuée […] est exonérée […] de toutes les cotisations et contributions sociales d’origine légale ou conventionnelle », précise le texte de loi.

Sont concernées par cette exonération :

Cela signifie que le montant brut de la prime sera égal à son montant net, dans la limite de 1.000 euros (ou de 2.000 euros s’il existe un accord d’intéressement ou un engagement d’actions de valorisation des salariés), mais aussi qu’aucun droit au chômage ni à la retraite ne sera généré au titre de cette somme.

Prime exceptionnelle 2021-2022 : imposable ou pas ?

La prime exceptionnelle de pouvoir d’achat est défiscalisée :

  • dans la limite de 1.000 euros pour les entreprises de 50 salariés ou plus ne disposant pas d’accord d’intéressement ou de valorisation des métiers à la date de versement de la prime
  • dans la limite de 2.000 euros pour les entreprises de 50 salariés ou plus ayant conclu un accord d’intéressement à la date de versement de la prime
  • dans la limite de 2.000 euros sans condition pour les entreprises de moins de 50 salariés et les associations ou fondations reconnues d’utilité publique

Cela signifie qu’elle est non imposable à l’impôt sur le revenu jusqu’à cette limite : son montant ne sera pas à ajouter à la ligne traitements et salaires de la déclaration de revenus au printemps 2022 ou 2023 selon sa date de versement.

Conséquence, la somme perçue par les bénéficiaires de la prime défiscalisée ne sera pas incluse dans la limite de revenus à ne pas dépasser pour être non imposable. La prime n’est pas non plus prise en compte dans le calcul du revenu fiscal de référence (RFR) dont le montant sert à déterminer l’ouverture de certains droits (au Livret d’épargne populaire par exemple).

Enfin l’employeur ne doit pas soumettre la prime au prélèvement à la source, compte tenu de son caractère non imposable :

  • dans la limite de 1.000 euros pour les entreprises de 50 salariés ou plus ne disposant pas d’accord d’intéressement à la date de versement de la prime
  • dans la limite de 2.000 euros pour les entreprises ayant conclu un accord d’intéressement à la date de versement de la prime
  • dans la limite de 2.000 euros sans condition pour les entreprises de moins de 50 salariés et les associations ou fondations reconnues d’utilité publique

Prime Macron : statistiques, nombre de salariés bénéficiaires, montant moyen

Un bilan des deux premières primes Macron a été dressé par plusieurs organismes.

La prime Macron 2, versée en 2020, a été versée à près de 5 millions de salariés pour un montant moyen de 590 euros. Au total, 3,1 milliards d’euros de primes ont été versées (source gouvernement, PLFR nº 4215 pour 2021).

Le bilan de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat versée aux salariés de fin décembre 2018 au 31 mars 2019 a été dressé par la Sécurité sociale le 3 mai 2019 .

Au total, le montant de la prime exceptionnelle a atteint 2,19 milliards d’euros (y compris les sommes versées au-delà de 1.000 euros, 1,91 milliards d’euros versés dans la limite de 1.000 euros), pour 4,87 millions de salariés bénéficiaires, soit 26% des salariés du secteur privé.

Le montant moyen de la prime s’est établi à 401 euros, dont :

  • 560 euros dans les TPE et établissements de moins de 10 salariés
  • 377 euros dans les établissements de plus de 2.000 salariés.

11% des salariés ont bénéficié du montant maximum de la prime (1.000 euros) et 58 % d’une prime au moins égale à 400 euros.

Précédemment, dans une note de conjoncture publiée le 19 mars 2019, l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) a rendu publiques les premières statistiques sur le versement de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat.

Au mois de janvier 2019, près d’un employeur sur huit (12%) a déclaré l’avoir versée à au moins une partie de ses salariés, pour un total de plus de 2 millions de salariés bénéficiaires soit près de 10% des salariés du secteur privé (9,8%). C’est dans le secteur de la construction que la proportion de bénéficiaires est la plus importante, avec 18% de salariés bénéficiaires contre, à l’opposé, seulement 6,7% des salariés des services non marchands (éducation, santé, action sociale).

L’Insee a observé que la prime Macron a déjà été versée dans un tiers des établissements des grandes entreprises (plus de 5.000 salariés ou plus de 1,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et plus de 2 milliards d’euros de total de bilan). La proportion atteint 11% parmi les micro-entreprises et 13% parmi les PME.

Le montant moyen de cette prime atteint 449 euros dont :

  • 515 euros dans l’agriculture
  • 452 euros dans l’industrie
  • 479 euros dans le secteur de la construction
  • 463 euros dans les services marchands
  • 295 euros dans les services non marchands

(Source : DSN janvier 2019, Insee)

Globalement, 78% des salariés ont perçu un seul versement de prime (soit en 2018-2019, soit en 2020), 18% des salariés ont touché une prime sur les deux premières périodes et 4% plus de deux versements (source gouvernement, PLFR nº 4215 pour 2021).

Calendrier : date de versement de la prime exceptionnelle défiscalisée

  • prime Macron 2021-2022 : du 1er juin 2021 au 31 mars 2022
  • prime Macron 2020 : du 1er janvier au 31 décembre 2020
  • prime Macron 2018-2019 : du 11 décembre 2018 au 31 mars 2019

La date limite de versement de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat de 2020 avait été reportée à deux reprises, dans le contexte de l’épidémie de Covid-19 :

  • du 30 juin au 31 août 2020
  • puis du 31 août au 31 décembre 2020

 

ARTICLES CONNEXES
Menu