Partagez
Share to Google

Tout travail mérite salaire selon le proverbe bien connu. Mais le salaire net à payer par l’employeur n’est pas le même que le salaire brut. Différence entre salaire de base et salaire brut, entre salaire brut et salaire net, entre le salaire net et net imposable, exemples de calculs... Explications pour comprendre les montants sur le bulletin de paie.

salaire brut net, calcul, difference

- Salaire brut, salaire net, salaire de base : définitions
- Salaire net imposable ou net fiscal différent du net à payer
- Différence entre salaire brut et salaire net
- Salaire brut, salaire net 2018 : calculs

Salaire brut, salaire net, salaire de base : définitions

Qu'est-ce que le salaire de base ?

Le salaire de base ou salaire mensuel de base (SMB) est le salaire prévu par le contrat de travail. Il correspond à la rémunération fixée entre le salarié et son employeur sur la base d’un contrat de travail à temps plein ou sur une base forfaitaire. La plupart du temps, le salaire de base est donc égal à la rémunération horaire brute multipliée par le nombre d’heures effectuées sur un mois pour 35 heures hebdomadaires (soit 151,67 heures par mois).

Sur certains bulletins de paie, le salaire de base est égal aux appointements (certains postes administratifs, certains cadres).

Le salaire de base est fixé selon une négociation entre l’employeur et le salarié ou sur décision de l’employeur, sans pouvoir être inférieur au Smic brut horaire ou au salaire minimum conventionnel (minima prévu par la convention collective) tel que le Smic hôtelier.

Attention, le salaire de base n’est pas égal au salaire brut.

Salaire brut, définition

Le salaire brut est la somme des montants perçus par un salarié en rémunération de son travail, avant déduction des charges sociales obligatoires (cotisations sociales, CSG-CRDS, etc.) et des cotisations à la mutuelle d’entreprise.

Le salaire brut est égal au salaire de base auquel on ajoute les éventuelles heures supplémentaires majorées, les primes (prime d’ancienneté, prime de 13ème mois, prime d’objectifs, etc.) et les avantages en nature (mise à disposition d'une voiture de fonction ou d'un logement).

Qu'est-ce que le salaire net ?

Le salaire net est le salaire perçu par le salarié. On parle de salaire net car il représente le salaire après déduction de toutes les cotisations sociales obligatoires, de tous les prélèvements sociaux, dont la CSG (contribution sociale généralisée) et la CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale) et de la quote-part due par le salarié sur ses titres restaurant ou sa complémentaire santé d’entreprise.

Le salaire net est représenté sur la fiche de paie par la mention « net à payer ». A ne pas confondre avec le salaire net imposable ou salaire net fiscal.

Salaire net imposable ou net fiscal différent du net à payer

La mention du salaire net imposable ou du salaire net fiscal apparaît en bas du bulletin de salaire. Son montant est toujours différent du net à payer. Pourquoi ? Parce que le net à payer ne correspond pas exactement au salaire net transmis à l’administration fiscale et pris en compte par cette dernière pour le calcul de l’impôt sur le revenu (IR).

En plus du salaire net à payer, le net fiscal ou net imposable comprend plusieurs lignes de la fiche de paie imposables à l’impôt sur le revenu comme la CSG non déductible du revenu imposable (aussi appelée CSG imposable à l’impôt sur le revenu) et la CRDS, également non déductible. De même, la part de complémentaire santé prise en charge par l’employeur est aussi imposable à l’IR.

En résumé, le salaire net imposable, c'est quoi ?
Salaire net imposable = salaire net à payer + CSG non déductible (2,4%) + CRDS non déductible (0,5%) + part patronale de la mutuelle santé

Différence entre salaire brut et salaire net

Comment passer du salaire brut au salaire net ?

Pour passer du salaire brut au salaire net, il faut déduire du salaire brut ou « total brut » du bulletin de paie un certain nombre de charges retenues à la source pour financer la protection sociale, dont les cotisations sociales salariales, aussi dénommées part salariale des cotisations qui génèrent des droits ainsi que les prélèvements sociaux (CSG-CRDS).

Ces cotisations diffèrent d’un salarié à l’autre. Par exemple, un cadre est soumis à des cotisations supplémentaires par rapport à un employé non-cadre : cotisations Agirc, cotisation Apec (Association pour l’emploi des cadres), CET (contribution exceptionnelle et temporaire).

En moyenne, le salaire brut est supérieur de 33% au salaire net (Source Dares sur la base du salaire moyen en France 2014).

A noter : dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de Moselle, il faut également déduire la cotisation salariale maladie supplémentaire pour le financement du régime local d’Alsace-Moselle d’assurance maladie, au taux de 1,50%.

Liste et taux des cotisations salariales 2018 pour un salarié du privé

Cotisations sur le salaire brut d’un salarié non-cadre

- Cotisation d’assurance vieillesse non plafonnée (retraite du régime général) : 0,4% du salaire brut
- Cotisation d’assurance vieillesse plafonnée (retraite du régime général) : 6,90% dans la limite du plafond mensuel de la Sécurité sociale (PMSS) soit 3.311 euros bruts mensuels en 2018
CSG : 9,2% sur 98,25% du salaire brut, jusqu’à 158.928 euros annuels (4 plafonds annuels de la Sécurité sociale) puis sur 100 % du salaire brut au-delà de cette limite
  > Dont CSG imposable à l’impôt sur le revenu (CSG non-déductible) : 2,4%
  > Dont CSG non-imposable à l’impôt sur le revenu (CSG déductible) : 6,8%
- CRDS : 0,5 % sur 98,25% du salaire brut jusqu’à 158.928 euros annuels puis sur 100 % du salaire brut au-delà
- Cotisation d’assurance chômage : 0,95% du salaire brut dans la limite de 13.244 euros par mois (4 PMSS), 0% à partir du 1er octobre 2018

Retraite complémentaire non-cadre

- ARRCO (retraite complémentaire) : 3,1% jusqu’à 3.311 euros bruts mensuels (PMSS) sur la tranche 1, 8,1% de 3.312 à 9.933 euros mensuels (de 1 à 3 PMSS) sur la tranche 2
- AGFF (retraite complémentaire) : 0,8% dans la limite de 3.311 euros par mois puis 0,9% de 3.312 à 9.933 euros mensuels

Cotisations sur le salaire brut d’un cadre

En plus des cotisations ci-dessus, il faut ajouter la cotisation APEC égale à 0,024% du salaire brut

Retraite complémentaire cadre

Les barèmes de cotisation applicables pour un cadre sont différents de ceux en vigueur pour un non-cadre. Globalement, les charges salariales sont plus élevées pour un cadre :

- ARRCO : 3,10% dans la limite de 3.311 euros mensuels
- AGIRC : 7,80% de 3.312 à 13.244 euros mensuels (appelée tranche B, de 1 à 4 fois le plafond de la Sécurité sociale) puis 7,8% ou plus si accord d’entreprise pour la part de salaire brut de 13.245 à 26.488 euros mensuels (tranche C)
- AGFF : 0,80% jusqu’à 3.311 euros, 0,90% de 3.312 à 26.488 euros mensuels
- Contribution Exceptionnelle Temporaire (CET) : 0,13% du salaire brut jusqu’à 8 fois le plafond de la Sécurité sociale soit 26.488 euros par mois
- Cotisation GMP (garantie minimale de points) : 27,60 euros par mois

Cotisations salariales dans le bulletin de paie simplifié

Depuis l’entrée en vigueur du bulletin de paie en 2018, les cotisations sociales salariales et les prélèvements sociaux sont classés selon différentes catégories.

En application de la décision d’Emmanuel Macron d’alléger les cotisations sociales salariales et en contrepartie de la hausse de 1,7 point du taux de CSG, la part salariale des cotisations maladie (0,75%) a été supprimée au 1er janvier 2018, de même qu’une partie de la contribution salariale d’assurance chômage (cotisation diminuée de 2,40% à 0,95% au 1er janvier 2018, suppression au 1er octobre 2018). Au total, la différence entre salaire brut et net a diminué au début de l’année 2018.

Salaire brut, salaire net 2018 : calculs

Calcul son salaire net, comment procéder

Pour calculer son salaire net à partir du salaire brut, il faut déduire l’ensemble des cotisations sociales et des prélèvements sociaux. Il n’existe pas de simulateur officiel permettant de convertir son salaire brut en salaire net ou inversement. On peut cependant mentionner l’existence de l’outil de calcul Simulaire, qui permet de calculer son salaire net à partir d’un salaire brut, basé sur des données officielles.

Exemple de calcul pour un employé administratif dont le salaire brut est de 2.500 euros au 1er janvier 2018 :
Salaire brut : 2.500 euros
Salaire net : 1.958 euros
Total des cotisations salarié : 542 euros dont :

AGFF : 20 euros
ARRCO : 77,50 euros
Assurance chômage : 23,75 euros
Vieillesse (plafonnée) : 172,50 euros
Vieillesse (déplafonnée) : 10 euros
CSG déductible : 167,02 euros
CSG non déductible : 58,95 euros
CRDS : 12,28 euros

Calcul du salaire brut au salaire net pour un cadre

Exemple de calcul pour un cadre dont le salaire brut est de 5.000 euros au 1er janvier 2018 :

Salaire brut : 5.000 euros
Salaire net : 3.938,94 euros
Total des cotisations salarié : 1.061,06 euros dont :

AGFF : 41,69 euros
AGIRC : 131,74 euros
APEC : 1,20 euros
ARRCO : 102,64 euros
Assurance chômage : 47,50 euros
Cotisation exceptionnelle temporaire : 6,50 euros
Vieillesse (plafonnée) : 228,46 euros
Vieillesse (déplafonnée) : 20,00 euros
CSG déductible : 337,43 euros
CSG non déductible : 119,09 euros
CRDS : 24,81 euros

Formule de calcul du salaire net en brut au Smic

Comment calculer un salaire brut à partir d'un salaire net pour un salarié au Smic ?
Il faut effectuer une multiplication :
Salaire au Smic brut = salaire net au Smic net x 1,2765 (coefficient multiplicateur calculé par ToutSurMesFinances.com)